Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

France3 en flagrant délit de médiamensonges au Burundi

Publié par wikistrike.com sur 17 Février 2016, 11:54am

Catégories : #Culture - médias - Livres - expos - rencontres

France3 en flagrant délit de médiamensonges au Burundi

La propension à manipuler, c’est-à-dire à tromper leurs téléspectateurs semble inscrite dans l’ADN des grands médias qui arrosent la planète. Qu’ils soient publics ou privés ne change rien à l’affaire. Cette fois-ci, c’est France3, chaîne de l’audiovisuel public français qui a servi une grossière manipulation médiatique à ses téléspectateurs en guise de cadeau de Nouvel An 2016 !

L’art de tromper les téléspectateurs

Les faits remontent au mercredi 13 janvier 2016. Les accrocs au programme Grand Soir 3 ont les yeux rivés sur leur téléviseur qui annonce un sujet dramatique avec pour titre « preuves d’exactions au Burundi ». Brimades, tortures, cris, larmes, sang et mort sont au menu ! Le journaliste de France3 commente la vidéo en ces termes : « L’horreur absolue. Trois jeunes opposants [au président Pierre Nkurunziza] assassinés, égorgés et émasculés par des bourreaux enthousiastes ». Le journaliste, lui aussi très enthousiaste dans son commentaire, précise que cette vidéo a été filmée à Karuzi « sur un terrain appartenant au parti du Président burundais ». Ici, plusieurs questions se posent : dans un pays certes en proie à l’insécurité, mais où il n’existe pas un cantonnement des citoyens selon leur appartenance politique, comment savoir que ce « terrain » présenté comme théâtre d’exactions appartient « au parti du Président burundais » ? S’agit-il d’un lopin de terre acheté par le CNDD-FDD pour pratiquer la torture et assassiner tous ceux qui s’opposent au pouvoir de Pierre Nkurunziza, Président contesté depuis sa réélection l’an dernier ? Mystère et boule de gomme !Toujours est-il que, face à l’extrême violence de la vidéo, on peut imaginer les larmes dégouliner des yeux de plusieurs téléspectateurs qui ne s’empêchent de crier : « Pierre Nkurunziza est un criminel », ou encore « avec ces exactions atroces commises par ses hommes, Nkurunziza doit être poursuivi pour crime contre l’humanité »…

Capture d’écran de France 3. Cette vidéo (voir la vidéo ici), est mensongèrement présentée comme « une preuve d’exactions » commises par les autorités burundaises

Capture d’écran de France 3. Cette vidéo (voir la vidéo ici), est mensongèrement présentée comme « une preuve d’exactions » commises par les autorités burundaises

Reportage fictif

Seulement, le « reportage » de France 3 n’en est pas un. Les images qui sont servies aux téléspectateurs ne viennent pas du Burundi. Il s’agit d’une grossière manipulation de masses. Un reportage fictif. Car la langue usitée dans la vidéo diffusée par France3 est le Haoussa. Cette langue est parlée en Afrique de l’Ouest et non au Burundi où on parle plutôt le Kirundi. Il est donc évident que ni Luc Lagun-Bouchet, le journaliste de France 3 qui a porté ce sujet à l’antenne ni ses supérieurs hiérarchiques et collègues ne connaissent le Burundi. Sur Internet et particulièrement sur les réseaux sociaux, les réactions ne se sont pas fait attendre après cette bourde de France3. En ordre de bataille, les internautes fustigeaient les crimes de la cinquième colonne représentée par les médias de masse ou plus précisément les médias de manipulation de masses qui ne cessent de jeter de l’huile sur le feu lorsqu’ils parlent du Burundi. Une petite recherche sur le Net permet de constater que le « reportage » diffusé par France3 était extrait d’une vidéo disponible sur le réseau social You Tube. Le journaliste de France 3 avait indiqué dans son commentaire, le 14 janvier, que la vidéo avait été filmée « 48 heures auparavant ». Soit le 11 janvier. Or la vidéo de You Tube dans laquelle France 3 a extrait les séquences diffusées le 14 janvier a été postée le…22 décembre 2015. Une succession de médiamensonges !

Capture d’écran de la vidéo de You Tube. On retrouve cette image dans le « reportage » de France 3

Capture d’écran de la vidéo de You Tube. On retrouve cette image dans le « reportage » de France 3

Sur les réseaux sociaux, plusieurs personnes démasquent et condamnent les manipulations de France3. L’image de la chaîne est sérieusement écornée. Subitement, France24 une autre chaîne de télévision française (passée maître des manipulations médiatiques lors de la crise postélectorale en Côte-d’Ivoire et de la Guerre en Libye) arrive en sapeur-pompier. La mission de France24 semble simple : prouver que le journaliste de France 3 n’est pas coupable. Mais qu’il a été induit en « erreur » par un avocat belge appelé Bernard Maingain. Selon France24 c’est Bernard Maingain qui a remis la vidéo au journaliste de France3 Luc Lagun-Bouchet. Ce dernier est allé rencontrer son rédacteur en chef Jean-Jacques Basier qui en a validé la publication. Mais, pour France 24, rien de grave. Il s’agissait d’une simple « erreur » et non d’une faute professionnelle. Il ne faut donc pas faire une tempête dans une tasse de thé ! France3 est une chaîne du groupe France Télévisions détenu à 100% par l’Etat français. Elle est donc financée par l’argent du contribuable français. Depuis une décennie, France3 n’a cessé de perdre des téléspectateurs. Jadis troisième en termes d’audience, France 3 est tombée sous la barre de 10% (9,4 en 2014) du taux d’audience nationale en France, derrière M6, par exemple. En 2010, Pierre Sled a été nommé à la direction des programmes de la chaîne avec un mandat clair : remonter son audience. Le pauvre Pierre n’y parviendra pas ! Car l’audience de France 3 n’a cessé de tomber en chute libre.

Source :Le Journal de l’Afrique, Investig’Action ……

via: http://www.investigaction.net/France3-en-flagrant-delit-de.html?lang=fr

Commenter cet article

Archives

Articles récents