Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La mystérieuse affaire des coriums disparus de Fukushima...

Publié par wikistrike.com sur 22 Août 2016, 07:46am

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

La mystérieuse affaire des coriums disparus de Fukushima...

Waking time nous donne enfin des nouvelles des Coriums de Fukushima, qui, vous le savez, reste une grande énigme... Aussi j’ai sauté sur l’article pour vous le traduire et pour mon intérêt personnel.

 

----------------

 

« La nature ne connaît pas l’indécence ; l'homme l’invente. » - Mark Twain

Alors que le monde se précipite toujours vers Armageddon, la catastrophe nucléaire de Fukushima a largement disparu de la première page. Mais la question est loin d'être résolue.

Les Radiation des accidents nucléaires ne se dissipent pas facilement, ce qui explique que les estimations de temps de nettoyage à Fukushima aillent de 40 à 500 ans, et près de six ans se sont déjà écoulés. Les matières nucléaires, même stockées en toute sécurité, sont dangereuses pendant 100.000 ans (1).

Elvis a quitté le bâtiment

La grande question en ce qui concerne la situation à Fukushima Dai-ichi au Japon (centrale nucléaire n° 1) concerne l'emplacement du combustible fondu dans les unités des réacteurs 1, 2 et 3.

Des données récentes de l'emplacement du combustible dans l'unité 2 ont été contestées, avec Tokyo Electric Co. (Tepco), et les médias traditionnels prennent un point de vue et les scientifiques indépendants en prennent un autre. Est-ce que le combustible fondu est encore à l'intérieur du récipient dans le bâtiment du réacteur ?, ou a-t-il filtré, et est-il maintenant en train de pénétrer dans des zones dispersées latéralement et verticalement dans le sol ?

De grandes quantités de corium pourraient atteindre l'eau souterraine, et même l'aquifère qui est finalement relié à l'alimentation en eau de Tokyo.

Comparons deux évaluations sur cette question importante basée sur l'utilisation de la « tomographie Muon ».

Selon la version de la réalité de l'Asahi Shimbun, version (journal) qui repose uniquement sur ​​le rapport de Tepco.

La plupart du combustible nucléaire à l'intérieur du réacteur n° 2 de la centrale nucléaire de Fukushima n° 1 n'a apparemment pas fondu à travers le récipient sous pression (2).

Est-ce aussi simple ? Le niveau de fiabilité de Tepco est devenu plutôt terne au fil des années.

Notez dans l'image graphique ci-dessus, que le mot « nous pensons, est utilisé, ce qui renforce le mot « apparemment » utilisé dans le texte de l'article se référant à l'incertitude de l'emplacement du combustible fondu. Toutefois, le titre de l'article est plus confiant, déclarant que « la plupart du carburant a été contenu. » Le titre est manifestement trompeur et puisque la plupart des lecteurs regardent simplement les titres des nouvelles, c’est ce qu'ils retiendront du rapport.

D'autre part, les scientifiques indépendants du site Simply Infos diffèrent sur ​​l'emplacement du corium par rapport au conteneur, le « compartiment de pression du réacteur » (RPV) :

Le masque superposé de Tepco délimite la tête du bas trop bas, y compris le carburant à l' intérieur du RPV qui, selon l'image raffinée, est clairement illustré – en dessous de la tête du bas ... « Il n'y a pas de carburant dans le fond de la cuve du réacteur en une quantité significative » (3).

 

Ce graphique indique qu'une autre méthode a été utilisée par ces scientifiques pour afficher l'emplacement du combustible fondu.

Dans ce graphique les scientifiques de Simply Information soutiennent que le dessin du conteneur a été mal cadré dans la version de Tepco, alors que dans leur version, il est plus bas, ce qui rend moins évident le fait que le carburant soit resté dans le conteneur.

Une lecture attentive de cet article révèle que l'analyse de Tepco, si facilement présentée par les médias traditionnels, a été basée sur de la fumée et des miroirs technologiques, clairement destiné à tromper. Tepco et les médias devraient rendre compte de l'éventail des possibilités plausibles, et pas seulement de la petite tranche de la réalité qu'ils souhaitent que le public voie (4, 5).

Alors est-ce que l'Asahi Shimbun corrigera ses déclarations fallacieuses ? Tant le Japan Times que l'Asahi Shimbun sont fortement détenus et contrôlés par des investisseurs et des médias étrangers. L’Asahi partage ses bureaux avec le New York Times à Tokyo et de nombreux quotidiens anglais japonais comptent sur ​​les fils de nouvelles occidentales, tels que l'ordre du jour et les sources d'information oligarchiques, comme Reuters et l'Associated Press (6).

