Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Catastrophe - Kazakhstan: 60 000 antilopes décédées en 4 jours

Publié par wikistrike.com sur 6 Septembre 2015, 07:53am

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

Catastrophe - Kazakhstan: 60 000 antilopes décédées en 4 jours

 

 

60.000 antilopes ont été retrouvées mortes au mois de juin au Kazakhstan. Un véritable mystère pour les chercheurs qui tentent de trouver des explications.

60.000 antilopes saïga avaient été retrouvées mortes en juin dernier au Kazakhstan. Il n'avait pas fallu plus de quatre jours pour que ces animaux périssent. Un véritable mystère pour les scientifiques qui étaient restés sans réponse devant cette découverte, rapportée par le site d'information Live Science.

Les antilopes saïga, de la taille d'un chien, font partie des espèces en danger et sont classées comme tel par l'Union internationale pour la conservation de la nature. Elles vivent principalement dans les steppes du Kazakhstan et sont présentes dans une moindre mesure en Russie et en Mongolie. En 2014, on dénombrait 257.000 antilopes dans le monde, contre un million en 1993.

"L'étendue de cette mortalité, et sa rapidité (...) cela n'a pas été observé pour d'autres espèces", a indiqué à Live Science Steffen Zuther, chercheur en géo-écologie. "C'est du jamais vu", a-t-il ajouté. 

L'explication tient peut-être à la présence de certaines bactéries. Selon Live News, les bactéries de type Pasteurella et Clostridium auraient causé des saignements dans les organes des antilopes. Mais la Pasteurella est sans danger, sauf si le système immunitaire de l'animal est affaibli.

Les bactéries ont clairement joué un rôle dans la mort des saïgas, estime Steffen Zuther, cité par Live Science. Mais savoir comment ces microbes normalement inoffensifs peuvent avoir causé ce phénomène est toujours un mystère.

Une des hypothèses selon les chercheurs serait de considérer l'environnement dans lequel évoluent les animaux. Un hiver exceptionnellement froid, suivi d'un printemps très humide, accompagné d'une végétation abondante et d'une eau stagnante a pu répandre les bactéries plus facilement dans l'environnement. 

Selon eux, il est également possible que la mort des animaux soit une réponse inévitable à des variations naturelles dans l'environnement.

Ce n'est pas la première fois que le phénomène mortel se produit. En mai dernier, 120.000 antilopes avaient été retrouvées mortes au Kazakhstan. En 1988, 400.000 antilopes de cette espèce avaient disparu dans les mêmes conditions.

 

Source

 

Archives

Articles récents