Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La NASA n'exclut plus la présence de mégastructures extraterrestres sur l’étoile KIC 8462852

Publié par wikistrike.com sur 18 Janvier 2016, 06:11am

Catégories : #Astronomie - Espace

La NASA n'exclut plus la présence de mégastructures extraterrestres sur l’étoile KIC 8462852
Connu comme KIC 8462852 ou l’étoile de Tabby, cet objet céleste étonne les astronomes par son comportement. Des chercheurs ont remarqué que l’étoile KIC 8462852 se comporte de manière très étrange. On a eu toutes sortes d’explications allant de la plus plausible avec des nuages de comète qui masqueraient la luminosité jusqu’à des mégastructures aliens connues comme des sphères de Dyson. Et désormais, des observations historiques nous apprennent que l’étoile devient de plus en plus faible pendant une période d’un siècle et on n’arrive pas à en trouver la cause.
 
On a remarqué l’étrangeté de KIC 8462852 à partir des observations du télescope spatial Kepler qui a analysé l’étoile de 2009 à 2013. La plupart des étoiles, qui abritent une planète, ont une petite baisse de luminosité lorsque la planète passe en face de l’étoile. Mais l’étoile KIC 8462852 a eu des baisses de luminosité très erratiques au cours des 4 dernières années et parfois, la luminosité est en baisse de 20 %. Cela signifie que quelque chose, qui peut masquer 20 % d’une étoile, passe en face. Et c’est très étrange. Car quand la planète Jupiter passe devant notre soleil, alors le voile ne représente qu’un point noir par rapport au soleil et Jupiter est la plus grande planète du système solaire.
 
L’étoile KIC 8462852, une étrangeté spatiale
 
En septembre 2015, une équipe de l’université de Yale qui a baptisé officiellement l’étoile KIC 8462852 en "étoile de Tabby" a essayé d’expliquer ce signal inhabituel. Leur explication est que plusieurs comètes sont passées devant l’étoile et leurs nuages ont provoqué cette baisse de luminosité considérable. C’était la première explication. Mais un mois plus tard, Jason Wright de l’université de Pennsylvanie débarque avec une théorie de mégastructures aliens. Il explique que cela pourrait être des sphères de Dyson qui sont des espèces d’anneaux qui peuvent collecter l’énergie de l’étoile. Notons que malgré l’excitation des médias, c’est le seul chercheur qui a proposé cette explication. Par la suite, SETI, le programme de recherche de signaux aliens, a observé l’étoile KIC 8462852 et il n’a rien trouvé.
 
 
Mais il y a un souci. Bradley Schaefer de l’université de Louisiane rapporte que l’étoile KIC 8462852 est encore plus étrange. Quand l’équipe de Boyajian a étudié l’étoile, elle a utilisé les données numériques de l’université de Harvard. Ces données consistent en des plaques photographiques datant du dernier siècle. C’était pour découvrir si l’étrangeté de KIC 8462852 était constante au fil du temps, mais l’équipe n’a rien trouvé. Mais Schaefer a fait une seconde analyse sur les données. Il a créé une moyenne des données sur une période de 5 ans afin de découvrir des changements plus subtils  sur le long terme. Et il a découvert que l’étoile a été masquée à 20 % de 1890 à 1989. L’effet est très minime et il n’est pas évident à voir selon ce chercheur.
 
Un astronome à l’ancienne
 
Pour confirmer si la baisse de luminosité était réelle, Schaefer est allé à Harvard et il a inspecté les plaques photographiques à l’oeil nu. Notons que l’observation à l’oeil nu disparaît progressivement chez les astronomes modernes. Heureusement, Schaefer est un vétéran de l’astronomie et on considère que c’est un expert pour l’analyse des plaques photographiques à l’oeil nu.
 
 
Schaefer a confirmé le masquage de l’étoile avec l’observation manuelle et il a calculé qu’il faudrait 648 000 comètes d’une largeur de 200 kilomètres pour pouvoir masquer l’étoile KIC 8462852 de cette façon. Et c’est une chose quasi impossible en astronomie en sachant que ces 648 000 comètes auraient dû passer en même temps en face de l’étoile. Schaefer a déclaré que l’explication des comètes va dans le bon sens, mais les données nous montrent que ce n’est pas plausible. Et son étude réfute totalement l’idée des comètes. Boyajian est aussi moins sceptique sur les comètes. Mais elle ajoute qu’on a besoin de plus de données pour découvrir ce qui se passe.
 
Sources:
 
Commenter cet article

Archives

Articles récents