Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Cette terreur jihadiste en Afrique et en Asie qui ne fait pas la une des journaux

Publié par wikistrike.com sur 27 Mars 2016, 11:21am

Catégories : #Politique internationale, #Religion - pensées

Cette terreur jihadiste en Afrique et en Asie qui ne fait pas la une des journaux

Tout en se fichant des divagations prodiguées au monde par les représentants les plus subtils (!) du renseignement ukrainien sur la « guerre hybride de Moscou » derrière les bombes de Bruxelles, il y a ceux qui vont directement au cœur de la question.

Le britannique The Guardian rapporte les déclarations faites, « par la voie confidentielle », par le roi de Jordanie Abdullan II aux membres du Congrès américain, sur le rôle de la Turquie dans les attentats en Europe occidentale. Selon le monarque jordanien, Erdogan propose depuis longtemps une « solution islamiste radicale » des problèmes du Moyen-Orient et la pénétration du territoire européen par des terroristes représente une partie de la politique turque. Abdullan II aurait également parlé du rôle des Forces spéciales britanniques (SAS) en Libye à partir du début de 2016, et du travail d’autres unités militaires de Sa Majesté à la formation d’un bataillon mécanisé dans le sud de la Syrie, complété par les forces qui combattent le gouvernement de Damas. Abdullan a dit aux membres du Congrès que les forces jordaniennes, britanniques et kenyanes sont prêtes à franchir la frontière avec la Somalie pour frapper les formations d’al-Shabab.

L’Afrique, justement. Malgré ce qu’on nous a seriné par les porte-parole de la « civilisation occidentale sous la menace » de l’islam et par ses adeptes en guerre contre les « libertés démocratiques libérales », le magazine AfriqueAsie reprend un tableau – publié par le site parisien Marianne.net – qui montre comment le continent africain a été de loin le plus touché par la terreur jihadiste à partir de 2015. Abdallah Soidri écrit que, jusqu’à ce jour, « les attaques menées par les organisations terroristes islamistes ont touché une vingtaine de pays en Europe, Asie et Afrique et c’est précisément dans ce continent que l’on a enregistré le plus grand nombre d’attaques et de victimes. » Non pas que ce soit une nouvelles de première main: les statistiques tragiques rapportées par les médias plus ou moins objectifs en parlent depuis toujours ; mais ça ne fait pas de mal de le rappeler à tous ceux font de grands gestes en défense des « valeurs sacrées de la liberté démocratique occidentale. »

Dans les images qui nous sont présentées, des attentats de Paris en novembre dernier ou de celles de Bruxelles ces derniers jours, on parle exclusivement des victimes européennes, alors que celles africaines et asiatiques auraient été tout aussi nombreuses. « Ce qui frappe en regardant la carte, est le nombre d’attaques terroristes sur le continent africain », écrit Soidri ; « La plupart des attaques sont concentrées au Nigeria, au Cameroun et au Tchad. Dans cette zone, Boko Haram sème la terreur à coups d’attaques menées par des très jeunes kamikazes et de massacres dans les villages, comme dans Baga entre le 6 et le 8 janvier 2015. On estime que, à l’exclusion des attaques en Turquie et en Irak, dans de telles attaques ont été tuées près de deux mille personnes, et peut-être cinq fois plus les blessés. Même l’Afrique de l’Ouest, de l’Est et du Nord sont touchées par la folie terroriste. Parmi les pays touchés, la Libye, l’Egypte, la Côte d’Ivoire, le Mali, la Somalie et le Kenya. » En Asie, malgré la mort d’Oussama ben Laden, les talibans sont encore actifs : au Pakistan ils ont attaqué un institut universitaire et un centre de vaccination anti-polio, tuant 36 personnes. Sur les 38 attaques enregistrées, 25 ont été menées par Daech et Boko Haram, après que cette dernière formation avait juré allégeance à Daech il y a un an. Ceux qui ont été frappés, écrit Soidri, étaient en grande partie des civils, mais, parmi les religieux, il y a aussi les minorités musulmanes chiites, avec des attaques dans les mosquées le vendredi, jour de prière. Ce ne sont donc pas seulement les adeptes occidentaux de la sainte Eglise romaine!

