Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Afghanistan/Syrie: des parallèles dévoilés dans des documents secrets britanniques

Publié par wikistrike.com sur 25 Août 2016, 08:35am

Catégories : #Politique internationale

Afghanistan/Syrie: des parallèles dévoilés dans des documents secrets britanniques

Des documents secrets du bureau des Affaires étrangères et du Commonwealth (FCO) dévoilent des marques distinctives de la manière dont l’Occident résout les conflits au Moyen-Orient: l’hypocrisie et les trucages d’une propagande sale. Des fichiers sur l’insurrection de l’Afghanistan ont récemment été publiés par les Archives nationales à Londres.

En décembre 1979, lorsque l’Union Soviétique a dû intervenir en Afghanistan pour ne pas permettre que le pays devienne un paradis pour les groupes terroristes fondamentalistes, l’Occident a accusé Moscou d’agression et d’accaparement du territoire. Par la suite, les Etats-Unis et ses Etats vassaux ont boycotté les JO de Moscou en 1980. L’opposition « modérée » (du point de vue des Etats-Unis) au gouvernement de Babrak Karmal a reçu de l’argent et des armes afin de « faire saigner les Soviétiques jusqu’au dernier Afghan ».

Est-ce que cela vous rappelle quelque chose? Le traitement du conflit en Syrie par l’Occident reprend exactement la même tactique qu’en Afghanistan, dont on observe les conséquences terribles encore aujourd’hui. Alors, qu’est-ce que les documents secrets du bureau des Affaires étrangères et du Commonwealth sur l’Afghanistan nous dévoilent?

Ces archives montrent que les diplomates britanniques ne sont pas du tout idiots et comprennent bien que l’Afghanistan dans les années 1970-1980 avait vraiment besoin de réformes sociales. Ils confirment que M. Karmal aurait été accepté en tant que dirigeant par la plupart des Afghans, même sans l’association avec Moscou. Il n’était pas communiste, il avait été déjà élu deux fois avant la révolution en Afghanistan, et il s’est efforcé d’améliorer la vie des gens simples. Le problème était qu’il n’était accepté ni par le Pakistan, ni par l’Arabie Saoudite, ni par d’autres acteurs islamiques de la région, de plus il était détesté par l’Occident.

Des armes occidentales pour les fondamentalistes

Voici ce que nous apprend un télégramme envoyé depuis l’ambassade britannique à Kaboul au bureau des Affaires étrangères et du Commonwealth le 11 janvier 1984:

« Les groupes fondamentalistes n’ont pas de base sur place en Afghanistan, l’opinion publique envers eux est basse. Ils ont acquis leur implantation uniquement grâce au soutien financier des pays islamiques puisque le mouvement de résistance a été orienté dans leur direction. Je pense que c’est accepté puisque plusieurs membres des groupes fondamentalistes à Peshawar (ville au nord du Pakistan, ndlr) appartiennent à ces derniers non pas pour des raisons idéologiques, mais parce qu’ils sont les meilleurs fournisseurs d’argent et d’armes ».

 

image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2016/08/1027437172-641x1024.jpg

1027437172

 

Les diplomates britanniques ont exprimé leur mécontentement face au comportement du Pakistan, pourtant, pas publiquement. Il est à noter que le bureau des Affaires étrangères et du Commonwealth n’exigeait pas de quelconque approbation officielle pour l’ouverture des magasins des fondamentalistes en Grande-Bretagne, puisqu’il n’y avait pas d’intention d’utiliser le bureau pour y faire des projets terroristes. Le professeur Rabbani, de la part de qui émanait la requête d’ouvrir un tel magasin « a donné son assurance solennelle que les opérations militaires du Jamaat-e Islami Afghanistan étaient restreintes à l’Afghanistan ». Pourtant, il n’a pas précisé où les projets ont été réalisés, et personne ne lui a rien demandé.

