Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Hôpital Necker : une manipulation gouvernementale ?

Publié par wikistrike.com sur 20 Juin 2016, 06:17am

Catégories : #Politique intérieure, #Social - Société

Hôpital Necker : une manipulation gouvernementale ?

Il aura suffi d'une vidéo pour mettre fin à l'intoxication de l'hôpital Necker. 

 

 
Parmi les hauts faits de l'application Périscope, dédiée à la diffusion en direct d'enregistrements au smartphone, rachetée par Twitter en 2015, il faudra désormais compter la vidéo du journaliste du Monde Pierre Trouvé, réalisée le 14 juin 2016 vers 15h30 pendant la grande manifestation parisienne contre la loi travail. 

 

 


Dès mardi après-midi, plusieurs internautes et quelques médias en ligne avaient identifié le «prétexte providentiel» permettant d'associer casseurs et terrorisme: «l'hôpital des enfants malades» vandalisé par les casseurs, où se trouvait par pur hasard l'orphelin rescapé de la tuerie de Magnanville. 

Le 14 au soir, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, invité par David Pujadas au JT de France 2, teste les éléments de langage destinés à masquer le succès du mouvement social. Dénonçant les «hordes de manifestants violents», il affiche son indignation face aux agressions dont sont victimes les policiers et associe l'évocation des «vitres de l'hôpital Necker brisées» à la présence sur les lieux de «l'enfant des policiers» assassinés. 

Chauffés à blanc, les réseaux sociaux vibrent à leur tour de colère et de mépris face à l'attaque de l'hôpital des enfants. Le 15, tout semble sourire à la communication gouvernementale. Invité de la matinale de Patrick Cohen sur France-Inter, Manuel Valls déroule sans contradiction l'argumentaire du refus du dialogue. Lancé par le journaliste sur les violences «inacceptables» (et pourtant encouragées) , le premier ministre assimile casseurs et manifestants, accuse la CGT d'être incapable de contrôler le mouvement, mentionne l'hôpital Necker «dévasté», et brandit la menace d'une interdiction des manifestations. Avec Marisol Touraine, il se rend ensuite à Necker pour manifester le soutien du gouvernement. 

Pendant ce temps, la vidéo de Pierre Trouvé, diffusée et retwittée dès le mardi, fait l'objet d'un examen plus attentif. Le quotidienLibération est le premier à se rendre compte que quelque chose ne colle pas dans le récit gouvernemental, confronté à la vision d'un individu isolé qui casse avec méthode une dizaine de vitres du bâtiment. «Personne n'est entré dans l'hôpital, il n'y a pas de dégâts à l'intérieur», selon un membre de l'équipe médicale.

La reprise et les commentaires de la vidéo sur Twitter et Facebook s'intensifie, certains notant avec circonspection l'attitude complaisante du photographe, dénoncé (à tort semble-t-il) comme un policier en civil. Indignés à leur tour par la manipulation gouvernementale, les manifestants comparent le bris des vitres à la casse de l'hôpital public par le gouvernement austéritaire. Le témoignage d'un parent repris par un site de presse alternatif dénonce «l'ignoble instrumentalisation» du fait divers par les ministres.

Et toujours, on revient à la vidéo, pour interroger ce «que disent les images». Le Monde finit par convenir du bout des lèvres, sur le blog dans la rubrique des Décodeurs, que les dégradations «dénoncées par la classe politique» sont loin du saccage annoncé.C'est finalement Périscope qui aura eu raison de la manipulation gouvernementale. Au soir du 16 juin, les journaux télévisés des grandes chaînes, oubliant opportunément l'hôpital Necker qui les avait tant émus, trouvent dans la charge des dockers contre les CRS une nouvelle preuve de la malveillance de la CGT. 

Refs.

Source

Commenter cet article

Archives

Articles récents