Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Egypte: Découverte d'un temple inconnu d'Hatchepsout

Publié par wikistrike.com sur 22 Décembre 2015, 09:07am

Catégories : #archéologie - Histoire - Préhistoire - Patrimoine

Cet endroit était déjà connu des autorités, mais jusqu'à présent, aucun archéologue ne l'avait étudié. De précédentes fouilles ont pu en effet être découragées par le mauvais état des décorations.
Pourtant, cette année, les résultat d'une équipe de recherche polonaise se sont révélés surprenants.

 

 

Photo by P. Witkowski
 

"Ce temple était dédié à deux dieux. Il n'y a aucun doute que l'un d'entre eux était Hathor, avec le culte épithète de Dame de Gébéleïn. L'autre déité pourrait être Amon-Rê. Malheureusement ses représentations sont mal préservées et des études approfondies sont nécessaires pour vérifier cette hypothèse" explique Daniel Takács, un membre de l'expédition.


Les représentations de nombreuses déités ont été détruites dans l'antiquité.

Le pharaon Akhenaton, qui régna au 14ème siècle avant JC, encouragea le culte d'un seul dieu, dont le symbole était le disque solaire. Les représentations d'autres dieux qui n'avaient pas d'aspects solaires furent détruites au cours de son règne.

La déesse Hathor était associée avec le soleil, aussi son image a été épargnée. "Le plus déroutant est l'absence de noms royaux dans le temple. Les dirigeants de l'ancienne Egypte aimaient mettre leur nom sur les murs des temples, exposé à la vue du public. Parfois, ils détruisaient les noms des rois précédents pour mettre le leur à la place", rapporte Wojciech Ejsmond, directeur de l'expédition.

L'étude détaillée des reliefs et inscriptions, faite par Daniel Takács, a donné des résultats sensationnels. La construction du temple et la première phase de décoration remontent au règne de la reine dont les anciens voulaient effacer nom nom de l'histoire: Hatchepsout  (15ème siècle avant JC)...

Sa présence est indiquée, entre autre, par des fragments d'inscriptions hiéroglyphiques contenant les terminaisons du mot féminin. Le contexte dans lequel le cartouche est situé indique qu'il contenait le nom de cette reine.

 

 

Photo by W. Ejsmond


Après le décès de son mari, Thoutmosis IIHatchepsout exerça le pouvoir de régente au nom de son beau-fils et neveu, Thoutmosis IIIEjsmond explique qu'à un certain moment, Hatchepsout a exercé les pleins pouvoirs royaux, réservés uniquement aux pharaons, malgré le fait que l'Egypte avait un souverain légitime.

Pendant des décennies, les chercheurs pensaient que la reine voulait les pleins pouvoirs, et que son ambitieux programme de construction et ses représentations en tant que reine légitime sur les murs des temples visaient à légitimer son règne au détriment de son beau-fils. "A présent, nous pensons que la situation était plus compliquée. La Reine Hatchepsout régna avec le jeune Thoutmosis III afin d'assurer la stabilité de l'Egypte, et beaucoup de ses actions visèrent à renforcer la position du jeune roi" explique Ejsmonmd, "Peut-être, de nombreuses années après sa mort, en raison d'une situation dynastique compliquée, Thoutmosis III avait peur qu'une autre reine ambitieuse puisse prendre sa place et ne l'écarte du pouvoir... Cela a pu le mener à prendre la décision d'enlever les références à Hatchepsout comme pharaon, partant du principe que ce qui n'est pas gravé dans les hiéroglyphes n'a jamais existé. Mais ce n'est que l'une des nombreuses théories. La raison pour laquelle il voulait effacer son nom reste un mystère." 

Ejsmond fait remarquer qu'Hachepsout n'est pas la première ni la dernière femme pharaon dans l'histoire égyptienne. Cependant, les anciens n'ont pas tenté d'effacer les autres femmes pharaons de l'histoire. C'est pourquoi les scientifiques sont si déconcertés par ces tentatives répétées d'enlever le nom d'Hachepsout.

De prochains travaux dans le temple taillé dans la roche à Gebelein  devraient apporter plus d'informations sur son règne. Les archéologues prévoient d'enlever le débris du sol. Peut-être trouveront-ils des artéfacts datant de la période où fonctionnait le temple.

Piotr Witkowski, responsable de la documentation photographique, a utilisé différentes techniques photographiques pour non seulement prendre des clichés d'antiquités, mais aussi, après traitement avec un logiciel spécialisé, mettre en évidence les caractéristiques non visibles, ou difficilement visibles, à l’œil nu.
Cela a permis de voir certains fragments de décoration murale, et de confirmer l'existence d'inscriptions peintes plusieurs mètres sous le temple.

Grâce à la 
photogrammétrie, les scientifiques ont prit des mesures et créé le plan du temple plus rapidement et efficacement que les méthodes traditionnelles.

La découverte du temple a été faite dans le cadre d'un projet plus étendu d'une étude multi-disciplinaire concernant l'important centre sur la carte de l'ancienne Egypte où se situait Gebelein. Actuellement, c'est un complexe de sites archéologiques situés à environ 30km au sud-ouest de Louxor.



Il y a plus de 5000 ans, il y a probablement eu une capitale de l'un des proto-états qui jeta les bases de la civilisation des pharaons.



Source:

 


Derniers articles sur l'Egypte:

 


http://decouvertes-archeologiques.blogspot.com/2015/12/decouverte-dun-temple-inconnu.html#yZEocuEJzEHFmrMd.99

Commenter cet article

Archives

Articles récents