Béchir Ben Yahmed, fondateur, en 1960 du magazine Jeune Afrique, et maintenant président du groupe éponyme, dans un article publié juste deux jours avant les attentats de Bruxelles, constatait combien « les attaques terroristes jihadistes sont menées de plus en plus souvent en Afrique du Nord et en Afrique subsaharienne. » Sans parler de ceux de Boko Haram au Nigeria et dans les pays voisins, la liste des attaques les plus récentes montre comment, par rapport aux  attentats en France (janvier, août et novembre 2015), celles menées dans divers pays africains sont beaucoup plus nombreuses. Donc : Égypte (l’Airbus russe en octobre 2015) ; Tunisie (mars, juin, novembre 2015; mars 2016) ; Mali (novembre 2015, mars 2016) ; Burkina Faso (janvier 2016); Côte-d’Ivoire (mars 2016). « Les auteurs », écrit Ben Yahmed, sont les hommes de « Al-Qaïda, inventeur du terrorisme aveugle et ses disciples de Daech, encore moins scrupuleux. Ils semblent engagés dans une exagération macabre « , afin que le monde parle d’eux. Ils ont choisi comme champ d’opérations tous les pays où ils avaient accès, visant des hôtels ou des centres d’affaires. Dans une situation où nous avons tendance à donner de plus en plus de pouvoirs aux ministères de l’Intérieur et aux services de sécurité, dit Ben Yahmed, c’est peut-être le cas de « nous arrêter et nous demander qui et combien sont-ils ces terroristes. Il est malheureusement vrai qu’ils sont plus nombreux, mieux équipés et peut-être plus motivés maintenant qu’ils ne l’étaient il y a 25 ans, lorsque Al-Qaïda faisait ses premières victimes. Cela signifie-t-il que 25 ans de lutte pour la contenir ont été un échec? Ou, la reprise a été déclenchée par de nouveaux sujets de mécontentement. » Selon Ben Yahmed, les terroristes prêts à tuer et à mourir, peuvent être estimés à moins de 100 000 dans le monde entier ; ils sont nombreux, considérant qu’ils étaient moins de 10 000 au début du siècle, mais ils sont peu nombreux, si on considère le phénomène comme une « maladie de l’islam », par rapport au milliard et demi de musulmans. » Les terroristes d’aujourd’hui, « s’ils utilisent l’islam comme couverture politique et cadre idéologique, sont des hommes et des femmes de tous les pays. Ils ont 15 ans, rarement ou jamais plus de 30 : ce sont nos enfants ou nos frères et sœurs, en  rébellion contre nous et contre le système dans lequel nous avons trouvé notre position et duquel ils se sentent rejetés. » Immobile pendant près de dix siècles, l’Islam donne les premiers signes d’un réveil lent, dit Ben Yahmed ; « Mais, dans sa partie arabe, où les régimes, monarchiques ou républicains, sont pour la plupart dictatoriaux et oppressifs, le pétrole et sa commercialisation accroissent les inégalités, augmente également la résistance contre les gouvernements et contre l’Occident qui les protège. Cette combinaison de facteurs a conduit à Al-Qaïda, puis à Daech. Ils ont réussi à déclencher une partie de la jeunesse euro-américaine à la recherche de nouvelles aventures. Quant aux jeunes Africains, beaucoup d’entre eux se sentent exclus des systèmes de leurs pays respectifs et parmi eux, une minorité rêve de revanche et voit la possibilité de le faire sous la bannière des filières africaines d’Al-Qaïda ou de Daech. »

Une analyse, bien que discutable et très insuffisante en matière de soutiens internationaux et de puissances bénéficiaires de l’action islamiste, néanmoins très différente de celle de qui continue à vouloir nous convaincre d’une attaque historique à « nos » valeurs, pour « nous » en défendre au prix de l’obligation d’accepter n’importe quelle mesure.

FABRIZIO POGGI

source : http://contropiano.org/news/internazionale-news/2016/03/26/quel-terrore-jihadista-africa-asia-non-notizia-077134

Le Club est l’espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n’engagent pas la rédaction.

via: https://blogs.mediapart.fr/segesta3756/blog/260316/cette-terreur-jihadiste-en-afrique-et-en-asie-qui-ne-fait-pas-la-une-des-journaux

Commenter cet article

Archives

Articles récents