Le gouverneur de la Banque d'Angleterre, Mark Carney, a éberlué plus d'une personne de son auditoire quand, lors d'un discours devant un parterre de financiers et d'assureurs réunis par la Lloyd's il y a trois jours (le 29 septembre 2015), il a mis en garde ce bel échantillon de la City des dangers du changement climatique pour la stabilité du système financier mondial (voir le lien et la vidéo). 

Qui se serait douté que les banquiers centraux trembleraient dans leurs fracs (leurs frocs) à cause du changement climatique ? Et pourtant si on écoute le discours (ou qu'on en lit la transcription) de cet important personnage qui a ses petites entrée à Buckingham on s'aperçoit qu'effectivement il y a danger mais pas dans le sens où on pourrait l'imaginer. Pour Mark Carney si les gouvernements ne prennent pas des mesures concrètes pour combattre le changement climatique et contenir la hausse des températures en dessous de 2°C d'ici la fin du siècle des milliards sinon des milliards de milliards de dollars partiront en fumée. Pour cet éminent expert du climat - on n'en a jamais douté un instant - l'exemple le plus significatif et même caricatural sera la montée des eaux des océans qui inondera des millions de maisons mettant en danger les assureurs et les banques ayant accordé des prêts immobiliers aux propriétaires de ces maisons ! 

 

Commentaire : Malheureusement pour les oiseaux de mauvais augure, Le CO2 est bon pour l'environnement (c'est la nourriture des plantes a t-on appris à l'école) et n'a qu'un effet infinitésimal sur le climat. La hausse du niveau des mers et océans ne s'est pas accéléré et continue sur un temps constant et normal (le même que depuis quelques milliers d'années). Ils le savent bien puisque le prophète du Réchauffement Global, Al Gore, s'est acheté une villa au bord de l'océan. Ils n'y croient pas eux-même à leurs prévisions. 
 

D'un autre côté, je continue à citer Mark Carney, si les mesures prises pour diminuer les émissions de CO2, un gaz à effet de serre bien connu, sont efficaces alors la valeur des combustibles fossiles s'effondrera mettant par voie de conséquence en danger les compagnies impliquées dans le secteur de l'énergie et aussi et surtout les investisseurs actionnaires de ces compagnies ... Ben voyons : un peu de décisions pour sauver le climat mais pas trop tout de même. Mark Carney conseille donc aux gouvernements d'y aller doucement mais il relève cependant que plus on attendra pour prendre des décisions drastiques pour diminuer les émissions de carbone, plus le danger pour le système financier global s'accentuera jusqu'au jour où il sera devenu impossible de gérer le problème. Alors les gouvernements seront obligés de prendre des mesures strictes qui finalement seront tout aussi dangereuses pour le système financier. Comme ces choses-là sont dites dans un langage de banquier du plus bel effet. 

Mark Carney entrevoit qu'un trop long délai dans les efforts consentis pour réduire ces émissions de carbone pourrait prendre les marchés financiers par surprise. Et qu'arrivera-t-il ? Il faudra réduire la consommation de combustibles fossiles d'un cinquième - ou mieux d'un tiers - et tout de suite si on ne maîtrise pas les technologies de capture du CO2. Le problème est que encore une fois les prix du charbon, du gaz naturel et du pétrole s'effondreront quel que soit le scénario. Or comme près de 20 % des compagnies du FTSE 100 (l'équivalent du CAC 40 français à la bourse de Londres) sont impliquées dans l'extraction des ressources naturelles et qu'un autre 11 % sont des compagnies d'électricité, de chimie, de construction et d'autres produits industriels, une action contre le changement climatique global trop brutale conduira à un désastre financier. 

 

Commentaire : Faux y aller doucement, mais pas trop quand même, car le mythe autour de la nécessité de réduire le dioxyde de carbone dans l'atmosphère, c'est bon pour les affaires. C'est un marché prometteur (taxer les gouvernement et les populations à fond) qui permet en même temps de maintenir les populations pauvres dans la misère, et pourquoi pas, si l'atmosphère se refroidit (ils diront que c'est grâce à la réduction du CO2, ce qui n'est pas vrai mais ils n'en sont pas à un mensonge près) que les miséreux crèvent de froid faut de... combustible fossile et de nourriture. Ils ont malins les élites non? 
 

Il revient donc aux banques centrales et au secteur financier en général la lourde tâche d'agir graduellement et méthodiquement afin de prévenir un tel désastre. On ne peut donc pas mieux illustrer la main-mise du monde de la finance sur cette histoire rocambolesque de changement climatique : business is business as usual ! Ce sont les milliards de « sans-dents » (bon mot de François Hollande) qui paieront la note pour le plus grand profit de la finance internationale, car ils resteront silencieux, eux qui ont mis au pouvoir des politiciens corrompus de l'intérieur par les activistes pilotés par Greenpeace, le WWF, le Sierra Club et bien d'autres organisations occultes. Ils n'auront rien à dire mais seulement à subir l'établissement de cette organisation totalitaire qui se fait jour avec l'entremise de la finance internationale et qui ose se montrer au grand jour officiellement et pour la première fois ... 

Pour rappel, la Lloyd's emploie 300 000 personnes et réalise un chiffre d'affaire de 25 milliards de livres par an. 

Vidéo (en Anglais) :