Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Une origine virale pour les cancers du sein ?

Publié par wikistrike.com sur 23 Septembre 2015, 14:56pm

Catégories : #Santé - psychologie

Une origine virale pour les cancers du sein ?

Les progrès dans l'identification non équivoque de l'ADN à l'aide des techniques de séquençage actuelles ont ouvert un immense champ d'investigation et parfois il est surprenant d'en découvrir les résultats obtenus. J'avais relaté il y a quelques jours la présence de cellules foetales chez la mère, identification rendue possible par la puissance des machines de séquençage. Tout en restant prudent quant à l'interprétation de résultats scientifiques parfois déroutants mais aussi et souvent non concluants, il faut dans ce genre d'investigation disposer d'outils permettant d'atteindre une spécificité indiscutable, le risque étant que dans le cas contraire on peut raconter n'importe quoi. 

Une récente étude parue dans PlosOne et réalisée à l'Université de Berkeley fait un peu froid dans le dos dans la mesure où toutes les précautions ont été prises pour ne pas décrire un simple artefact. Il s'est agi de montrer que sans aucun doute un ADN d'origine virale était retrouvé presque systématiquement dans les cancers du sein. 

Il y a peu de virus reconnus pour leurs propriétés oncogènes chez l'homme. Seulement six virus ont été identifiés. Le plus connu est l'HPV (virus du papillome humain) qui est à l'origine de presque la totalité des cancers du col de l'utérus et qui provoque également des cancers de l'anus et certains cancers de l'oropharynx. Le second virus directement lié à l'apparition d'hépatocarcinomes est celui de l'hépatite (types B et C). Celui d'Epstein-Barr provoque le lymphome de Burkitt et des carcinomes du oropharynx. Restent enfin l'HTLV-1 à l'origine de leucémies à cellules T et un sous-type du virus de l'herpès (type 8) qui est lui à l'origine du sarcome de Kaposi que l'on observe que chez les personnes immunodéprimées. 

Pour ce qui concerne ces travaux sur les tumeurs mammaires les analyses ont concerné 114 biopsies liées à des tumeurs invasives, 21 à des stades pré-tumoraux (mastectomies dans les deux cas) et 104 biopsies de sujets sains provenant de femmes ayant subi une mammoplastie. Ce ne sont pas les virus énumérés ci-dessus dont la présence a été recherchée dans ce biopsies mais l'ADN d'un virus animal normalement anodin pour l'homme, celui de la leucémie bovine (BLV), très proche de l'HTLV dont on suspectait un éventuel rôle dans l'apparition de cancers du sein par analogie avec un virus présent chez la souris, très proche également de l'HTLV, et qui provoque des tumeurs mammaires. À l'aide d'anticorps dirigés contre la protéine de l'enveloppe du BLV une étude montra en 2003 que dans près de 40 % des tumeurs mammaires humaines on retrouvait la présence de cette protéine sans en tirer de conclusions à l'époque. 

On connaît assez bien l'étiologie des tumeurs mammaires. À peine 10 % d'entre elles sont d'origine génétique. Pour le reste on a incriminé l'âge, le passé reproductif des femmes, grossesses ou non, allaitement ou non, l'utilisation de produits hormonaux de substitution ou des contraceptifs, le régime alimentaire, bref mis à part certains traitement hormonaux prescrits après la ménopause et de très rares cas déclenchés par des traitements à l'aide de radiations ionisantes, aucune conclusion claire n'a pu être apportée pour les causes initiales des cancers du sein. Après ces travaux datant de 2003, les progrès qu'a connu la biologie moléculaire ont conduit les biologistes à se pencher à nouveau sur cette présence d'un antigène viral d'origine bovine. 

Pour lever toute ambiguité la sonde utilisée pour amplifier l'ADN présent dans les biopsies a été choisie de telle façon qu'il ne puisse pas y avoir de faux-positifs. Les conditions de conservation des biopsies a aussi donné lieu à des vérifications multiples afin de ne pas faire aussi apparaître d'artefacts. La sonde constituée de deux brins d'ADN de 20 bases chacun correspondait à l'oncogène du BLV, une protéine appelée Tax. Cette sonde a été montrée comme ne pouvant s'hybrider avec aucun des rétrovirus oncogènes connus ni avec des virus assez communément présents dans le lait maternel comme les HPV 16 et 18 ou encore le virus d'Epstein-Barr. Bref, toutes les précautions expérimentales ont été prises et le résultat de l'étude parue dans PlosOne (voir le lien) a montré ceci : 

 

 

Image
© PlosOne
Ce que l'on peut tout de suite constater est que trois femmes non cancéreuses sur 10 sont porteuses du BLV. Comme les biopsies non cancéreuses provenaient de femmes ayant subi une chirurgie esthétique, auraient-elles ultérieurement développé un cancer du sein. L'étude n'apporte évidemment pas de réponse directe à cette question. On la trouve en constatant que 4 femmes sur dix présentant des lésions précancéreuses étaient porteuses du virus et encore plus alarmant cette proportion atteint 60 % pour les tumeurs cancéreuses. 

Le mystère de la présence de ce virus reste entier car la pasteurisation est considérée comme détruisant le BLV. La longue histoire de la promiscuité entre l'homme et le bétail ne date pas d'aujourd'hui. Pendant plusieurs millénaires l'homme a vécu en contact direct avec ces bêtes à corne pour en obtenir le lait, la viande et le cuir. Ce virus aurait pu être transmis à l'homme dans le passé et comme beaucoup de rétrovirus s'intégrer au génome humain et se « réveiller » pour des raisons inconnues, exprimant alors l'oncogène Tax conduisant à l'apparition de tumeurs mammaires. Mais on parle ici au conditionnel. Il reste néanmoins que cette étude est en faveur d'une origine virale d'une majorité de cancers du sein.

 

Source

Archives

Articles récents