Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La Révélation : Le document qui prouve la réalité des projets de dictature de la Finance

Publié par wikistrike.com sur 3 Mai 2016, 06:42am

Catégories : #Economie

La Révélation : Le document qui prouve la réalité des projets de dictature de la Finance

En démocratie, les citoyens ont droit à une information totale et sincère.

 

Nous avons tous entendu parler de projets de l'Union Européenne Nous constatons qu'il existe une concordance entre les réformes qui nous sont imposées et celles qu'ont déjà subies des pays voisins.

Nous réalisons maintenant que ces réformes présentées comme l'unique condition du progrès vont toujours dans le sens d'une régression sociale. Certains désignent les responsables : le gouvernement, la sociale démocratie, le Medef, l'Union Européenne, peut-être les USA et certainement la meilleure ennemie de François Hollande : la finance internationale. Tout cela fait un peu désordre. Les avis les plus tranchés se trouvent sur des sites qui n'ont pas bonne réputation, peu fiables car « probablement complotistes », et il semble aventureux d'en recommander les liens. Là, j'ai envie d'ouvrir une parenthèse en demandant si quelqu'un connaît ceux qui distribuent les certificats de bonne et mauvaise réputation ?

 

Il se trouve qu'en lisant un article plutôt banal, j'ai lu une invitation à « cliquer ici », ce que j'ai fait par curiosité. Je me suis retrouvée sur … le site de la Maison Blanche. J'ouvrais de grands yeux, je n'étais jamais allée vagabonder dans ce genre d'institution, d'autant plus que mes derniers cours d'anglais datent de 60 ans. Le document, orné de son élégant logo, avait une présentation raffinée.

Il s'agissait d'un accord concernant toute la durée de notre siècle cosigné par le Président George W. Bush et le Chancelier Gerhard Schroeder en date du 27 février 2004. Voici le titre officiel en anglais :

The German-American Alliance for the 21st Century Joint Statement by President George W. Bush and Chancellor Gerhard Schroeder.

 

Vous pourrez le lire maintenant sur le même site, mais classé dans les archives, au lien suivant :

http://georgewbush-whitehouse.archives.gov/news/releases/2004/02/20040227-10.html

Après un paragraphe rappelant la profonde amitié qui lie leurs pays, les deux hommes se promettent de poursuivre ensemble les mêmes objectifs, en compagnie de leurs amis et alliés européens. Leur ont-ils d'ailleurs demandé leur accord ? Rien n'est moins certain puisque ce Pacte n'est proposé officiellement qu'en anglais et en allemand (dans les archives de la Chancellerie). Il n'existe pas en français et je remercie ici Romaric qui a bien voulu le traduire dans notre langue au plus près du texte initial afin d'éviter tout risque d'interprétation approximative. Il faut d'ailleurs préciser qu'aucun média français, aucun de nos journaux n'en a parlé à l'époque, alors qu'il a été publié dans d'autres pays de l'UE et, en particulier, dans la presse allemande et anglo-saxonne. Il semble donc assez peu connu en France. Pourquoi ? Cette crainte d'être classés parmi « les complotistes » provoque-t-elle l'autocensure chez nos journalistes ou des ordres ont-ils été donnés en haut lieu ?

Pour ma part, je cherche toujours à me référer à des documents officiels et consultables par tous. Ce pacte est très important car il éclaire d'une nouvelle lumière les évènements actuels. Je ne suis pas particulièrement habilitée à commenter ce genre d'information, je suis une simple citoyenne qui estime que chacun de nous est en droit de la connaître.

C'est une preuve irréfutable qui concerne nos vies et je prends donc le risque de la publier.

QUI OSERA DOUTER DE LA FIABILITE DU SITE DE LA MAISON-BLANCHE ?

 

LA REVELATION :

Ma première lecture du document dans la langue d'origine m'a permis d'en saisir le contenu général et, là, ce fut vraiment une révélation : la preuve, par son authenticité, de l'horreur démentielle des objectifs destructeurs de ces deux pays dans le but de la mise en place de l'hégémonie des Etats-Unis sur une partie du monde :

 

LA ZONE GEOGRAPHIQUE CONCERNEE :

Elle est décrite avec précision,

- tous les états de l'Union Européenne, dont l'Allemagne est considérée comme le chef de file,

- tous les états bordant la rive sud de la Méditerranée, le Proche-Orient et le Moyen-Orient.