Mise hors-service ou hors de Commission ?

En fait, en plus de cinq ans beaucoup de progrès ont été faits pour contrôler la situation à la centrale nucléaire détruite de Fukushima. Une grande partie des décombres a été nettoyée et des couches fraîches de peintures sont sur les bâtiments, mais l'endroit est encore intensément radioactif, et aucun humain ne peut approcher les sites spécifiques des réacteurs fondus.

La deuxième grande question à Dai-ichi concerne les plans futurs pour le démantèlement de la centrale. Tout le long, Tepco a dit qu'ils allaient récupérer le combustible fondu et effectuer un démantèlement complet dans les 40 ans. En fait, la technologie pour récupérer les coriums n'a pas encore été inventée. Non seulement il est impossible pour les travailleurs humains d'approcher de la zone, mais même les robots se décomposent en raison du rayonnement intensif qui court-circuite leurs composants.

Il a été récemment révélé que le Japon envisage toujours une option que beaucoup de gens pensent très dangereuse à long terme, et qui est la solution du « sarcophage » (7). La seule fois où cela a été essayé c’est à Tchernobyl - cela ressemble à une grange de haute technologie placée sur le site (8). Contrairement à Tchernobyl où le sol est de la roche dure, à Fukushima le sol est semblable à une éponge humide avec de la terre molle, donc en couvrant le site cela réduira les retombées atmosphériques radioactives, mais le rayonnement continuera à fuir vers le bas en direction de l'aquifère et vers l'extérieur de l'océan, à moins que des mesures techniques appropriées ne soient prises.

Néanmoins, les progrès sont lents avec des efforts « en cours pour développer l'équipement nécessaire pour récupérer des échantillons de corium (combustible fondu) à l'intérieur des structures de confinement des unités 1 à 3 de l'usine. Aucun délai solide » n'ayant été encore mentionné (9).

L'histoire nucléaire

Dans un côté intéressant, le meilleur film documentaire sur Fukushima que j’ai vu jusqu'à présent, est Fukushima : Une histoire nucléaire a été publiée en 2015 (10). C’est une production italienne , mais avec la narration et les sous-titres en anglais. L'intrigue suit le journaliste Pio d'Emilio pendant la crise nucléaire alors qu’il tente de découvrir la situation réelle de Fukushima. Le film est agréable et éducatif en même temps, couvrant de nouveaux horizons et combinant des événements dramatiques, tels qu'ils se sont déroulés à l'époque avec des explications scientifiques faites dans un style de bande dessinée divertissante de type « manga ».

Le film souligne l’état de quasi-catastrophe et de panique de Tepco lors de l'accident, et le courage et la sagesse du Premier ministre d’alors Naoto Kan, ainsi que de la centrale de Fukushima 50, dirigée par le directeur de l'usine Masao Yoshida, dont le jugement instantané a littéralement « sauvé le monde ».

Le film soulève un fait très intéressant dont je ne sais toujours pas si c’était seulement de la chance, au sujet de la porte du combustible de la piscine à l'unité 4 qui ne se fermait pas , autrement dit, un mauvais fonctionnement, ce qui a permis à l'eau de refroidir les barres de combustible brûlante. Si cela n’avait pas eu lieu, les barres de combustibles auraient pris feu et auraient répandu un rayonnement massif sur des centaines de kilomètres.

Notez que si l'accident de Fukushima était arrivé dans la nuit où un week-end, il y aurait eu beaucoup moins de travailleurs à l'usine pour résoudre le problème, ce qui aurait pu conduire à une situation complètement hors de contrôle.

Le mur de glace viendra...

Le « mur de glace » que Tepco a construit afin de geler le sol autour de l'usine pour bloquer l'écoulement de l'eau vers et hors de l'usine, continue d'avoir des problèmes. C’est une opération très coûteuse à construire et à entretenir, sujette à des problèmes techniques, et personne ne sait vraiment quand, ou, si elle ne sera jamais pleinement mise en œuvre (c.-à-gâchis pour les contribuables) (11 ; 12). Même si le mur de glace fonctionne comme prévu, il ne pourra pas arrêter tout le débit d'eau en laissant certaines contaminées (13).

