Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

New York: 60.000 SDF dont plus de 40 % d’enfants, une catastrophe

Publié par wikistrike.com sur 28 Octobre 2015, 18:53pm

Catégories : #Social - Société

New York: 60.000 SDF dont plus de 40 % d’enfants, une catastrophe

Je reproduis ici un excellent article de nos amis du site BusinessBourse (source en bas) qui reviennent sur la réalité de la pauvreté dans les Etats-Unis de 2015.

Alors la reprise économique évidemment n’existe que dans le rêve fantasmé mais point dans la réalité. D’ailleurs les dirigeants le savent parfaitement.

Les riches sont de plus en plus riches tirant les moyennes vers le haut, masquant ainsi la vérité à savoir une paupérisation et une misère rampante de plus en plus grave.

Préparez-vous, car non, nous ne vivons pas des drames individuels mais bien un drame collectif.

Charles SANNAT

L’augmentation en flèche de l’ensemble des loyers, la stagnation des salaires, les expulsions et le manque de logements abordables ont conduit à l’explosion des sans-abri à New York. Les derniers chiffres montrent que 57.448 personnes dorment dans des centres d’hébergement, dont environ 40 % sont des enfants.

Selon les derniers chiffres du ministère dédié à l’aide pour les sans-abri (EDS), plus de 23.000 des 57.448 personnes qui dorment dans des centres d’hébergement à New York sont des enfants. Il y a près de 12.000 familles dans les centres d’hébergement. Les organisations qui aident les sans-abri sont inquiets à cause du froid qui arrive, les chiffres reviennent à des niveaux records rencontrés en Décembre 2014, lorsque la population de sans-abri était chiffrée à 59.068 personnes.

Un autre point préoccupant est que les sans-abri restent davantage de temps dans les centres d’hébergement et y reviennent à un moment donné de l’année. Les services municipaux d’aide aux SDF (DHS) ont déclaré que les adultes restent en moyenne 11 mois (24 jours de plus que durant l’exercice précédent). Les familles avec enfants restent 14 mois(en hausse de trois jours) et les couples restent en moyenne près de 18 mois (19 jours de plus).

Dans la ligne de mire, le maire Bill de Blasio, qui avait mené une campagne promettant de lutter contre les inégalités de revenus dans la ville.

Son administration, avait cependant hérité d’une population de sans-abri de plus de 53.000 personnes de l’administration de l’ancien maire, Michael Bloomberg.

L’ancien maire Bloomberg avait supervisé des coupes budgétaires à trois centres d’hébergement et à la création d’un programme d’aide public inefficace, qui était destiné à aider les familles en difficulté avant que son financement ait été stoppé. Cette décision avait conduit à une explosion de la population de sans-abri – Elle était passée de 37.000 en 2011 à 53.000 sur 3 ans, selon le New York Times.

A ce problème, il s’est ajouté celui de l’augmentation des loyers sur l’ensemble de la ville. Entre 2002 et 2011, 39 % des appartements(385.300) qui étaient abordables ne le sont plus. Un certain nombre de préjugés persistent sur les sans-abri – selon lesquels ces gens sont toxicomanes ou souffrent de maladies mentales – mais la principale raison est plus fondamentale.

«Plus des deux tiers des personnes qui fréquentent nos centres d’hébergement sont des familles avec des enfants vulnérables, et la cause principale de leur situation n’est pas liée une dépendance à la drogue ou à une maladie mentale. C’est lié aux expulsions “, a écrit Mary Brosnahan, présidente de la Coalition pour les sans-abri, dans une récente tribune parue dans le New York Times.

” SI NOUS POUVONS RALENTIR LE RYTHME DES EXPULSIONS, NOUS ALLONS CRÉER UNE BRÈCHE MAJEURE DANS LA CRISE DES SANS-ABRI.”

Mary Brosnahan a déclaré que le nombre de familles forcées de quitter leurs maisons par ordonnance du tribunal a augmenté au cours des 10 dernières années et est maintenant proche de 29.000 par an. Des milliers d’autres quittent leurs domiciles en plein milieu des procédures. Mary Brosnahan a expliqué que les New-Yorkais au tribunal d’instance n’ont actuellement pas droit à un avocat, ce qui fait que seulement 10 % d’entre-eux embauchent un avocat pour les aider à protéger leurs droits. Pendant ce temps, près de 100 % des propriétaires ont des avocats.

Dans le cas où un locataire possède un avocat, ils sont moins susceptibles de se faire expulser, et les propriétaires abandonnent tout simplement dans le cas où un locataire est représenté.
En Septembre, Bill de Blasio avait annoncé un montant additionnel de 12,3 millions de dollars de financement, ce qui représente une augmentation de dix fois celle 2014, pour un programme qui aide à fournir un avocat aux locataires. Il en coûte environ 2 500 dollars pour offrir un avocat à un locataire dans une procédure d’expulsion, tandis que la ville dépense en moyenne plus de 45 000 dollars pour loger une famille de sans-abri.

Il y a aussi un projet de loi en instance au Conseil municipal qui donnerait le droit à l’assistance d’un avocat au tribunal pour tous les locataires à faible revenu. Si il est adopté, cette loi ferait de New York la première ville des Etats-Unis garantissant une représentation pour les locataires. Les parrains de ce projet de loi pensent que cela entraînerait une diminution du nombre de familles expulsées et donc du nombre de sans-abri.
Ce que ces chiffres du logement ne prennent pas en compte, ce sont les estimations sur les 3000 – 4000 personnes qui dorment dans les rues de la ville. Certains estiment que le nombre réel se situerait plutôt entre 6.000 et 12.000 personnes. Un rapport récent a révélé que 300 travailleurs à temps plein municipaux sont sans-abri.
wall-street
“Nous vivons dans une ville avec 1,5 million de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté – ce qui signifie que nous avons 1,5 million de personnes qui risquent de devenir des sans-abri,” a déclaré Jeff Foreman, directeur de la politique des soins pour un groupe de défense des sans-abri dans la ville.

BUSINESSBOURSE ici

Source: RT

Archives

Articles récents