Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Poutine ordonne le début du retrait des forces russes de Syrie car « les objectifs ont été atteints »

Publié par wikistrike.com sur 15 Mars 2016, 06:28am

Catégories : #Politique internationale

Poutine ordonne le début du retrait des forces russes de Syrie car « les objectifs ont été atteints »

Le président russe Vladimir Poutine a ordonné au ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou,d'entamer le retrait des troupes de Syrie à partir du 15 mars. «J'estime que les objectifs fixés au ministère de la Défense ont été atteints de manière générale. C'est pourquoi j'ordonne de commencer le retrait d'une partie importante de notre groupe militaire du territoire de la République syrienne arabe à partir de demain », a déclaré Vladimir Poutine lors de sa rencontre avec le ministre de la Défense Sergueï Choïgou et le ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov

Moscou maintiendra toutefois opérationnelles ses bases aérienne à Khmeimim près de Lattaquié et navale à Tartous, pour contrôler le respect du cessez-le-feu entré en vigueur en Syrie le 27 février dernier, a ajouté le président russe. 

 

 

 

© RT France
Les bases ruses qui restent en Syrie

Cette déclaration intervient après une conversation téléphonique entre Vladimir Poutine et Bachar el-Assad a eu lieu le 14 mars à l'initiative de Moscou. 

Les deux chefs d'Etat ont reconnu que les actions des forces aériennes russes en Syrie avaient permis de « renverser profondément la situation » à l'égard de la lutte contre les terroristes dans la région, de « désorganiser l'infrastructure des combattants et d'infliger des dommages fondamentaux ». 

Vladimir Poutine a aussi demandé à son ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov d'intensifier la participation de la Russie au processus de paix pour résoudre la crise syrienne. 

« Nous avons fait tout ce que nous avons pu » 

L'ambassadeur russe auprès des Nations unies, Vitali Tchourkine, informera le Conseil de sécurité de la décision de Vladimir Poutine. « Ce sont des consultations informelles, mais bien sûr j'entends en parler », a-t-il déclaré à Genève où se déroulent en ce moment même les négociations sur la Syrie. Il a exprimé l'espoir que les efforts internationaux de la lutte contre le terrorisme continueront quand même. Vitali Tchourkine s'est félicité du succès de l'opération militaire russe : « Nos forces ont agi très efficacement, notre présence militaire sera maintenue.Elle aura pour but d'observer le respect de la cessation des activités militaires », a-t-il encore indiqué. « Nous avons fait tout ce que nous avons pu », a conclu le diplomate russe. 

Moscou avait lancé sa campagne antiterroriste de bombardements aériens en Syrie le 30 septembre 2015. L'engagement de la Russie dans cette opération était basée sur le respect du droit international et s'est déroulée en accord « avec une requête officielle du président de la République syrienne arabe », selon Vladimir Poutine. 

Les forces aériennes russes ont effectué des frappes aériennes contre Daesh et d'autres groupes terroristes en détruisant leurs équipements militaires, leurs centres de communication, leurs véhicules, leurs armes et leur dépôts.


Source


 

La Russie a débloqué la situation en Syrie, affirme un ancien Général de l'OTAN

 

L’implication militaire russe en Syrie a favorisé le processus de règlement pacifique dans le pays, a déclaré l’ancien président du Comité militaire de l’Otan, Harald Kujat, cité par le journal allemand Deutsche Welle.

"Sans l'implication militaire russe en Syrie, le processus de règlement pacifique n'aurait pas été déclenché", a-t-il confié au journal allemand Passauer Neuen Presse.

La crise syrienne, poursuit-il, est entrée dans une phase de stagnation, car personne n'avait de "stratégie intégrée de règlement pacifique" dans la région: ni les États-Unis, ni l'Union européenne n'étaient prêts à mener des opérations militaires de grande envergure.

"C'est la Russie qui s'y est engagée, ouvrant ainsi la voie au règlement politique du conflit", a souligné l'ancien général.

Il a également indiqué qu'avant l'implication militaire russe en Syrie, l'armée syrienne était au bord de la défaite et qu'elle pouvait à peine compter encore sur "quelques jours d'existence". Si la situation politique avait suivi ce scénario, "l'effondrement du pays aurait été inévitable et le groupe terroriste Daech aurait pris les rênes du pouvoir", a-t-il relevé.

La mission principale de l'opération russe en Syrie consiste à écraser l'EI et à ramener la situation dans le cadre politique.

Selon différentes données, l'EI compte actuellement entre 30.000 et 80.000 combattants. D'après l'Etat-major général russe, les unités de l'EI sont fortes de 40.000 à 50.000 hommes.

La Russie mène depuis le 30 septembre une opération militaire contre l'EI en Syrie sur décision du président russe Vladimir Poutine et à la demande du président syrien Bachar el-Assad. Les frappes aériennes russes ciblent les sites militaires, les centres de communication, les transports, ainsi que les stocks d'armes, de munitions et de combustible appartenant à l'EI. Le 7 octobre, quatre navires de la Flottille russe de la mer Caspienne ont aussi tiré des missiles contre des sites de l'EI.

Les terroristes essuient des pertes considérables et changent de tactique en se réfugiant dans les habitations. Ils ont perdu la plupart de leurs armes et matériels sur la ligne de contact avec les troupes syriennes. Plusieurs groupes faisant partie de l'EI sont déjà prêts à quitter la zone des hostilités.

 

Source

Commenter cet article

Archives

Articles récents