Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Cours pratique de fusils d'assaut pour des écoliers lorrains

Publié par wikistrike.com sur 14 Octobre 2015, 19:33pm

Catégories : #Social - Société

Cours pratique de fusils d'assaut pour des écoliers lorrains

À la faveur d’ateliers « découverte » menés par des personnels de la compagnie de réserve du 40e RT à l’école de Flastroff, les élèves ont pu manipuler fusils d’assaut Famas et pistolets automatiques. Malaise…

 

De retour à la maison, les élèves de l’école de Flastroff avaient un tas de choses à raconter vendredi dernier…

Le genre de récit qui n’amuse pas le lieutenant-colonel Biberian, lequel ne décolérait toujours pas hier : « J’ai immédiatement réagi en apprenant les faits et des sanctions seront prises à l’encontre de l’officier en charge de cette action et de tous les responsables. » Car pour le commandant en second du 40e régiment des Transmissions de Thionville, l’introduction d’armes (fusils d’assaut et armes de poing), même sécurisées, au sein de l’école élémentaire de Flastroff vendredi dernier constitue une faute. Et les personnels de la compagnie de réserve en manœuvre dans la commune qui ont conduit les opérations ont selon lui passé les bornes « par excès d’enthousiasme ». Cela d’autant que la note d’intention décrivant les exercices prévus les 9 et 10 octobre derniers pour ce détachement de la 10e compagnie ne mentionnait pas explicitement cet aspect selon l’officier : « Car si des armes doivent être présentées, c’est dans l'enceinte du quartier Jeanne-d'Arc à Thionville. Et sûrement pas au sein d’un établissement scolaire. Je m’explique d’ailleurs mal que l’accès de l’école ait été donné pour cela… Je suis moi-même parent d’élèves et parfaitement à même de comprendre que cela puisse choquer. »

Le fond et la forme

De leur côté, le maire, Roland Schneider, comme la direction de l’école relativisaient hier : « Il y a deux ans, à peu près la même opération a été menée et cela n’a dérangé personne. » Le premier magistrat précise aussi que la manipulation des fusils d’assaut Famas a été réalisée sur le « parking immédiatement voisin de la cour de l’école et pas au sein de l’établissement proprement dit. »

De fait, l’intention des réservistes et des enseignants ne semble pas dévoyée : à travers des ateliers qui comprenaient aussi des démonstrations de transmissions et de matériel de protection NBC (nucléaire-bactériologique-chimique), la découverte de plusieurs véhicules ou encore celle des joies de la "ration de combat", il s’agissait de proposer une information-découverte dans le cadre du lien armée-nation. Soit. D’ailleurs les élèves ont adoré.

Mais c’est sur la forme que le bât blesse : car des enfants de 10 ans à peine pour les plus âgés, en position du tireur couché Famas en main, cela laisse un sentiment de malaise… Sans parler de la dimension symbolique, les faits s’étant déroulés dans le cadre scolaire.

 

Source

Archives

Articles récents