Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La camisole de force autorisée dans l'enseignement

Publié par wikistrike.com sur 9 Mars 2016, 08:13am

Catégories : #Social - Société, #Culture - médias - Livres - expos - rencontres

La camisole de force autorisée dans l'enseignement

Bien que le personnel enseignant ne puisse évidemment recourir à cette solution qu'en cas de force majeure, la possibilité figure bel et bien dans la circulaire diffusée par la ministre compétente Joëlle Milquet (Fédération Wallonie-Bruxelles).

 

Une circulaire officielle diffusée par Joëlle Milquet, ministre de l'Enseignement francophone, le confirme "noir sur blanc", relate RTL Info ce matin. Le document qui circule dans les écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles précise l'étendue des recours disponibles et détaille les compétences de l'enseignant confronté à une situation extrême. 

Cas de force majeure
Ainsi, le professeur (ou l'instituteur) est autorisé, en cas de force majeure, à canaliser l'élève violent à l'aide de sangles (contention mécanique) voire de médicaments (contention chimique) en fonction des prescriptions admises par son médecin. Ces recommandations valent aussi bien pour l'enseignement spécialisé que pour l'enseignement ordinaire, précise RTL Info. 

"Solutions appropriées"
La circulaire, envoyée vendredi dernier aux établissements scolaires, doit permettre "d'aider au mieux les membres du personnel à trouver des solutions appropriées". Elle se fonde sur "un travail important mené avec le Conseil supérieur de l'enseignement spécialisé", a précisé Mme Milquet (cdH) dans un communiqué.

Cadre légal
Cette circulaire aborde les notions de responsabilité civile, pénale et rappelle le cadre légal. Elle insiste enfin sur toutes les mesures de prévention et de formation nécessaires aux membres du personnel, une information à destination des usagers, des familles, de toute personne désignée pour assister l'usager les représentants légaux.

Dernier recours
Selon Mme Milquet, le personnel éducatif ne doit "avoir recours à la contention qu'en cas d'urgence et de dernier recours". Le ministre a par ailleurs demandé aux équipes d'inspection de se rendre dans les établissements concernés par les plaintes - dont une école spécialisée dans l'accueil des mineurs autistes à Havré, près de Mons, et l'institut Schaller à Evere.

 

Source

Commenter cet article

Archives

Articles récents