Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La Commission européenne profite du Brexit pour réintroduire le Glyphosate

Publié par wikistrike.com sur 1 Juillet 2016, 09:19am

Catégories : #Santé - psychologie, #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

La Commission européenne profite du Brexit pour réintroduire le Glyphosate

Au temps du désamour des peuples de l'Europe pour les institutions de l'U.E., désamour dramatiquement illustré par le Brexit, les responsables (? ?!!) européens, égaux à eux-mêmes, ont, sournoisement, toujours en loucedé, décidé de renouveler pour 18 mois l'utilisation du tant décrié glyphosate, ce poison reconnu mais... autorisé par l'U.E.

On a échappé à son autorisation pour 15 ans comme le voulait Monsanto, mais c'est encore une fois une capitulation en rase-campagne (c'est le cas de la dire) des « zélites » devant les exigences du lobby des chimiqueurs.

Le lobby des empoisonneurs, très influent parmi les « on » qui décident pour nous, font la roue ( ! sonnante et trébuchante la roue ? Qui lo sa…) devant eux pour les séduire. Ca a failli marcher au mois de mars, mais une vague citoyenne a fait réfléchir les députés qui étaient prêts à donner quinze années supplémentaires d'autorisation d'utilisation de la molécule maudite. Ils ont alors repoussé leur décision plusieurs fois tout en laissant le produits en vente. Et maintenant, en pleine crise du Brexit, ils autorisent le glyphosate pour encore un an en demi, et plus si affinité.

Cette substance, que l'on retrouve dans l'herbicide RoundUp de Monsanto, a pourtant été classée cancérogène "probable" par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en 2015. Classement que réfute en bloc l'Autorité européenne de la sécurité des aliments (AESA) – chargée de veiller sur notre santé !!! - affirmant qu'au contraire la substance ne serait probablement pas cancérogène. Même l'OMS, travaillée au corps par les lobbies, remet en doute son précédent avis.

On assiste à un cas flagrant de prise de pouvoir des multinationales aux dépens de notre santé. En effet, la ré-autorisation proposée à Bruxelles, se base sur des évaluations fournies par la Glyphosate Task Force (GTF - groupe de travail sur le glyphosate), un consortium d'entreprises de l'agrochimie auquel appartient — avec d'autres géants de l'agrochimie — Monsanto. Quelle bonne surprise !

Le CIRC (Centre international de recherche sur le cancer) avait classé le glyphosate comme cancérogène "probable" en mars 2015 suite à la réunion d'un comité de 17 experts scientifiques indépendants ayant étudié pendant plus d'un an 260 études menées aux États-Unis, en Suède et au Canada depuis 2001. En d'autres termes, une classification prise au sérieux et basée sur des données scientifiques solides.

Monsanto, qui accuse le CIRC d'avoir écarté de son évaluation les études commissionnées par les industriels de l'agrochimie, ne dit pas toute la vérité. Comme le rappelle Kathryn Guyton, directrice de recherche au CIRC, les recherches menées par les industriels comme Monsanto n'ont jamais été publiées publiquement et n'ont donc pas pu être évaluées par les chercheurs indépendants.

A l'heure du rejet des institutions européennes par les populations, cette décision donne une fois de plus l'image désastreuse d'institutions européennes au service des multinationales et de la finance. Une occasion manquée de donner le signal d'un changement de comportement. Leur argumentation : les Etats membres ne parvenant pas à s'entendre sur la prolongation d'autorisation du glyphosate, la Commission lui accorde un nouveau délais de 18 mois… 18 mois de pression de Monsanto et des lobbies de l'agro-business.

Difficile de faire plus cynique et plus irresponsable.

Photo X - Droits réservés

 

Source

Commenter cet article

Archives

Articles récents