Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

BREAKING NEWS - La manifestation de jeudi autorisée sur un autre parcours

Publié par wikistrike.com sur 22 Juin 2016, 07:34am

Catégories : #Politique intérieure, #Social - Société

BREAKING NEWS - La manifestation de jeudi autorisée sur un autre parcours
Manifestation autorisée sur un parcours choisi par B. Cazeneuve car sécurisé:
 
 
 
 

 

Demain, le défilé partira de Bastille, longera le bassin de l'Arsenal et rejoindra la place de la Bastille

 

14h00: Bernard Cazeneuve s'exprime lors d'une conférence de presse

"J'ai reçu les syndicats et je leur ai proposé de reporter la manifestation demain à Paris"

"Les manifestations antérieures ont donné lieu à des dégradations inacceptables"

"La reproduction d'un même type de manifestation n'était pas envisageable"

"Les organisateurs ont refusé la proposition d'une manifestation statique"

"J'appelle les organisateurs à la responsabilité"

"J'ai décidé d'autoriser un cortège sur un parcours extrêmement court"

"Aucun débordement, aucune violence ne sera toléré"

13h20: "Une victoire pour les syndicats et la démocratie", selon Philippe Martinez (CGT)

13h08: Le défilé partira de la place de la Bastille pour arriver au même endroit, sur plus d'un kilomètre 

13h06: L'intersyndicale "appelle à participer massivement" à la manifestation de demain et du 28 juin 
13h04: Philippe Martinez (CGT) demande à François Hollande de réunir les syndicats très rapidement 

"On a écrit au président de la République, on a toujours pas de réponse"

12h48: L'intersyndicale organise une conférence de presse 

"Cette décision est une remise en cause grave au droit de manifester" 

"Après des discussions serrées, les organisations syndicales ont obtenu le droit de manifester sur un parcours proposé par le ministre. 

 

Ainsi que l'autorisation de manifester le 28 juin" 

12h19: "Le gouvernement est en train de dériver vers une forme d'autoritarisme" (Cécile Duflot, sur France Info)

11h55: "La liberté de manifestation a une contrepartie, éviter des dégradations et assurer la sécurité" - Stéphane le Foll 

11h42: "Les discussions ont été serrées" déclare Jean-Claude Mailly à sa sortie du ministère de l'Intérieur

11h40: Philippe Martinez et Jean-Claude Mai(lly ont quitté le ministère de l'Intérieur

10h59: Philippe Martinez et Jean-Claude Mailly sont arrivés au ministère de l'Intérieur

 

10h50: La présidente de la LDH ( la Ligue des droits de l’Homme), appelle à manifester: "Dans tous les cas, nous appellerons à manifester demain. Nous sommes en train de nous organiser"

10h28: Jean-Claude Mailly déclare : "La France rejoint un peloton de pays qu'on ne peut qualifier de démocraties"

10h24: Bernard Cazeneuve, ministre de l'intérieur, recevra Philippe Martinez, et Jean-Claude Mailly, à 11h au ministère de l'intérieur place Beauvau.

10h00: L'intersyndicale se réunit au siège de la CGT

Une conférence de presse aura lieu à 12h30.

09h48: "C'est un acte extrêmement grave que d'interdire une manifestation", a déclaré Aurélie Filippetti députée PS, sur LCP

09h30: Marine Le Pen dénonce une "atteinte grave à la démocratie" 

09h19: Philippe Martinez (CGT) et Jean-Claude Mailly (FO) demandent à être reçus rapidement par le ministre de l'Intérieur 

08h57: Le préfet de police de Paris a annoncé mercredi l’interdiction de la manifestation contre la loi travail que voulaient organiser jeudi à Paris les syndicats opposés au projet du gouvernement. 
Les sept syndicats contestataires souhaitaient initialement défiler entre la place de la Bastille et la place de la Nation.

Mais les autorités insistaient depuis lundi pour qu’ils choisissent une manifestation «statique» plutôt qu’un défilé, en invoquant des raisons de sécurité après les violences qui ont émaillé la manifestation nationale du 14 juin dans la capitale. Les «représentants des syndicats refusant catégoriquement la tenue d’un rassemblement statique et formulant ensuite des propositions alternatives d’itinéraires» qui n’ont pu faire l’objet d’un consensus, le préfet de police «considère qu’il n’a pas d’autre choix que d’interdire la tenue de la manifestation», a indiqué la préfecture de police dans un communiqué 

 

Source du Live

Les syndicats souhaitaient organiser ce jeudi une manifestation entre les places de la Bastille et de la Nation mais la préfecture de police, invoquant des raisons de sécurité, préférait un rassemblement statique. Les tractations qui ont suivi ont échoué.

Le préfet de police de Paris a annoncé ce mercredi l'interdiction de la manifestation contre la loi travail que voulaient organiser jeudi à Paris les syndicats opposés au projet du gouvernement.

Les sept syndicats contestataires souhaitaient initialement défiler entre la place de la Bastille et la place de la Nation. Mais les autorités insistaient depuis lundi pour qu'ils choisissent une manifestation "statique" plutôt qu'un défilé, en invoquant des raisons de sécurité après les violences qui ont émaillé la manifestation nationale du 14 juin dans la capitale. 

Les "représentants des syndicats refusant catégoriquement la tenue d'un rassemblement statique et formulant ensuite des propositions alternatives d'itinéraires" qui n'ont pu faire l'objet d'un consensus, le préfet de police "considère qu'il n'a pas d'autre choix que d'interdire la tenue de la manifestation", a indiqué la préfecture de police dans un communiqué.
 
Source
 
 
 
 
 
 
 

09h30: Marine Le Pen dénonce une "atteinte grave à la démocratie" 

09h19: Philippe Martinez (CGT) et Jean-Claude Mailly (FO) demandent à être reçus rapidement par le ministre de l'Intérieur 

08h57: Le préfet de police de Paris a annoncé mercredi l’interdiction de la manifestation contre la loi travail que voulaient organiser jeudi à Paris les syndicats opposés au projet du gouvernement. 
Les sept syndicats contestataires souhaitaient initialement défiler entre la place de la Bastille et la place de la Nation.

Mais les autorités insistaient depuis lundi pour qu’ils choisissent une manifestation «statique» plutôt qu’un défilé, en invoquant des raisons de sécurité après les violences qui ont émaillé la manifestation nationale du 14 juin dans la capitale. Les «représentants des syndicats refusant catégoriquement la tenue d’un rassemblement statique et formulant ensuite des propositions alternatives d’itinéraires» qui n’ont pu faire l’objet d’un consensus, le préfet de police «considère qu’il n’a pas d’autre choix que d’interdire la tenue de la manifestation», a indiqué la préfecture de police dans un communiqué 

Commenter cet article

Archives

Articles récents