Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

City de Londres et USA

Publié par wikistrike.com sur 1 Août 2016, 07:40am

Catégories : #Politique internationale, #Economie

La City de Londres a la préséance incontestable sur les États-Unis

La City de Londres a la préséance incontestable sur les États-Unis

Ce sont les Etats-Unis qui apparaissent au premier plan des évènements géostratégiques majeurs depuis près de cent ans. Tant et si bien qu’on les croît les maîtres du monde et les maîtres du chaos. Rien n’est moins sûr.

Ils sont le bras armé militaire de la City de Londres, qui règne via la finance aux États-Unis. Quel est le lien entre les élites mondialistes financiarisées, clairement logées à la Cité de Londres et sous contrôle de Rothschild, et les Etats-Unis ?

Il faut rappeler l’Histoire pour le saisir. La Réserve Fédérale Américaine, établie entre 1910 et 1913 marquait déjà la soumission des Etats-Unis à la City de Londres, la Fed étant sous influence de la City de Londres et donc de Rothschild. Le contrôle de l’argent sur l’ensemble du système financier américain par l’intermédiaire de la politique monétaire (taux d’intérêt et création de monnaie) établissait dès cet instant la domination totale par l’argent sur l’économie américaine et, partant des Etats-Unis eux-mêmes.

Par Eustace Mullins, on apprend que : « En cet automne 1910, une poignée d’homme vont décider du sort de l’Amérique en particulier et du Monde en général via la mise en place d’une Réserve Fédérale qui ne sera de fait qu’une banque centrale. Une banque centrale censée combattre les monopoles financiers par un monopole financier. Il aura fallu 3 ans et l’élection du président-pantin Wilson pour promulguer officiellement la Loi de la Réserve Fédérale et attribuer ainsi tout pouvoir à une banque par le contrôle privé de la monnaie en lieu et place du contrôle public. Ou comment voler au peuple le pouvoir de battre monnaie et d’en réguler la valeur. Le cerveau de ce projet: le BaronAlfred Rothschild – petit fils de Mayer Amschel et directeur de la Banque d’Angleterre. Le principal instigateur et bénéficiaire: Paul Warburg. Sans ce dernier, envoyé de la maison bancaire allemande Kuhn, Loeb & Co., il n’y aurait pas eu cette Loi supérieure aux lois de l’Etat. Ajoutez les Lazard Frères, Lehman Brothers, Goldman Sachs, la famille Rockefeller et celle de J.P. Morgan comme actionnaires privés et cardinaux (et non fédéraux comme le sous-entend la dénomination de cette banque), et vous comprendrez comment depuis 1914 les destinées politiques et économiques des américains sont dirigées. Vous comprendrez surtout comment les guerres, les révolutions, les crises et les dictatures dans le Monde sont commanditées par une poignée de financiers amoraux et apatrides. »

Les Anglais ont voulu rétablir leur mainmise sur leur colonie américaine en 1919

La création de la Réserve Fédérale Américaine et son contrôle par la City de Londres et les Rothschild établissent le lien avec l’Angleterre, mais en plus l’Angleterre a tout tenté dès 1919 pour faire rentrer les Etats-Unis dans le giron de l’Empire.

En 1919 la Banque Rothschild, dominant l’Angleterre, avait prévue de tromper les Etats-Unis dans le but qu’ils redeviennent une colonie “britannique” en se joignant à la Société des Nations. La Ligue des Nations, comme l’« Empire Britannique », était le fief des banquiers, et ce stratagème n’aurait fait que formaliser un statut colonial, qui existait déjà. Basée à Genève, dans le Palais Wilson puis le Palais des Nations, la Société des Nations est remplacée en 1945 par l’Organisation des Nations-Unies (ONU), qui en hérita un certain nombre d’agences et d’organismes.

Les banquiers ont repris la main sur les États-Unis au cours de l’Administration (1901-1909) de Teddy Roosevelt lorsque Rothschild via J.P. Morgan récupéra le contrôle de 25% des entreprises américaines. Ce fut un an ou deux avant l’idée de la création de la Fed.

Edward Mandell House et la Société des Nations

Le rapport de la Chambre « colonel E.M. », est le rapport du Colonel Edward Mandell (House), le titre de Colonel étant donné même aux civils dans le Sud des Etats-Unis d’où provenait Edward Mandell House. Ce rapport de 10 pages du 10 Juin 1919, prouve sans conteste que la Société des Nations était une tentative avortée pour établir un gouvernement mondial, et une façade pour la tyrannie des banquiers. Le rapport révèle la réalité et les tactiques derrière les Nations-Unies et la mondialisation. Nous en donnons ici la traduction de beaucoup d’extraits. Au lecteur d’interpréter.

Edward Mandell House (26 juillet 1858- 26 mars 1938) était un diplomate, politicien et conseiller présidentiel du président Woodrow Wilson et a eu énormément d’influence sur lui jusqu’à sa mise à l’écart, en 1919.

