Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Société générale : les vidéos des traders “au-dessus des lois”

Publié par wikistrike.com sur 3 Mars 2016, 14:34pm

Catégories : #Economie

Photo: Un jour au séminaire...

Photo: Un jour au séminaire...

Des vidéos tournées lors d’un séminaire festif à Djerba ou au siège même de la Société générale suggèrent, sur fond de plaisanteries douteuses, le cynisme des traders. L’ambiance évoque la finance folle des années 2000, mais en mode Bronzés.

Au cours de notre enquête sur la Société générale, nous avons mis la main sur une série de vidéos saisissantes. Des images filmées et projetées entre 2005 et 2007, lors des séminaires de la banque, à Djerba, Deauville ou dans la salle des marchés du siège de la Générale dans le quartier de la Défense, à Paris.

Un an avant que n’éclate l’affaire Kerviel, on y voit certains des supérieurs hiérarchiques directs du trader élire le meilleur “truffeur” de l’année, ou encore, “prendre des risques au-dessus des lois”. Ces sketches, joués par les employés de la branche Dérivés Actions de la Société générale, tournent en dérision le quotidien de ces banquiers, leurs prises de risque sur les marchés et ce sentiment d’impunité qui caractérise la finance des années 2000.

Ambiance déchaînée au Club Med de Djerba

Un vendredi soir de l’hiver 2006, une vingtaine d’autocars bondés de vacanciers excités se gare sur le parking du Club Med de Djerba, en Tunisie. Quelque 720 personnes en chemise hawaiienne et bob sur la tête en descendent. Il s’agit des salariés de la salle des marchés de la Société générale. Des informaticiens aux traders stars, tout le monde s’est déplacé. Pour l’occasion, le Club Med a enfilé les couleurs de la banque, des drapeaux rouge et noir séparés d’un trait blanc flottent du parking à la plage.

La Société générale n’a pas lésiné sur la dépense pour le week-end d’intégration des jeunes employés de sa branche Finance. Au programme de ces deux jours : balades à cheval et en chameau, massages traditionnels aux huiles essentielles, nourriture locale et, surtout, la très attendue soirée blanche du samedi soir.

Sur scène, entouré de danseuses à grandes plumes blanches, un homme au visage rond de patron satisfait. Dans sa chemise blanche trop grande, ce trader en chef attrape le micro pour ouvrir le bal. Il accueille une à une les délégations étrangères du groupe. On vient de loin pour ce séminaire annuel : Londres, Madrid, Stuttgart, Francfort, Zurich, Luxembourg…

En musique, le patron décompte le nombre d’avions qu’il a été nécessaire d’affréter pour permettre au 70 non-Parisiens de se joindre à la fête. On comprend alors que l’année 2005 a été si fructueuse pour cette partie de la banque que ce week-end se doit d’être à l’image de cette réussite.

“La marge, elle est dans ma poooooche”

Après les discours et les danseuses, place au rire. Sur scène, les sketches potaches s’enchaînent. Les différents services se charrient gentiment les uns les autres et l’auditoire, en chemise et robe blanches, est hilare. Pour faire écho aux nombreuses récompenses décernées par la profession que la branche Dérivés Actions de la Société générale aurait reçues cette année-là, le maître de cérémonie annonce qu’il est temps d’élire le meilleur “truffeur” de l’année. “C’est du jargon de banquier, il faudrait trouver un synonyme : roublard, arnaqueur, grugeur, fourreur. On entend ça toute la journée en salle des marchés…”, décrypte pour nous Nicolas Metzger, un ancien trader de la Société générale.

Deux hommes s’avancent sur la scène. Tous deux concourent pour le prix du meilleur “truffeur” 2005. Le premier, déguisé en Brice de Nice, porte un T-shirt jaune floqué de l’inscription “Sales truffeurs” (“truffeur vendeur” en français). Muni de trois gobelets posés sur un carton, il entreprend un tour de bonneteau en expliquant : “Le but pour toi, comme pour le client, c’est de retrouver la marge.” Après quelques tours de passe-passe, Brice de Nice demande : “Elle est où la marge ? Ici, non. Ici, non… La marge, elle est dans ma poooooche.” Fou rire général. Dans cette histoire, le pigeon, c’est le client.

Puis c’est au tour du trader de prouver qu’il est le plus fort dans le domaine de l’arnaque. Silence dans la salle. On entend s’élever les premiers accords de violons de la bande originale du Parrain. Un borsalino vissé sur la tête, c’est alors l’un des responsables de la salle des marchés qui s’avance sur la scène, l’air pénétré. Il se présente comme un “trader truffeur” et entame une reprise de Comme d’habitude de Claude François. “Comme d’habitude, je vais te truffer, comme d’habitude, je vais encaisser…” Le ton est donné, la salle est extatique, les banquiers sont entre eux et rient de leur impunité.

Au siège de la Société générale, des traders au-dessus des lois ?

Changement de DVD, changement d’ambiance. Nous sommes à Deauville, en 2005. Cette fois, c’est le grand hôtel Barrière, face à la mer, qui est entièrement réservé. Et le samedi soir, les organisateurs ont préparé une surprise : une série de sketches filmés pendant l’année, dans les bureaux de la banque dans le quartier de la Défense, par quelques salariés. Projetées sur grand écran, les parodies s’enchaînent.

Dans l’une d’entre elles, on peut voir ce que les banquiers de la Défense imaginent être une bande de lascars débouler dans les locaux de la Société générale en sautant par-dessus le portique comme Jacques Chirac sautait, dans une photo devenue culte, au-dessus des tourniquets du métro parisien. Une scène surréaliste censée montrer qu’à la Société générale, “on sait c’est qui qui domine”, comme s’en vante l’un des personnages. Mais une phrase attire l’attention : “On prend des risques au-dessus des lois, on mise tout ! Quand un bon client se présente, on tente tout.”

La prise de risques est un thème qui revient en boucle dans ces sketches joués par les employés de la banque. Dans tous les établissements bancaires, il existe un service interne dont la mission est de contrôler les décisions prises par les traders et d’évaluer les produits financiers que les ingénieurs mettent au point : c’est le service des risques.

“Tu sais qui je suis ?”

Dans une autre des vidéos projetées, on voit par exemple le service des risques se faire gentiment humilier par les traders. Il s’agit d’une tentative désespérée de la direction des risques d’interpeller des traders ivres affalés sous leurs bureaux. En quelques minutes, les traders emportent la partie en faisant régner leur loi à base de “tu sais qui je suis ?” et autres coups de pression.

Les contrôleurs sont au tapis et acceptent la défaite : “Martine (le prénom a été modifié – ndlr), tu vois ce whisky, eh bien lors de ma dernière analyse de risques, je crois qu’il n’était même pas encore en bouteille !”La pauvre Martine jettera finalement l’éponge pour se vautrer, elle aussi, sur le sol en vidant d’un trait une bouteille de Bacardi.


Source
 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents