Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Sanofi piste ses salariés grâce à des puces électroniques

Publié par wikistrike.com sur 16 Avril 2016, 06:21am

Catégories : #Science - technologie - web - recherche, #Economie

Ce flicage se répand comme la peste dans les entreprises tout autour du monde

Ce flicage se répand comme la peste dans les entreprises tout autour du monde

Depuis le 6 avril les salariés du siège de Sanofi à Gentilly dans le Val de Marne ont des porte-badges équipés d'une puce RFID. La direction de l'entreprise pharmaceutique voudrait "mesurer l'utilisation des espaces". Au campus Val de Bièvre inauguré en juin 2015 les  3 000 salariés n'ont pas de bureaux attitrés l'ergonomie est innovante.

 

Au Campus Val de Bièvre les 3000 salariés ont depuis 10 jours l’obligation de porter une puce RFID sur eux. Le règlement aurait été modifié récemment en ce sens. Les salariés du site du Carteret de Sanofi à Lyon ont déjà des puces RFID  sur leurs porte badges.

 

Les salariés ne comprennent pas l’usage des puces RFID

 

Ce qui dérange les salariés c'est l'utilisation potentielle des informations, même si la direction s'en défend et présente des documents qui pourraient démontrer le contraire.

Pascal Lopez, le délégué Force Ouvrière du Campus Val de Bièvre a reçu plusieurs plaintes de ses collègues. La puce RFID c’est une technologie très courante puisqu’on la retrouve dans les cartes bancaires et les cartes sans contact comme les cartes de bus. La puce s'active quand elle est proche d’une borne.  

Le délégué SUD dénonce le comportement de la direction "la puce est géolocalisatrice, elle est active car elle est alimentée par une pile. La puce émet un signal."

L’entreprise serait munie de plusieurs lecteurs RFID sur le site du Val de Bièvre.

Autre interrogation des représentants du personnel : l’association des informations du badge et du porte-badge pourrait, estime Pascal Lopez, permettre à l’entreprise de géolocaliser ses salariés. LaCNIL a été saisi au nom des salariés.

 

 

Sanofi a demandé conseil à la CNIL avant de mettre en place son système de porte-badge RFID. Mais le syndicat SUD déplore le manque de transparence du groupe pharmaceutique français. Les documents techniques des puces RFID et les conseils de la CNIL ne leurs ont pas été communiqués.

Pascal Lopez craint les pires usages "On trouve ça disproportionné d'utiliser la géolocalisation pour mesurer le taux d'occupation des locaux de l'entreprise. Imaginez si toutes les entreprises de France et de Navarre mettent des puces sur leurs salariés, on craint des dérives !"

 

Sanofi se défend de tout flicage

 

Au campus Val de Bièvre Anne Viaud la directrice soutient son projet. Celui d’un campus haute qualité environnementale (HQE) et innovant dans la gestion des flux de personnes.

Ici nous sommes sur le plus grand campus européen en espaces dynamiques de travail, les salariés n’ont pas de bureaux attitrés. 

 

Ces porte-badges n’ont qu’un seul but, assure la directrice : améliorer la gestion des espaces collectifs, détecter les présences et ainsi prévoir les salles de réunion.

 

L’anonymat a été assuré par la pose des puces sur les porte-badges. «  Ils sont interchangeables » assure Anne Viaud. De plus Sanofi ne traite pas les données récoltées par les puces en interne. "Les informations vont directement chez le fournisseur." Sanofi a accès aux chiffres anonymisés et traités.

 

Source

Commenter cet article

Archives

Articles récents