Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Un expert dément la découverte d’une cité maya par le jeune québécois

Publié par wikistrike.com sur 12 Mai 2016, 06:33am

Catégories : #archéologie - Histoire - Préhistoire - Patrimoine

Un expert dément la découverte d’une cité maya par le jeune québécois

Eric Taladoire est professeur émérite d’archéologie pré-colombienne et spécialiste des civilisations mayas. Il dément la rumeur très médiatisée de la découverte d’une cité maya par un adolescent québécois de 15 ans.

«Cette histoire commence à nous fatiguer! Tout est faux. Tout. La presse a foncé sans vérifier quoi que ce soit…» clame l’archéologue et enseignant Eric Taladoire. Effectivement, la nouvelle s’était répandue comme une traînée de poudre dans la presse et Le Figaro.fr, lui-même, s’était laissé convaincre par l’anecdote insolite selon laquelle un jeune québécois de 15 ans, William Gadoury, aurait découvert une cité maya grâce à l’étude des constellations. Aujourd’hui, Eric Taladoire, auteur notamment des livres Les Mayas ou La Mesoamérique ; archéologie et art précolombien et comptant à son actif 40 années de fouilles au cœur de la jungle d’Amérique centrale, dément l’information.

Une cité maya au cœur de la jungle mexicaine

L’histoire était trop belle, bien trop belle, pour être vraie. Le Journal de Montréal publiait samedi la découverte par William Gadoury, un jeune adolescent passionné par les civilisations mayas, d’une cité perdue au cœur de la jungle mexicaine. L’article détaille la beauté de la découverte: le jeune québécois a fait le lien entre les emplacements de constellations et ceux de cités mayas et réalisé qu’une ville n’aurait pas encore été découverte. Le jeune chercheur a alors fait appel à la Nasa et à l’agence japonaise Jaxa qui lui ont fourni les images satellites nécessaires pour tenter d’observer la présence de temples mayas au cœur d’une jungle «reculée et inaccessible» dans la péninsule du Yucatan, au Mexique.

Interrogé par Le Figaro, le professeur Eric Taladoire n’en revient pas du «buzz» autour de cette découverte dont il assure qu’elle n’en n’est pas une et dont il aimerait juste comprendre les origines. «Quand un prétendu archéologue ne connait ni la chronologie, ni les frontières, ni le pays, on peut émettre un doute. William Gadoury compare des cités qui ont 600 ans d’écart!».

Hésitations suspectes sur le lieu exact

Halluciné par la vitesse de la rumeur «qui galope», l’archéologue émérite explique qu’il a rapidement contacté les auteurs, notamment après la publication d’une carte. «Quand on a signalé que la carte était fausse, elle a disparu et été remplacée par une autre carte, le site maya s’était soudainement déplacé de 200 ou 300 kilomètres… On passe du Bélize au Mexique, s’étonne ironiquement Eric Taladoire. Nous travaillons depuis 20 ans dans cette région, une équipe de chercheurs slovènes a ratissé toute cette jungle, et on aurait rien trouvé? On a été jusqu’à 80 ouvriers sur place! On nous parle de lieux inaccessibles et reculés, or il y a des routes et des habitants sur ces lieux. Les gens qui ont publié cette découverte n’ont pas regardé de carte! Avec les données satellites qui circulent pour décrire le lieu de cette «cité inconnue», sur Google earth, on peut voir une petite maison et un hamac, et ce qu’on pourrait décrire comme une pyramide serait en fait une plantation de cannabis!»

Le professeur émérite de l’Université Panthéon-Sorbonne, ayant eu vent de la rumeur dès le lendemain de la publication de l’article, a voulu accorder le bénéfice du doute à l’information mais les données l’ont vite assuré du caractère «absurde» de la découverte. «Un chercheur slovène, Ivan Sprajc, a passé 5 ans sur place et publié plusieurs travaux avec des cartes de toute la région, il a peut-être laissé passer des sites mais rien d’aussi absurde en taille que ce qui est avancé par l’article du Journal de Montréal! assure Eric Taladoire. On a découvert en huit ans 25 ou 30 groupes de cités mayas qui font quelques hectares mais William Gadoury avance une cité allant de 80 à 120km², c’est à dire à peu près la taille de Paris avec une pyramide de 87m de haut! Tous mes collègues, pas seulement en France, même au Moyen-Orient, sont d’accord: c’est un rejet complet et absolu.»

Plusieurs sites d’informations comme Arrêt sur image ont déjà commencé à démentir l’information en faisant appel à d’autres scientifiques comme Marie-Charlotte Arnauld, directrice de recherche au CNRS et archéologue spécialiste de la région.

«L’une des personnes citées dans l’article m’a écrit du Canada pour me demander ce que c’était que ce tissu de mensonges… raconte l’enseignant à la retraite. Dans les gens qui valident la théorie on trouve des astronomes canadiens qui ne connaissent pas la région, pas un seul archéologue!». Eric Taladoire rappelle que ce type de fausses informations circulent régulièrement dans le monde de l’archéologie. «On a eu un scandale similaire l’année dernière dans le nord-est du Honduras, la découverte de prétendues cités perdues annoncée par le National Geographic (revue de l’organisme scientifique américain du même nom) qui s’est fait attaqué par les grandes universités avant que ça ne se répande dans la presse».

http://www.lefigaro.fr/culture/2016/05/11/03004-20160511ARTFIG00180-un-expert-dement-la-decouverte-d-une-cite-maya-par-un-jeune-quebecois

source:http://2012nouvelmorguemondial.over-blog.com/2016/05/un-expert-dement-la-decouverte-d-une-cite-maya-par-le-jeune-quebecois

Commenter cet article

Archives

Articles récents