Traduit par Veritas Europe 

Une épée romaine retrouvée sur L'île aux Chênes (« Oak Island » en anglais), une île du comté de Lunemburg au sud de la province de la Nouvelle-Écosse au Canada, pourrait bel et bien refaire l'histoire.


Cette épée romaine relance le débat autour de la découverte des Etats Unis d’Amérique. 
Photo: AllTheContent / Investigating History
Les hommes enquêtant dans la mystérieuse Île aux Chênes, située sur la rive sud de la Nouvelle-Écosse, au Canada, ont fait une annonce inattendue au sujet de la découverte d'une épée de cérémonie romaine et ce que l'on croit être une épave romaine, suggérant radicalement que les anciens navigateurs ont visité l'Amérique du Nord plus de mille ans avant Christophe Colomb. 

La preuve de la découverte a été exclusivement révélée à Johnston Press et publiée dans Le standard de Boston. Elle a été découverte par des chercheurs impliqués dans la série de History Channel « La Malédiction de l'île aux Chênes », qui détaille les efforts de deux frères du Michigan qui tentent de résoudre le mystère du trésor de l'île aux Chênes et découvrent des artefacts historiques soupçonnés d'être cachés sur l'île. 

J. Hutton Pulitzer, chercheur principal, ainsi que des universitaires de la Ancient Artifact Preservation Society, ont compilé un document sur la découverte, qui doit être publié dans son intégralité début 2016. 

Le mystère de l'Île aux Chênes 

L'Île aux Chênes est le lieu de l'une des plus 
grandes chasses au trésor de l'histoire. Elle a commencé en 1795, lorsque Daniel McGinnis, âgé de 18 ans, a vu des lumières venant de l'île. Par curiosité, il est parti à la recherche des lumières et il a découvert une clairière à l'extrémité sud-est de l'île. Dans la clairière, il y avait une dépression circulaire, et à proximité un palan suspendu à un arbre. McGinnis et plusieurs amis sont retournés dans la région et ont commencé à creuser la dépression. A quelques pieds sous la surface, ils ont découvert une couche de dalles, et les parois de la fosse portaient les marques d'une pioche. A environ 3 m, ils ont trouvé une couche de grumes. Après avoir creusé jusqu'à trente pieds sous la surface, McGinnis et ses amis ont abandonné l'excavation sans jamais trouver quelque chose d'important. 

Des rapports sur les efforts des garçons ont été publiés dans plusieurs ouvrages imprimés. Huit ans plus tard, la Société Onslow s'est rendu dans la région pour essayer de récupérer le trésor, qui était supposé être caché au fond de la fosse. A partir des comptes rendus écrits des garçons, la Société Onslow a tenté l'excavation de ce qui était désormais dénommé le « Money Pit. » Cependant, ils ont finalement été contraints d'abandonner leurs efforts à cause des inondations. 

De nombreuses fouilles de la fosse ont eu lieu au cours des deux siècles suivants, mais elles ont été continuellement en proie à des difficultés, comme des effondrements et des inondations de la fosse. On a cherché le trésor dans l'île entière. Aujourd'hui Marty et Rick Lagina poursuivent la tâche, comme le raconte Curse of Oak Island. 

Découverte surprenante - Une épée romaine 

Alors que la plupart des chasseurs de trésors ont fini les mains vides, une récente découverte incroyable, pouvant changer l'histoire a été faite. Une épave, qu'on croit être romaine, a été découverte au large de l'Île aux Chênes, et à l'intérieur de l'épave, on a récupéré une épée de cérémonie romaine bien conservée.

L’épée romaine trouvée au large de l’Île du Chêne
Pulitzer a dit au Boston Standart que l'épée avait été transportée sur un bateau de pêche il y a des décennies, mais que cela avait été gardé secret parce que le découvreur et son fils craignaient d'être punis en raison des lois strictes de la Nouvelle-Écosse concernant la récupération des trésors provenant d'épaves. 

Cependant, les parents de l'auteur de la trouvaille, aujourd'hui décédé, sont venus récemment révéler l'épée précieuse aux chercheurs. 

Pulitzer a effectué des tests sur l'épée, en utilisant un analyseur par fluorescence X, qui a révélé que l'épée avait les mêmes propriétés métalliques, avec des traces d'arsenic et de plomb, que d'autres artefacts romains. 

L'épave est toujours là et n'a pas été fouillée « , a déclaré Pulitzer. « Nous avons analysé, nous savons exactement où elle repose, mais ce sera une chose délicate avec le gouvernement de la Nouvelle-Écosse pour qu'il permette à une équipe archéologique de l'expertiser. Nous savons sans l'ombre d'un doute qu'elle est romaine.

L’un des messages codés retrouvés sur l’île aux Chênes. 
Photo: AllTheContent / Domaine public

En 1804, des chasseurs de trésor mettaient la main, pour la première fois, sur un message codé gravé dans la pierre. Depuis, d'autres découvertes ont été réalisées mais le trésor reste introuvable. Cependant, le fait le plus étrange concernant cette île, et que personne n'est parvenu à expliquer, est la présence de nombreux puits jugés artificiels dans lesquels ont été installées des plates-formes en bois, ainsi que différents conduits et tunnels qui semblent constituer un ingénieux système de vases communicants, et une plage artificielle. Mais qui est à l'origine de ce labyrinthe souterrain et quelle était sa raison d'être? Personne ne le sait! D'autant plus, qu'aucune fouille et qu'aucun registre n'a jamais mentionné une quelconque exploitation humaine de l'île... 

Preuve à l'appui de la présence romaine 

Dans une tentative d'écarter les sceptiques, qui pourraient suggérer que l'artefact est tout simplement tombé d'un bateau dans des temps plus récents, Pultizer et son équipe ont déterré de nombreux autres éléments de preuve pour appuyer la théorie que les Romains se sont rendus dans le Nouveau monde plus de 1000 ans avant Christophe Colomb. Ceux-ci sont:
  • Des pétroglyphes sculptés sur des parois de grotte et des rochers en Nouvelle-Écosse par le peuple autochtone Mi'kmaq, qui représentent, ce que l'équipe de Pulitzer pensent être soldats romains marchant avec leurs épées, et des navires romains.
  • Cinquante mots dans la langue Mi'kmaq qui sont des termes nautiques utilisés par les marins de l'époque romaine.
  • Une espèce invasive de plante (Berberis vulgaris) poussant sur l'Île aux Chênes et à Halifax, qui était autrefois utilisée par les Romains pour assaisonner leur nourriture et prévenir le scorbut lors de leurs voyages.
  • Un sifflet de légionnaire romain trouvé sur l'Île du Chêne en 1901
  • Un mamelon métallique du centre d'un bouclier romain trouvé en Nouvelle-Écosse au milieu des années 1800
  • Des pièces de monnaie d'or romaine de Carthage trouvées sur le continent près de l'Île aux Chênes
  • Deux pierres sculptées de l'Île aux Chênes qui, dit Pulitzer, montre une langue de l'ancien Levant.

    Mamelon semblable à celui des boucliers romains trouvé en Nouvelle Ecosse
Lorsque vous mettez toutes ces choses ensemble et que vous regardez les anomalies, ce n'est pas une coïncidence, « a dit Pultizer au Boston Standart. « Les plantes, l'ADN, les artefacts, la langue, les dessins anciens - vous avez quelque chose qui mérite d'être pris au sérieux. »
Le professeur Carl Johannesen, anciennement de l'Université de l'Oregon, qui est aussi impliqué dans la recherche, dit que les résultats remettent en question l'orthodoxie de 1492 comme date à laquelle le Nouveau Monde a été «découvert». 

Alors qu'on a longtemps proposé que d'autres civilisations anciennes avaient atteint le Nouveau Monde avant Christophe Colomb, comme les Vikings, les Chinois et les Grecs, ceci est la première série de résultats convaincants qui suggère que les marins romains se sont rendus en Amérique du Nord il y a plus d'un millénaire. 

Pulitzer dit qu'il est temps de réécrire les livres d'histoire.