Traduit par Hélios 
 

Friedrich-Karl Ewert
Après avoir examiné les archives climatiques remontant à 1881 recueillies auprès de 1153 stations météorologiques autour du monde, le Pr Friedrich-Karl Ewert a fait une intéressante découverte. Ce géologue à la retraite et expert en données informatiques de l'université Paderbron a trouvé la preuve que les données climatiques entre 2010 et 2012, ont été falsifiées par le Goddard Institute of Space Studies (GISS, une division de la NASA). 

Quand on compare les données disponibles archivées en 2010 avec celles fournies par la NASA en 2012, une nette différence apparaît entre les deux. Le GISS a changé rétroactivement les données passées pour donner l'apparence que la planète se réchauffe, en particulier après l'année 1950.En réalité, les données d'origine montrent que la planète se refroidit depuis la deuxième moitié du 20ème siècle. Dix méthodes statistiques différentes ont globalement été utilisées pour modifier la trajectoire climatique, la faisant passer d'un refroidissement à un réchauffement.
"Si on utilise les données de la NASA de 2010, la température de surface mondiale entre 1940 et aujourd'hui a chuté de 1,110°C et depuis 2000, elle a chuté de 0,4223°C... Un refroidissement a touché tous les continents excepté l'Australie, qui s'est réchauffé de 0,6339°C depuis 2000. Les chiffres pour l'Europe : de 1940 à 2010, avec les données de 2010, il y a eu un refroidissement de 0,5465°C et un refroidissement de 0,3739°C depuis 2000."

Les données originales montrent 4 phases de refroidissement et 3 phases de réchauffement depuis 1881 et nous sommes actuellement dans une phase de refroidissement. Comme les cycles de réchauffement se sont produits avant la moindre augmentation des niveaux de CO2, Ewert a conclu que "l'influence de nos émissions de CO2 sur les températures est nulle". 

Même si cette révélation a été annoncée lors d'une conférence sur le climat en 2012, ce n'est que maintenant qu'elle parvient à la connaissance du public. Je doute cependant que la secte climatique changera pour autant son refrain.

 

Original