 

image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2016/08/1027437218-672x1024.jpg

1027437218

 

Poisson pour remplacer la nourriture locale « bizarre »

En 1984, le docteur Mohammad Akbar Helmandi, encore un « leader de la résistance », qui publiait une obscure newsletter « Afghan Voice », s’est adressé au bureau des Affaires étrangères et du Commonwealth pour contacter « quelqu’un des services secrets, qu’il espérait rejoindre pour faire exploser le gazoduc de l’Union Soviétique et de l’Afghanistan, là où il traverse le fleuve Amou-Daria ».

Au lieu d’être arrêté ou expulsé pour avoir voulu commettre un acte terroriste, il a obtenu des contacts et a même reçu de l’aide pour installer sa nièce en Angleterre. Encouragé, le docteur Helmandi a commencé à « bombarder » la première ministre de l’époque, Margaret Thatcher, de requêtes lui demandant un million de livres sterling pour son entreprise de pêche, puisque, selon lui, les réfugiés afghans qui habitaient à la frontière avec le Pakistan, ne pouvaient pas digérer la nourriture locale « bizarre ».

Et même si sa requête n’a pas été acceptée, après une série d’examens, l’affaire n’a pas été clôturée. Le bureau des Affaires étrangères et du Commonwealth lui a répondu et l’a encouragé dans ses efforts d’obtenir de l’argent.

Ils lui ont même annoncé qu’entre janvier 1980 et mars 1984, sa Majesté la reine a donné aux réfugiés afghans 32 millions de dollars. Ils ne lui ont pas dit que l’Union Soviétique dépensait 280 millions de dollars annuellement pour les mêmes fins (l’aide aux réfugiés), alors que le gouvernement des Etats-Unis dépensait 50 millions de dollars pour les armes qu’ils fournissaient aux moudjahidine (les combattants de l’opposition islamiste).

Des documents dévoilés montrent le mécontentement des Britanniques à l’égard des journalistes américains qui dévoilaient ces faits, puisqu’ils étaient gênants pour Washington et Islamabad, car ces derniers ne les ont pas confirmés.

 

image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2016/08/1027437348-693x1024.jpg

1027437348

 

Des drogués et d’autres dangers pour les Britanniques

L’officier du bureau des Affaires étrangères et du Commonwealth interviewé a déclaré qu’il « n’est pas arrivé à se souvenir de toutes les anecdotes que M.Farani lui a raconté, dont certaines l’ont frappé car très originales ».

Par exemple, M.Farani a déclaré qu’il avait des détails sur les armes chimiques supposément utilisées par les forces de l’Union Soviétique. M.Farani a obtenu ces détails de la part de deux soldats soviets qui avaient fait défection pour les moudjahidine après être devenus des drogués. « Ils sont maintenant au Pakistan et sont encore drogués », a-t-il affirmé.

Il y avait certainement d’autres façons utilisées par les diplomates britanniques pour obtenir des informations sur l’opposition en Afghanistan: parler avec plusieurs de ses « représentants » dans d’autres pays.

 

Selon un télégramme émis depuis l’ambassade britannique en Malaisie, « l’ambassadeur rencontre régulièrement plusieurs chefs et tous les leaders majeurs ont été invités pour la soirée à l’occasion de l’anniversaire de la Reine (dont deux sont venus) ».

Les diplomates britanniques voyaient un danger particulier émaner des experts de l’Afghanistan, tel que, par exemple, Selig Harrison. Dans ses rapports sur les efforts de l’Onu pour faire de la médiation et trouver une solution pacifique au conflit, il a argumenté que, malgré la préparation de Moscou à une telle solution, Washington ne s’y intéressait pas et a essayé de faire échouer le travail de l’agent spécial de l’Onu Diego Cordovez.

Maintenant, quand 30 ans plus tard les détails de la déception occidentale concernant l’Afghanistan commencent à surgir, la question se pose: à quel point peut-on faire un parallèle avec le traitement occidental du conflit en Syrie? Apparemment, nous l’apprendront dans 30 ans, lorsque les documents sur la Syrie seront déclassifiés.

 

image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2016/08/1027439548-1024x724.jpg

1027439548

 

source: https://fr.sputniknews.com/international/201608241027437545-fichiers-secrets-afghanistan-syrie/

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents