Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Etats-Unis : après les subprimes dans l'immobilier, voici les subprimes dans l'automobile

Publié par wikistrike.com sur 26 Février 2016, 10:04am

Catégories : #Economie

Etats-Unis : après les subprimes dans l'immobilier, voici les subprimes dans l'automobile

Traduction par Business Bourse 


Nous y revoilà. Vous rappelez-vous de la crise des subprimes lors de la dernière crise financière ? Eh bien, maintenant la même chose se passe avec les prêts automobiles. 

L'industrie automobile a fait mieux que de nombreux autres secteurs de l'économie au cours des dernières années, mais cette euphorie a été alimentée en grande partie par des clients qui ont contracté des prêts type "subprimes". Selon Equifax, 23,5 % de tous les nouveaux prêts automobiles ont été consentis à des emprunteurs présentant un risque de défaut non négligeable en 2015. Actuellement, il y a un total d'environ 200 milliards de dollars de prêts automobiles dits « subprimes » qui circulent aux Etats-Unis, et beaucoup de ces prêts ont été «reconditionnés» et vendus à des investisseurs. Je sais - tout cela semble ressemble énormément à ce qui était arrivé la dernières fois avec la crise des subprimes. Il semble malheureusement que nous n'apprenons jamais rien de nos erreurs, et beaucoup d'investisseurs finiront par en payer le prix fort. 

Tout se passerait bien si le nombre d'emprunteurs dits à risque n'effectuaient pas des remboursements extrêmement faibles. Et c'était le cas pendant un certain temps, mais maintenant les taux de défaillance et les taux de défaut sont en hausse à des niveaux que nous n'avons jamais vus depuis la dernière récession. Ce qui suit provient de 
Time Magazine...

Les gens, en particulier ceux en situation de fragilité financière du fait de leurs crédits se retrouvent dans une position plus inconfortable pour assurer leurs paiements. 

Selon Bloomberg, près de 5% des prêts automobiles de type "subprimes" qui ont été regroupés en titres et vendus à des investisseurs ont des défaillances de paiement, et le taux de défaut est encore plus élevé que ça. (Selon la personne qui en fait l'étude, les défaillances dans les paiements ont jusqu'à trois ou quatre mois de retard; et le défaut est ce qui arrive après). A un peu plus de 12% en Janvier, le taux de défaut a augmenté d'1% en un mois. Les deux taux, à savoir de défaillance et de défaut sont désormais au plus haut depuis 2010, lorsque les répercussions de la récession pesaient encore lourdement sur ​​les finances de nombreux Américains.

Le graphique ci-dessous a été posté par David Stockman, il montre que le taux de défaillance des emprunteurs de prêts de type "subprimes" a atteint son plus haut niveau depuis 2009. En fait, nous ne sommes plus très loin de franchir les précédents sommets qui avaient été établis lors de la dernière crise...

Il est tout à fait insensé de tenter de vendre des voitures de luxe à des gens insolvables. Et c'est particulièrement vrai maintenant alors que l'économie ralentit de manière significative dans de nombreux secteurs. Mais les gens sont cupides et ils feront ce qu'ils voudront. 

L'élément le plus troublant pour moi est que beaucoup de ces prêts sont "reconditionnés" et vendus à des investisseurs comme des "investissements solides" (comme c'était le cas pour les subprimes dans le secteur immobilier avant que la crise n'éclate en juillet 2007). La description suivante de ce qui se passe vient de 
Wolf Richter...

L'activité de "reconditionnement" de ces prêts, y compris des prêts de type subprimes à risque et à haut risque, dans des titres adossés à des actifs ont également été en plein essor. Ces valeurs mobilières adossées à des actifs (ABS: asset backed securities) sont structurées sur différentes tranches, de sorte que les plus hautes tranches - les dernières à absorber les pertes - peuvent être estampillées avec des notes de crédit élevées et placées dans des fonds communs de placement d'investisseurs privés . 

Les créances de type subprimes à haut risque sont à haut risque ! Généralement, elles ont des notes de crédit inférieures à 550. Pour rendre le tout intéressant, ils sont souvent regroupés dans des prêts avec des taux d'intérêt supérieurs à 20%. Afin de rendre possible ces paiements à ces niveaux de taux, les termes du contrat sont souvent étirés à 84 mois (7 ans). Les emprunteurs sont généralement perturbés au volant de leur véhicule et y a de quoi: le rendement négatif de leur investissement, les impôts, taxes, et le lourd bénéfice du concessionnaire sont glissés dans le prêt. Lorsque le prêteur reprend possession du véhicule, les pertes s'ajoutent à l'allégresse. (Enfin l'alégresse...après 7 ans, le véhicule est en plus rincé étant donné les longues distances parcourues aux Etats-Unis)

Ca vous donne presque envie de vous arracher les cheveux. 

C'est exactement ce genre d'événement qui avait causé tant de chaos avec les crédits hypothécaires à risque(Subprimes)

Quand apprendrons-nous enfin ? 

Pendant ce temps là, nous continuons à recevoir toujours plus de chiffres indiquant qu'
un important ralentissement économique a déjà commencé...

Nous venons de recevoir un signe encore plus clair démontrant que quelque chose ne va pas dans l'économie américaine . 

l'indice d'activité PMI des services américains publié par Markit est ressorti à 49,8 points pour le mois de février, largement inférieur aux prévisions des analystes. 

Cette chute est particulièrement inattendue alors que cet indicateur américain se maintenait au-dessus de 53 points de manière régulière depuis exactement deux ans.

Les statistiques qui tombent les unes après les autres nous montrent qu'une nouvelle récession est déjà là. Et bien sûr, certains diront que la dernière récession ne s'est jamais réellement achevée. Selon John Williams de shadowstats.com, l'économie américaine est toujours restée en contraction depuis 2005. 

Si nous ne tirons pas de leçons l'histoire, nous sommes condamnés à répéter les mêmes erreurs. Dans le monde entier, les "créances douteuses" sont en train de devenir un problème majeur, et déjà certaines institutions financières commencent à resserrer les conditions de crédit. 

Comme les conditions de crédit se resserrent, cela provoquera encore plus le ralentissement de l'activité économique. Et si l'activité économique ralentit, cela deviendra encore plus difficile pour les gens ordinaires de rembourser leur dette. 

La pression déflationniste augmente, et la plupart des banques centrales mondiales sont à court de munitions actuellement. 

Tout le monde savait que la bulle de la dette mondiale ne pouvait pas continuer à augmenter beaucoup plus rapidement que le taux de croissance économique. 

C'était seulement une question de temps avant que la bulle n'éclate. 

Maintenant, nous pouvons voir des signes de crise fleurir un peu partout autour de nous, et les choses ne vont qu'empirer dans les mois à venir...

 

Source en anglais

Commenter cet article

Archives

Articles récents