Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

"Je ne sais pas encore ce que je vais faire du bébé": Abballa était en direct sur Facebook

Publié par wikistrike.com sur 14 Juin 2016, 12:43pm

Catégories : #Social - Société, #Religion - pensées

"Je ne sais pas encore ce que je vais faire du bébé": Abballa était en direct sur Facebook

 Une revendication du groupe Etat islamique, un passé dans une filière djihadiste: les enquêteurs remontaient mardi la piste terroriste au lendemain du meurtre d'un policier et de sa compagne près de Paris, par un homme se revendiquant du groupe Etat islamique (EI).

 

Le meurtrier présumé, abattu dans une opération du Raid, était un homme de 25 ans du nom de Larossi Abballa, condamné en 2013 à 3 ans de prison, dont 6 mois avec sursis, et mise à l'épreuve pendant deux ans, pour participation à une filière djihadiste entre la France et le Pakistan, a-t-on appris mardi de sources concordantes.

L'homme, originaire de Mantes-la-Jolie selon une source proche du dossier, avait été jugé avec sept autres prévenus et condamné à trois ans de prison, dont six mois avec sursis, pour "association de malfaiteurs en vue de préparer des actes terroristes". Cette filière souhaitait favoriser le recrutement en France, la formation physique et idéologique et l'envoi au Pakistan de jeunes volontaires pour le jihad armé.

Le suspect faisait également l'objet d'une fiche S, a-t-on appris de source policière. L'homme était impliqué dans une enquête récente sur une filière djihadiste syrienne, a-t-on appris mardi de sources proches de l'enquête, confirmant une information de RTL. Le chercheur Frédéric Pichon a par ailleurs publié sur son compte Twitter des captures d'écran de son compte Facebook, supprimé depuis.

Leur fils de 3 ans "choqué et indemne"
Lundi vers 21H00, il a tué à coups de couteau un policier habillé en civil, avant de se retrancher au domicile de sa victime dans un quartier pavillonnaire de Magnanville (Yvelines) et d'être abattu lors d'un assaut du Raid. Dans la maison, les policiers ont découvert le corps de sa compagne et retrouvé le fils du couple, âgé de trois ans, "choqué et indemne".

La compagne du policier a été retrouvée morte avec "une plaie au cou", a-t-on appris mardi de source proche de l'enquête. Cette femme, secrétaire administrative au commissariat de Mantes-la-Jolie, dans les Yvelines, était âgée de 36 ans.

Quelques heures après l'attaque, l'agence Amaq liée au groupe djihadiste a affirmé qu'un "combattant de l'Etat islamique" (EI) avait tué le couple près de Paris, selon le centre américain de surveillance de sites jihadistes SITE. Selon des sources policières, l'homme "s'est revendiqué du groupe djihadiste" durant les négociations avec le Raid. Des témoins ont rapporté aux enquêteurs qu'il aurait crié "Allah akbar" en attaquant le policier.

 

 

Lire aussi

© DR.

Sur Facebook

Toujours plus loin dans l'horreur, Abballa aurait posté des photos de ses victimes sur Facebook et un long message via Facebook Live, avec le bébé du couple tué, sous le pseudonyme "Mohamed Ali". 

Le journaliste de RFI David Thomson, expert des réseaux djihadistes, l'a confirmé via plusieurs tweets. Celui-ci explique que l'attentat a été revendiqué via Facebook Live et que le terroriste "appelle à tuer les policiers, les gardiens de prisons, les journalistes, les rappeurs et il cite de nombreux noms."

"Nous allons faire de l'Euro un cimetière"
"Il commence son enregistrement en prêtant allégeance à Abou Bakr al-Baghdadi (chef du groupe Etat islamique) puis il s'adresse aux musulmans leur affirmant que le djihad est obligatoire parce qu'il est défensif", poursuit M. Thomson. Abballa aurait également déclaré "ne pas encore savoir quoi faire avec le bébé," retrouvé indemne par la police.

"Nous allons faire de l'Euro un cimetière", a également menacé Larossi Abballa, quatre jours après le début du championnat de football en France.

Puis, "il demande à ses 160 abonnés et plus particulièrement à ses contacts de l'EI de faire le communiqué de revendication de son attaque, ce qui explique la rapide revendication par l'EI via l'agence Amaq", explique David Thomson, qui faisait partie de ses abonnés sans le connaître personnellement.

Selon ce journaliste de RFI, la vidéo postée sur Facebook "a été vue par 98 personnes avant d'être retirée 11 heures après sa diffusion".

 

Un appel de l'EI

 

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a dénoncé "un acte terroriste abject", mardi matin à la sortie d'une réunion d'urgence à l'Elysée avec François Hollande, Manuel Valls et le ministre de la Justice Jean-Jacque Urvoas.

En assassinant un policier français et sa femme, Larossi Abbala a suivi à la lettre les consignes du groupe Etat islamique, qui place les forces de l'ordre occidentales en tête de liste de ses cibles.

Le porte-parole officiel de l'organisation, le syrien Abou Mohammed Al-Adnani, ne cesse d'exhorter ses partisans à passer à l'action dans leurs pays d'origine contre les policiers et militaires des pays de la coalition engagés dans la lutte contre l'organisation, en Syrie et en Irak. Sept policiers et militaires ont perdu la vie dans des attaques islamistes en France depuis quatre ans.

 

Source

Commenter cet article

Archives

Articles récents