Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

#NuitDebout : « Nous étions endormis et nous nous réveillons »

Publié par wikistrike.com sur 3 Avril 2016, 10:55am

Catégories : #Social - Société, #Politique intérieure

#NuitDebout : « Nous étions endormis et nous nous réveillons »


Est-ce l'amorce d'un mouvement qu'ils rêveraient « lame de fond » ou peut-être « déferlante » ? Est-ce l'annonce d'un « sursaut citoyen » qui mettrait dans la rue des Français de toutes conditions avides de protester et débattre, en criant leur défiance abyssale envers leurs élus et envers un système ? Est-ce le prélude d'un processus dit « révolutionnaire » ? 

Le mot ne fait pas peur au millier de jeunes gens réunis place de la République dans la nuit du 1eravril. Au contraire, il les exalte, les renforce, les unit. Il marque leur ambition, un horizon bien plus large que la simple abrogation de la fameuse « loi travail » et qui a le mérite de les associer pêle-mêle au printemps arabe, au mouvement « Occupy Wall Street », et aux « indignés » de toute sorte, particulièrement ceux d'Espagne à l'origine de Podemos. 

Quelle jubilation quand ils prononcent ce mot ! « Oui oui, insiste un jeune professeur de mathématiques en se frottant les mains pour tenter de se réchauffer : c'est bien un souffle révolutionnaire qui nous porte. Et c'est bien d'une révolution dont nous rêvons, tous aussi différents que nous sommes sur cette place de la République. » Un portique en carton lance le ton : « Que nul n'entre ici s'il n'est révolté ». 

La convergence des luttes 

Mais la révolution ne s'improvise pas en un jour. Et dans sa volonté de bien faire, d'occuper la place la plus longtemps possible en se montrant à la fois pacifiste, non directif et non sectaire, respectueux des idées de tous, le collectif « Nuit debout » peine à fixer un axe à la discussion ouverte sur un coin de la grande place. Quel foutoir ! Quel charivari ! Les interlocuteurs se succèdent, les sujets s'entrechoquent, illustrant la difficulté de cette « convergence des luttes »voulue par un petit groupe d'intermittents, de syndicalistes, de personnes engagées dans diverses associations. 

 

 


On s'avance dans la nuit en parlant d'autogestion et « d'activités dissidentes », de préoccupations féministes et de soucis écologistes ; de confiscation de la parole par « des médias capitalistes » et des journalistes « complices du système » ; on condamne « la stigmatisation des femmes voilées et l'islamophobie ambiante » ; on dénonce un Etat policier, des idées « néo-colonialistes » et une classe politique « déconnectée, corrompue et lâche » ; on fustige un gouvernement « qu'il faut à tout prix empêcher de gouverner car il ne limite pas les ressources des plus riches, appauvrit les plus pauvres et n'assure pas du travail à ceux qui n'en ont pas ». 

« Renouer avec les cahiers de doléances » 

Surtout, on s'accorde à reconnaître « qu'il ne faut pas compter sur les élections pour changer la politique ». Elections pièges à cons. Suffit de regarder la Grèce et la « trahison » de son premier ministre Tsipras qui, sitôt élu ou réélu, a fait le contraire de ce qu'attendait son électorat.« Aucune illusion sur le poids des urnes ! La démocratie a été confisquée par une caste de pourris ! » D'ailleurs, a-t-on vraiment besoin de l'Etat ? Des Etats ? 

 

 


Tout est à réinventer, clament tour à tour une multitude de jeunes gens. A condition de consulter tout le monde, de ne pas faire peur au peuple, d'aller à sa rencontre, dans les quartiers et à la sortie des métros, « comme les Témoins de Jéhovah ». Au fond, dit un jeune barbu très ému, il faudrait « renouer avec les cahiers de doléances, comme à la Révolution ». L'idée est approuvée, votée à main levée. 

Car on vote beaucoup lors de cette assemblée générale. On vote sur le principe de voter puis sur la nécessité de 80 % d'approbation pour qu'une décision passe. On vote sur le temps de parole des intervenants, sur la longueur de l'assemblée, sur le travail des commissions, sur le planning... On vote sur tout, en fait. Et si la sono est défaillante, on répète, on hausse la voix, on se veut exemplaire. Il n'y a pas de leader, malheur à qui voudrait jouer les héros. 

« Nous étions endormis et nous nous réveillons » 

Vers minuit, l'AG, joyeusement, se disperse. Les cigarettes et la bière circulent. Les CRS se tiennent à distance. Quelle victoire s'ils renonçaient cette nuit à disperser les irréductibles qui jurent vouloir rester sur la place au moins jusqu'à dimanche soir. Par quatre ou cinq, des petits groupes se forment, discutent, s'épaulent. Tiens, en voici un - une étudiante de 21 ans, trois garçons de 23, 24 et 30 ans − qui semble passionné. 

« Soulagé » que les discussions s'amorcent. « Tellement heureux » que ça frémisse. « Vous savez quoi ? s'exclame Thibaud Massiani qui travaille dans un magasin d'alimentation bio. Depuis les attentats de novembre, les gens ont dû se terrer, confrontés à l'état d'urgence et à une violence policière effrayante. Depuis des mois on doit supporter des discours belliqueux qui ne nous plaisent pas, car ce sont leurs guerres, et ce sont nos morts, les victimes du 13 novembre. Mais voilà que l'hibernation se termine, qu'on se retrouve enfin dans la rue avec des gens qu'on ne connaît pas mais avec qui on peut parler des sujets essentiels. » 

Le terrorisme ? Mais non voyons, quelle idée ! « L'emploi, le logement, la santé, l'éducation, les libertés démocratiques... Le gouvernement a exploité jusqu'à la corde le thème du terrorisme ! Trop pratique pour nous museler et faire oublier le reste ! » Ses compagnons approuvent. La jeunesse, insistent-ils, n'en peut plus de cette chape de plomb, des coups de menton autoritaires et des discours paternalistes qui la déconsidèrent. « Le risque que l'un d'entre nous soit victime du terrorisme est infime, dit Ulysse Elise, étudiant en physique. En revanche, qu'il soit confronté au chômage et à la pauvreté est une certitude. » Ces « 31, 32, 33 mars » se veulent bel et bien le début du sursaut. « Nous étions endormis et nous nous réveillons. » 

La place de la République a été évacuée par la police samedi au petit matin. Mais déjà les appels à se réunir de nouveau fleurissent sur les réseaux sociaux.


Source
 

Commenter cet article

Archives

Articles récents