Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Internet pollue autant que le trafic aérien

Publié par wikistrike.com sur 5 Octobre 2015, 13:40pm

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

Internet pollue autant que le trafic aérien

Utilisateurs acharnés du Web, attention... À deux mois de la COP21, une étude révèle que le monde digital produirait autant de CO2 que les avions.


C'est une étude qui risque de faire du bruit, à deux mois de la COP21. 

Selon la Global e-sustainability Initiative (GeSI), Internet pollue autant que les avions. En effet, à en croire le rapport, le Web générerait 2 % des émissions de CO2 mondiales... soit la même quantité que le trafic aérien. 

Regarder des vidéos sur Internet, tchater, partager des photos sur les réseaux sociaux..., autant de comportements qui inquiètent les ONG comme Greenpeace."Si vous ajoutez l'électricité consommée par les centres de données ainsi que les réseaux nécessaires pour connecter tous nos appareils, cela représenterait le sixième pays qui consomme le plus au monde", alarme Gary Cook, analyste des technologies de l'information à Greenpeace, dans les colonnes du Time.

Si à l'échelle de l'individu l'empreinte carbone reste assez faible, au niveau mondial le chiffre monte rapidement. Ainsi, si Facebook jure que chacun de ses utilisateurs ne représente que 263 g de dioxyde de carbone par an, soit "moins qu'un café latte (340 g)", le chiffre grimpe très vite si on prend en compte les 1,69 milliard d'utilisateurs. "Plus les gens sont connectés et utilisent du digital, plus les centres de données hébergeant les serveurs doivent pouvoir répondre à la demande et donc s'agrandir", explique Sud-Ouest. Alors que ces derniers utilisent de plus en plus d'énergie, ils essayent dans le même temps de garder leurs serveurs à une température raisonnable.

L'engagement des géants du Web

Alors pour limiter son empreinte carbone, Facebook a trouvé la solution : le réseau social a installé son centre de données en Suède, à Lulea, près du cercle arctique, afin de refroidir ses serveurs naturellement. La méthode est plutôt efficace, rapporte le quotidien local : Facebook assure que son empreinte carbone était de 285 000 tonnes d'équivalent CO2 en 2012, soit cinq fois moins que celle de Google la même année.

Mais les efforts de ces géants du Web ne doivent pas s'arrêter là. Le secteur s'est engagé à ne pas augmenter son empreinte carbone d'ici 15 ans. Malgré cet engagement, Gary Cook reste sceptique : "Si vous observez l'évolution croissante de la demande des centres de données du monde digital, vous verrez que l'efficacité énergétique réduira la courbe des émissions de CO2. Mais cette même courbe continuera quand même à monter jusqu'à la lune."

Source © Le Point

Archives

Articles récents