 

On peut simplifier en disant que la zone concernée s'étend de l'Atlas jusqu'au Golfe Persique,

l’État d'Israël inclus. (voir sur le net la définition du Grand-Moyen Orient, expression des USA).

 

LE CONTENU DETAILLE DE CE PROGRAMME :

Il convient de souligner d'abord que l'ensemble du texte est écrit dans une langue diplomatique qu'il est nécessaire de « traduire » pour bien comprendre. A première vue, il s'agit de la mise en œuvre d'intentions généreuses et louables de la part d'un grand pays voulant favoriser la paix, un vivre ensemble harmonieux et un progrès économique dans toute une région de la terre, à l'occasion de la globalisation en devenir.

Après une lecture plus approfondie et à la lumière de l'actualité, on comprend vite que ce tableau idyllique n'est qu'un mirage et que la réalité se révèle brutale et violente. Il s'agit de la réalisation de l'avancée du vieux rêve impérialiste des Etats-Unis qui veulent asseoir leur hégémonie dans le cadre d'une « globalisation positive », selon l'expression de Joschka Fischer, ministre allemand des affaires étrangères de l'époque. Là, je dois m'écarter un peu du texte du Pacte pour donner quelques précisions : Ce projet, que je n'hésite pas à qualifier de machiavélique, a germé dans les cerveaux d'autorités politiques et économiques lors de plusieurs réunions dans les think tanks allemands (Fondation Bertelsmann et le CAP) en 2003, puis lors de la 40ème Conférence de Munich sur la politique de sécurité sous l'égide de l'OTAN

Je reviens donc à mon « texte probant ». Le pacte prévoit le renforcement de l'OTAN et se félicite de son élargissement à l'occasion de celui de l'UE. Il entend bien renforcer également les relations économiques entre les USA et l'Union Européenne. Là ; j'attire votre attention sur le traité « de libre échange » entre l'Europe et les Etats Unis, au bénéfice essentiellement de ces derniers, en cours de discussion actuellement (appelé plus communément TAFTA) qui concrétise ce projet. Le pacte prévoit aussi que Nord-Américains et l'Europe Unie devront travailler ensemble à la promotion de la paix, de la démocratie, des droits humains, de l’État de droit. Il déclare le soutien américain à la réalisation complète de l'intégration européenne. Il annonce ensuite qu'ensemble, nous devrons agir avec les peuples d'Afrique du Nord et du « Grand Moyen Orient » afin d'installer partout nos valeurs communes. Il prévoit également, en ce qui concerne le proche-Orient et le Moyen-Orient, des accords sur le contrôle et la distribution de l'énergie, ainsi que des moyens de communication.

Ce document semble dire tout et son contraire. Il insiste sur l'achèvement de l'Union Européenne, qui doit devenir un pays important, sans doute fédéral sous une forme que nous ne connaissons pas encore, mais surtout disposant d'une reconnaissance juridique et capable de mener des politiques communes dans des domaines importants. Il n'est donc plus question de la souveraineté des peuples qui le composent, ce qui est une condition indispensable à une véritable démocratie. De plus, le citoyen disparaît au fur et à mesure que les autorités décisionnelles s'éloignent de lui. C'est pourquoi le terme « démocratie » perdra dans cette hypothèse sa réalité et sa pratique sur des points essentiels. Nous le voyons déjà dans l'élaboration du budget national, dans sa soumission de nos élus aux directives européennes ... Même si cette construction convient à certains, il me semble que cela ne renforce pas la démocratie.

Le fait d'être dans un état de droit n'est pas une garantie de la sécurité des citoyens. Les dictatures ont aussi leur législation. Les règles sont parfois légales, mais illégitimes.

Cette communauté de valeurs demande à être précisée. Elle est généralement interprétée comme l'intégration de tous les habitants au moyen du partage d'une seule et même culture, fondée sur la démocratie, le droit, le libre-échange et sa concurrence libre et non faussée, une politique économique et sociale identique dans toute l'Union Européenne, mais aussi une langue commune, une Histoire commune ou une absence d'Histoire, une seule religion ou des religions compatibles et partagées, des repères communs, un même mode de pensée etc. Il est bien sûr plus commode de choisir comme modèle une culture existante et, puisque les USA sont un grand pays « parfait », ce sera donc leur culture qui deviendra celle de tous. Avez-vous envie que vos enfants abandonnent notre bain culturel pour devenir tous semblables et Américains dans leur tête ? Comment ce projet fou pourra-t-il se réaliser dans les populations musulmanes, dans les foyers fondamentalistes en particulier ? Ceux-ci n'ont rien à faire d'une démocratie qui n'existe pas dans leur modèle civilisationnel, ni de certains droits humains, ni d'une religion autre que la leur. Cela amène, par exemple, le Professeur Pierre Hillard à évoquer « le formatage des esprits aux normes occidentales pour les populations musulmanes » et j'ai lu ailleurs le terme « désislamisation ». N'est-ce pas une véritable déclaration de guerre envers ces populations ?

Devrons-nous, à la demande des Etats-Unis, imposer la paix par la guerre, le chaos et la mort ?

 

Voilà ce que cette Alliance pour le 21ème siècle promet aux Français avant 2099 :

- l'assassinat criminel de nos cultures, c'est-à-dire de ce que nous sommes en tant que Français.

- la disparition possible de notre de notre Etat-Nation,

- notre langue devenue deuxième langue, voire langue morte facultative,

- une démocratie réduite à une part de citoyenneté (c'est déjà le cas bien souvent),

 

Voilà ce que cette Alliance génère dans notre actualité :

- la casse de nos droits sociaux si la loi « Travail » n'est pas retirée malgré les résistances justifiées qu'elle provoque,

- l'abandon déjà acté de notre souveraineté dans la politique monétaire, nos choix budgétaires et économiques,

- nos modifications de découpages administratifs en cours de réalisation pour préparer une territorialisation de l'Union Européenne et afin de terminer l'intégration européenne souhaitée par les USA.

- la démolition permanente et insidieuse de nos services publics et, en ce moment, la résistance légitime de nos cheminots,

- les menaces qui pèsent sur nous en cas de signature des traités de libre-échange avec les USA et le Canada sur la défense des consommateurs et celle de notre planète, notamment dans le domaine sanitaire (OGM, poulet au chlore, viande aux hormones, produits chimiques dangereux, exploitation des gaz de schiste …),

- Les guerres et le chaos qui en résulte au Grand Moyen Orient et, sans doute, la poursuite du terrorisme par les intégristes islamistes.

 

Je me suis assurée que cette Alliance n'avait pas été dénoncée par une des parties. Au contraire, elle a été confirmée par Angela Merkel dès qu'elle a été élue chancelière.

 

DONC, NOS ENNEMIS, CE SONT LES ETATS-UNIS ?

Ce n'est pas si simple. En fait, il existe une convergence d'intérêts entre l'impérialisme des USA et

la soif de profits des multinationales et de la finance internationale jamais assouvie. Ces derniers, dans le cadre de la globalisation et la concentration du capital, souhaitent avoir une emprise totale sur la population, les salariés et les consommateurs, afin de les soumettre tous à la réalisation du plus grand profit possible. Le problème est qu'un groupe de financiers ne peut pas encore légiférer et signer des traités avec des gouvernements ; il leur est donc nécessaire de passer par un état. Ainsi, les Etats-Unis et la finance internationale se sont rejoints pour parvenir ensemble à leurs fins. Certains n'hésitent pas à déclarer que le Président Obama est le chef des financiers et des multinationales. Nous avons bien vu sa contrariété lorsqu'il est venu sermonner Angela Merkel et les responsables de l'UE parce que les accords commerciaux entre les USA et le Canada d'une part, l'UE d'autre part, traînaient trop à son avis.

 

C'est pourquoi, grâce à ce document probant, nous pouvons conclure qu'il ne suffit pas de dénoncer l'Union Européenne, ni même l'Allemagne. Ceux qui veulent faire notre malheur,

ce sont les USA et la finance internationale,

soutenus par leurs sous-fifres : l'Union Européenne et nos gouvernants.

 

Nous ne les laisserons pas faire !

Commenter cet article

Archives

Articles récents