Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Et si le Brexit n'était qu'un énorme coup stratégique

Publié par wikistrike.com sur 27 Juin 2016, 07:46am

Catégories : #Politique internationale, #Economie

Et si le Brexit n'était qu'un énorme coup stratégique

Tout ou presque a été dit sur le Brexit. Voici un autre son de cloche tout à fait intéressant. Si l’hypothèse émise dans cet article est juste, cela aiderait à expliquer l’énigme des migrants syriens. Nous savons que le phénomène a été planifié et financé, mais nous ne savions toujours pas pourquoi. Un bon nombre de ces migrants s’était donné rendez-vous à Calais, formant une masse menaçante pour la Grande Bretagne. Beaucoup de partisans du Brexit avouent que le phénomène migratoire a joué une certaine influence sur leur décision de rejeter l’UE. Y a-t-il un lien de cause à effet, et faut-il voir le phénomène migratoire comme un moyen destiné à inciter au Brexit ? Si oui, il y aurait alors un autre lien à faire, avec le fait que David Cameron n’avait strictement aucune raison d’enclencher le référendum. Poutine lui-même en avait fait la remarque. Les motivations du Premier Ministre britannique qui ont été avancées ne tiennent pas la route, sachant le cataclysme qui en résulterait en cas de Brexit gagnant.

Cette hypothèse, si elle se vérifie, alors le Brexit serait un évènement historique majeur, mais pas pour les raisons qui ont été avancées jusqu’ici. Il s’agirait d’une opération de très grande envergure, mêlant Syrie, Irak, Etat Islamique, migration, réarmement, et peut-être même mouvements sociaux.  RI

***

Les médias nous poussent à penser que le référendum sur le Brexit a été le seul choix du peuple britannique et que ce Brexit menace nos vies et nos économies en nous jetant dans l’inconnu. Les médias manipulent et ne donnent pas d’autres informations importantes qui permettent de comprendre le choix du Brexit. Des transferts d’argent ont été observés depuis plusieurs mois sur la zone allemande en direction d’un marché stable et riche. La bourse de Francfort négocie depuis plusieurs années sa fusion avec la City, un plan secret était élaboré par Berlin pour mettre en route la feuille stratégique et pour privilégier des accords avec le Royaume-Uni. Avant le vote du référendum les médias nous ont fait croire que le non l’emporterait. Cela était pour faire de l’argent pour les spéculateurs et faire croire que ce vote ne pouvait être qu’un effet de surprise et que la démocratie existe surtout en Angleterre. En fait, tout est sous contrôle depuis des mois. Et c’est encore Berlin qui gagne tout avec Londres grâce à nos élites françaises qui rampent devant « Die Mutter », Merkel.

Les médias ne parlent pas de la fusion des bourses, ni d’un plan secret allemand. Dans un article financier du 24 juin 2016 le conseil d’administration de la bourse allemande dit vouloir obtenir le siège principal même après la fusion de la City et de la bourse de Francfort. Le but est d’avoir un champion économique en Europe. Le 4 juillet les actionnaires du LSE, London Stock Exchange, doivent donner leur aval. Les actionnaires de la bourse allemande ont jusqu’au 12 juillet pour accepter l’offre. Voilà ce qu’un article du WirtschaftsWoche titrant, « Betriebsrat will Frankfurt als Hauptsitz auch nach LSE-Fusion », révèle. En fait, tout est sous contrôle des puissants et organisé. Le ministre fédéral des Finances de Berlin applique un plan secret, comme le dit le Handelsblatt. Un institut libéral et nationaliste allemand basé à Munich a clairement écrit avant le référendum que rien de particulier n’aura lieu avec le Brexit car tout est sous contrôle.

Fuites des capitaux en direction de l’Allemagne. Tableau publié en mars 2016

Fuites des capitaux en direction de l’Allemagne. Tableau publié en mars 2016

Le même institut allemand montre des courbes publiées en mars 2016 qui montrent les mouvements de masses monétaires que sur la seule zone allemande en Union Européenne ! Un hasard ? Pas du tout ! L’Allemagne a, elle, lancé l’idée de l’euro, une devise politique comme l’explique Thorsten Polleit président du Mises von Ludwig Institut et chef chez Degussa, pour financer sa première phase de réunification. Maintenant, l’Allemagne passe à une autre étape. Merkel doit dégager en 2017 et l’AfD a été fondé en 2013 (date du lancement de l’idée du Brexit…) pour prendre le pouvoir en Allemagne pour mener une politique nationaliste de manière ouverte. Avec le Brexit l’Allemagne devient le seul chef en Europe et se partage avec les Britanniques le pouvoir commercial et politique en Europe. La France grâce à ses pantins est devenu un pays du tiers monde qui va devoir accueillir les populations migrantes rejetées par Berlin et Londres qui font le tri sur les migrants. Le monde anglo-saxon a gagné sur tous les points. Ce n’est pas un hasard si Hollande et Ayrault vont à Berlin tenir le crachoir de Merkel et de Steinmeier car toutes les décisions prises pour l’après Brexit ont lieu à Berlin. Les Allemands font croire que leur volonté est de sauver la France. Ayrault, le professeur d’allemand, est ravi de parler en allemand à côté de Steinmeier. Le F.A.Z exprime bien la volonté de Berlin: renfermer ce qui reste de la zone euro en la consolidant sous la puissance de Berlin. Ayrault, qui ne semble pas piger le jeu de Berlin, soutient la politique de Berlin. De grosses surprises sont à attendre en 2017 quand le nouveau chancelier allemand sera élu (ou la nouvelle chancelière…). L’idée de lancer un référendum Brexit date de 2013 tout comme le lancement du parti patriote AfD, le parti qui n’arrête pas de monter dans les sondages !

Olivier Renault

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cet article sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à la rédaction de la Novorossia Today

source: http://novorossia.today/le-brexit-un-calcul-strategique-et-voulu/

Commenter cet article

Archives

Articles récents