Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

En Seine-Saint-Denis, des instituteurs qui "ne savent pas écrire le français"

Publié par wikistrike.com sur 24 Mai 2016, 06:37am

Catégories : #Culture - médias - Livres - expos - rencontres

En Seine-Saint-Denis, des instituteurs qui "ne savent pas écrire le français"

Créées en 2013, les écoles de formation devaient améliorer le niveau des professeurs des écoles. Dans l'académie de Créteil, on recrute des futurs enseignants en dessous de la moyenne.

 

Un instituteur qui fait cours les mains dans les poches, qui parle à ses CM2 comme un « grand frère » de banlieue, avec « ouais » et « j'en ai marre » à foison. Une autre qui explique à ses élèves la signification du verbe « dérider » en prenant l'exemple d'une maman qui s'applique une crème anti-âge. Un troisième, pourtant professeur des écoles lui aussi, incapable de formuler une phrase sur le mode interrogatif ; l'inversion du verbe et du sujet constituant une prouesse apparemment hors d'atteinte. A Bonneuil-sur-Marne (Val-de-Marne), des professeurs réunis dans les locaux de l'école supérieure du professorat et de l'éducation (Espe) de l'académie de Créteil égrènent les anecdotes pour le moins préoccupantes.

Mises en place au début du mandat de François Hollande, en 2013, les Espe avaient pourtant pour mission d'assurer une formation de qualité aux futurs professeurs des écoles. En son temps, Nicolas Sarkozy avait, pour sa part, décidé la suppression des instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM), propulsant des générations de jeunes enseignants démunis devant des élèves pas toujours enclins à l'indulgence. Les nouvelles Espe devaient remédier au problème en accompagnant les instituteurs dans leur apprentissage du métier. A Créteil, l'académie qui compte le plus de territoires « perdus » de la République - Saint-Denis, Bobigny, Aulnay-sous-Bois -, il semble, hélas, qu'on n'y soit pas encore.

« C'est une catastrophe, assène franchement une formatrice, qui préfère conserver l'anonymat. Je ne veux pas tirer sur l'ambulance, les Espe font ce qu'elles peuvent avec des moyens riquiqui, mais je constate une telle dégradation depuis cinq ans ! Ce n'est plus possible, il faut que les gens sachent : dans la Seine-Saint-Denis, on recrute des instituteurs qui ne savent pas écrire le français. »

Trop de postes à pourvoir

En vertu d'un système d'affectation qui, décidément, marche sur la tête, les élèves qui ont les plus grandes difficultés scolaires héritent encore et toujours des plus mauvais enseignants de France. En cause : le nombre de postes à pourvoir, énorme, qui facilite énormément les chances de réussite au concours. « A titre d'exemple, quand on cherche 772 instituteurs à Lille, on en cherche 1 635 pour la seule ville de Créteil », relève Aude Gerbaud, maître de conférences en histoire et formatrice depuis une dizaine d'années. Autrement dit, le manque de profs est tel que ceux qui ne sont pas assez bons pour décrocher le sésame dans leur académie d'origine ont tout intérêt à sauter dans un train pour venir passer le concours en région parisienne.

« Il y a quelques années, on recrutait à 4/20 : il suffisait de savoir mettre une croix en bas d'une page pour être admis, poursuit Aude Gerbaud. Maintenant, on ne descend plus au-dessous de 8/20, et les chances de succès sont passées à 56 %. Mais ça reste beaucoup plus facile qu'ailleurs en France, où la réussite tourne plutôt autour de 10-12 %. » Dans les écoles des banlieues parisiennes, le niveau des connaissances des instituteurs est donc, encore, bien plus faible qu'ailleurs. Pourtant, pour Eric Mesnard, professeur d'histoire-géographie et formateur depuis 1994, le vrai problème n'est pas là : « A la limite, peu importe le niveau de recrutement, si seulement on avait les moyens, et surtout le temps de les former vraiment. » Et du temps, personne n'en a."A LA LIMITE, PEU IMPORTE LE NIVEAU DE RECRUTEMENT, SI SEULEMENT ON AVAIT LES MOYENS, ET SURTOUT LE TEMPS DE LES FORMER VRAIMENT."

Les formateurs du centre de Créteil, en sous-effectif chronique, se retrouvent face à des classes de 35 élèves, contre une vingtaine à l'époque des IUFM. « J'ai 35 mémoires à suivre, et on me demande d'en faire encore deux fois plus ! Ça me navre, mais je n'ai plus le temps d'aller sur le terrain, de suivre les étudiants dans leurs classes, quand ils sont face aux enfants », déplore Aude Gerbaud. Mais les plus débordés sont encore les étudiants eux-mêmes. A l'époque des IUFM, les futurs instits effectuaient trois stages de quinze jours dans une école ; aujourd'hui, ils sont à mi-temps devant une classe, toute l'année. Le reste du temps, ils le partagent entre les heures de cours à l'Espe... et l'obtention de leur master.

Car, depuis 2010 et la réforme de la « mastérisation » impulsée par Nicolas Sarkozy, la formation des enseignants est intégrée au parcours universitaire classique : licence, master, doctorat. Les professeurs des écoles sortent donc de leur formation avec un bac + 5 qui doit être sanctionné par un mémoire universitaire. Un travail de recherche auquel les aspirants professeurs des écoles ne sont pas habitués et sur lequel, de l'avis général, ils peinent énormément. « Il y a beaucoup de travail, c'est vrai, résume Sophie Lafargue, qui vient de terminer sa formation à l'Espe de Créteil. Il faut savoir alterner les moments où l'on est face aux élèves, où il faut que nous ayons l'air sûrs de nous, et les moments où nous sommes nous-mêmes en position d'apprentissage face à des profs qui nous enseignent des choses plus ou moins éloignées de la réalité du terrain. »

Débordés, certains étudiants utilisent leurs heures de cours à l'Espe pour corriger des cahiers ou préparer leur prochain cours. « C'est beaucoup trop lourd, ils sont au bord de l'apoplexie », reconnaît volontiers Aude Gerbaud.

Un boulot dur et mal payé

François Hollande avait promis de recruter 60 000 nouveaux enseignants ; l'engagement est à peu près en passe d'être tenu, 47 000 postes ayant été créés jusqu'à maintenant. Mais d'autres préoccupations viennent ternir ce « succès » : qui l'Education nationale recrute-t-elle pour tenir ces objectifs ? Des études longues pour un boulot difficile, mal payé et mal considéré ont-elles vraiment une chance d'attirer les meilleurs candidats ? Est-on certain de fournir les bonnes armes à ceux qui sont chargés d'instruire nos enfants, quand les formateurs ont à peine le temps de les accompagner sur le terrain ?

« Pour ma part, il s'agit d'une reconversion, raconte la jeune institutrice Sophie Lafargue, aujourd'hui en poste dans une école à Charenton (Val-de-Marne). Je me suis éclatée à l'Espe, et j'adore mon nouveau travail. Mais j'ai 37 ans, et je dois dire que j'aurais été incapable de faire ce métier à 20 ans. » Pour l'instant, ce sont encore les élèves de Saint-Denis qui essuient le manque de maturité des instits débutants. Et quand ils seront rodés, ils iront enseigner ailleurs, chez les plus riches. Pour l'égalité des chances, valeur cardinale de la République, il faudra donc repasser. 

 

Source

Commenter cet article

Archives

Articles récents