Précisons les nationalités et les protagonistes : Edward Mandell House était un diplomate américain, agent des Rothschild, très influent auprès du Président Américain Woodrow Wilson, et il écrivit ce rapport qui a fuité au Premier ministre britannique David Lloyd George, dont la carrière a été faite à titre d’avocat de l’Organisation Sioniste Mondiale.

Mandell House a écrit ceci dans son rapport : « Nous avons incorporé ce plan dans le traité de paix afin que le monde doive accepter de nous soit la Ligue, soit une continuation de la guerre. La Ligue est en substance l’Empire Britannique avec l’Amérique admise sur la même base que nos autres colonies. ».

Le rapport suinte le mépris des Américains et révèle les méthodes trompeuses de la finance internationale employées il y a 85 ans pour imposer le gouvernement mondial. Ces objectifs et les méthodes n’ont pas changé. Si jamais nous avions besoin d’une preuve d’un complot pour renverser l’élite de la nation américaine et nous asservir, ça l’est.

L’auteur est donc comme on l’a dit le colonel Edward Mandell House (1858 à 1938), l’agent des Rothschild qui a secrètement dirigé les affaires américaines pendant l’administration Woodrow Wilson. Le colonel House a été l’ami de Wilson et son “alter ego.” Le rapport est adressé au Premier ministre britannique David Lloyd George.

Le rapport qui, publié, dévoile le pot aux roses

Le Député Jacob Thorkelson (1876-1945) a présenté le rapport de la Chambre au Congrès en Oct.1939 et l’a publié dans le « Congressional Record », le 13 octobre 1939, pages 598 à 604, ce qui a dévoilé au grand jour le pot au rose. Les tentatives de le supprimer ont échouées. Le texte complet est disponible en ligne.

Ce rapport détaille les progrès réalisés par le colonel Edward Mandell House dans la préparation « pour le retour pacifique des colonies américaines à la domination de la Couronne ».

Le terme employé, «Couronne», désigne les propriétaires de la Banque d’Angleterre. Leurs identités sont un secret officiel. Selon EC Knuth, l’« oligarchie financière internationale utilise le terme allégorique de « Couronne » comme symbole du pouvoir et a son siège dans l’ancienne City de Londres. La Banque géante de l’Angleterre, une institution privée qui n’est pas soumise à la réglementation par le Parlement britannique et est en effet une puissance mondiale souveraine ». (L’Empire de la ville, p. 59)

Le Col. House continue dans son rapport : Le « retour pacifique des colonies américaines ne peut être provoquée que par le consentement du groupe dominant des clans de contrôle.  » Il raconte comment ces classes sont enseignées à accepter le leadership Britannique. Il détaille la façon dont les postes dans les universités et la presse sont occupées par des « nationaux Britanniques » ou des Canadiens.

Il poursuit dans son rapport explicite « Grâce à la Croix-Rouge, au mouvement scout, au YMCA, à l’église, et à d’autres organisations religieuses humanitaires, religieuses et quasi, nous avons créé une atmosphère d’effort international qui renforce l’idée de l’unité du monde anglophone. ». « Les clubs d’outre-mer, les clubs philanthropiques et les organismes de bienfaisance de guerre nous permettent de toucher toutes les sections et les classes du pays. » « Nous détenons tous les journaux américains et sont isolés du monde non-américain comme si ils avaient été dans une autre planète au lieu d’un autre hémisphère. La réussite de ceci par l’Associated Press et les autres nouvelles universelles, à l’exception de Hearst, qui ont été utiles pour faire avancer seulement notre point de vue sur les documents. »

Il se vante que les Etats-Unis « tout en conservant une apparence extérieure d’indépendance » est identique à d’autres colonies dans sa relation avec la Couronne. Il se vante que « l’alliance anglo-américaine «  est devenue l’alliance des ” financiers incontestés du monde.” « La guerre a fait de nous les gardiens de la plus grande partie des matières premières du monde. Nous contrôlons maintenant largement les champs pétroliers du monde et, partant, le transport et l’industrie du monde pétrole.” La question urgente est maintenant de « transférer sa souveraineté dangereuse de cette colonie à la garde de la Couronne. Nous devons, en bref, maintenant mettre l’Amérique au sein de l’Empire. »

La première étape était le plan de Wilson pour la Société des Nations. « Les gens ordinaires de ce pays sont des adorateurs de héros invétérés et incurables », explique le colonel House. Ils peuvent facilement être manipulés par un homme avec un slogan qui exprime leurs« aspirations indéfinies. »

“Tout changement brutal pourrait effrayer les masses américaines ignorantes et réveiller leur action dirigée contre elle. Et nous. Notre meilleure politique serait donc de nommer le président Wilson le premier président de la Ligue. il sera en mesure de satisfaire les Américains que loin de renoncer à leur indépendance à la Ligue, ils sont en fait d’étendre leur souveraineté par celui-ci “

En préfiguration de ce qui s’est passé pour le Patriot Act après le 11 Septembre 2001, le colonel House a dit à Woodrow Wilson ” seul peut agir un acte antibolchévique qui judiciairement interprété permettra des mesures punitives appropriées à appliquer à tout Américain qui ne pourra réclamer que l’Amérique doive à nouveau déclarer son indépendance. ” Le Col. House va dans les détails sur la façon dont Wilson doit être traité et manipulé. Beaucoup de gens pensent que quelqu’un d’autre a écrit ce rapport, mais seulement Edward Mandell House connaissait Wilson.

Par exemple, il dit de Wilson qu’il “est facilement vexé et remarquablement vindicatif.” Le nouvel ambassadeur britannique devrait être un « adorateur de Wilson » et « un gentleman dans l’attente du président. » Il dresse la liste des cadeaux donnés à Wilson.

Le Col. House suggère la mise en scène de la première session de la Société des Nations à Washington. “Cela va convaincre ces gens simples qu’ils sont la Ligue et que son pouvoir réside en eux.” Il recommande une « série de spectacles par lesquels la foule sera détournée de toute tentative de penser à trop de questions  »

« En attendant ces diversions pour le vulgaire, nous devrons sans cesse les instruire dans les merveilles de la ligue. Ses louanges seront tonnées sans fin par notre presse, décrété par nos présidents des collèges, et professées par nos professeurs. Nos auteurs, écrivains et conférenciers seront sélectionnés et nous avons enrôlé 8000 propagandistes de la Ligue. Nous avons organisé des synodes nationaux et internationaux, des comités, des conférences, des convocations, des conventions, des conseils pour annoncer la naissance de la Ligue comme étant l’aube de la paix universelle ».

Des “Agronomes, banquiers, courtiers, experts comptables, des chimistes, et tous les autres groupes fonctionnels capables d’exercer une activité professionnelle, des affaires, les financiers se réunissent pour approuver la Ligue au nom de la paix, le progrès et la prospérité. Nos films sont des préoccupations la préparation d’une image faisant époque.”

 “En bref, l’ensemble de notre système de contrôle de la pensée travaille sans cesse, sans relâche, sans pitié, pour assurer l’adoption de la Ligue. Et il sera adopté, pour les affaires veut la paix, le juste ne peut pas résister à une alliance, et les hommes politiques, après l’ombre la boxe à des fins partisanes, donnera vaillamment de peur que le sort de l’aveugle et volontaire les poursuivre. “

Les élites financiarisées ont elles réussi avec Mandell House, Wilson et la Société des Nations ?

Grâce à la vaillante opposition des sénateurs républicains, les États-Unis ont rejeté le Traité de paix, et avec elle la Société des Nations le 19 novembre 1919. La manoeuvre a été déjouée temporairement. Mais la Fed a été créée.

La campagne secrète des banquiers secrets pour imposer la tyrannie du monde n’a pas diminué. Ils ont financé Hitler et conçus la Seconde Guerre mondiale. La Société des Nations a été ressuscité par les Nations Unies en 1945 et la «guerre froide» a été initiée. Beaucoup pensent que nous sommes dans les premiers stades de la troisième guerre mondiale.

Tous les segments de la société continuent d’être la propagande pour les vertus de l’ONU. Les institutions nationales sont attaquées. La presse et l’éducation continuent d’être contrôlées. Les politiciens sont des figures de proue sans pouvoir.

Certaines des tactiques ont changé. L’empire américain a remplacé l’Empire britannique comme instrument de l’hégémonie mondiale. Mais les Américains ne devraient pas penser qu’ils sont au service de leurs propres intérêts. Ils construisent un « nouvel ordre mondial » et son maître est « la Couronne », soit la City de Londres des banquiers Rothschild. Dans la bouche du colonel House, les Américains seront des colons qui doivent « s’agenouiller devant le trône. »

Les références au contrôle des champs pétrolifères suggèrent que le pétrole est d’abord et avant tout un instrument de domination du monde. La dernière étape de la tyrannie mondiale implique de prendre le contrôle complet du pétrole. Le pétrole de schiste au x Etats-Unis et les énormes réserves pétrolières du Golfe du Mexique renversent les géostratégies mondiales et notamment celles au Moyen-Orient.

La menace ne peut plus être qualifiée de provenant d’une communauté donnée. Les Rothschild ont reçu un degré de collaboration important des élites financières, culturelles et politiques du monde. Les élites mondiales financiarisées sont cosmopolites agissant comme des apatrides, sans fidélité à aucun pays.

Algarath

source: http://algarath.com/2016/07/31/city-de-londres-a-preseance-incontestable-etats-unis/

Commenter cet article

Archives

Articles récents