Est-ce la raison pour laquelle l'option sarcophage est toujours sur la table ? Les critiques ont fait valoir que le mur de glace était mal conçu dès le départ, parce qu'il ne traitait pas l’origine du problème à la source de l'écoulement de l'eau, qui est de l'eau versée au-dessus de l’usine dans les montagnes voisines (Tepco a rechigné au projet en raison du coût élevé).

Nouvelles de l’explosion au Japon

Diverses questions liées au nucléaire surgissent de temps en temps autour du pays. Depuis l'accident nucléaire de 2011, l'opinion publique a été d’une façon fortement écrasante anti-nucléaire, malgré les efforts de l'administration Abe à minimiser l'accident et redémarrer le plus grand nombre de réacteurs possible à travers le pays. La logique des redémarrages contre l'opinion publique vise à satisfaire les grandes banques qui ont financé les opérations de la compagnie d'électricité japonaise tandis que les réacteurs sont restés au repos (chers et ne produisant pas de profits) au cours des dernières années.

Malgré les tremblements de terre extrêmement destructeurs plus tôt, en 2016, sur l'île de Kyushu, les centrales nucléaires redémarrent sur le chemin de la ligne de faille, qui se déplace essentiellement au milieu de l'ensemble du pays, ce qui soulève des interrogations. Pourtant, nous voyons par exemple dans la commune de Shikoku que les réacteurs nucléaires ont été redémarrés malgré l'opposition locale (14).

Bien que le Premier ministre Abe continue de pousser pour la reprise des activités nucléaires, il n’aurait probablement pas envie de travailler lui-même au nettoyage du site de la catastrophe nucléaire de Fukushima. Il a été récemment rapporté par des scientifiques japonais que du césium radioactif insoluble a été détecté chez les travailleurs exposés à des niveaux élevés de rayonnement à l'usine (15).

En effet, la faune sauvage dans la préfecture de Fukushima a longtemps été signalée comme étant contaminées par des radiations, récemment un sanglier a été détecté avec des niveaux massifs de rayonnement dans son corps (16). Ceci est une indication de la contamination en général de l'environnement.

Cela ne n'empêche pas à l'office du tourisme de Fukushima de faire de la publicité pour indiquer comment la vie y est merveilleuse en sécurisante. Ceci pour engranger des dollars avec les touristes, le gouvernement national, a mené une campagne massive de relations publiques malgré la possibilité persistante de nombreux points chauds radioactifs dans la zone (17 ; 18).

Trump menace le cartel nucléaire

Peut-être que les choses vont changer un peu si Donald Trump peut être élu président des États-Unis. Trump a promis de réduire la présence militaire américaine au Japon et de les laisser régler leurs propres affaires militaires. Cela ne présage rien de bon pour le racket militaire américano-japonais qui siphonne des milliards de dollars en recettes fiscales pour satisfaire l'avidité des complexes industriels militaires des deux pays, qui sont intensément liés par les armes nucléaires et les industries d’énergie (20).

N’est-il pas ironique que l'épouvantail de la Corée du Nord qui est constamment évoquée par le Japon pour justifier sa propre croissance dans le militarisme, ait obtenu sa technologie originale de l'arme nucléaire de la Grande-Bretagne, un allié supposé du Japon ? (21)

Drôle de vieux monde, n’est-ce pas ?.

La pollution nucléaire n’est pas saine pour les enfants et les autres êtres vivants

Merci au site Simply Infos pour leur travail continu sur la question de Fukushima ; et a activist post pour leur reporting continu.

 

À propos de l'auteur

Richard Wilcox est rédacteur et écrivain pour le livre : Fukushima : Dépossession ou Dénucléarisation (2014) et un enseignant et écrivain basé à Tokyo qui est titulaire d'un doctorat en études environnementales. Il est un collaborateur régulier de Activist Post. Ses interviews radiophoniques et articles sont archivés au http://wilcoxrb99.wordpress.com et il peut être contacté via wilcoxrb2013@gmail.com.

 

Les références

1 - Déchets nucléaires : garder pour 100.000 ans http://www.ft.com/cms/s/2/db87c16c-4947-11e6-b387-64ab0a67014c.html#axzz4EtlF3Xds

2 - Une nouvelle étude sur le réacteur de Fukushima montre plus de carburant a été contenu http://www.asahi.com/ajw/articles/AJ201607290050.html

3 - Something Incredible Found In Fukushima Muon scan http://www.fukuleaks.org/web/?p=15666

4 - Premières Fukushima Unité 2 muons Scans contestez Nouvelle analyse Résultatshttp://www.fukuleaks.org/web/?p=15650

5 - Fukushima Unité 2 Muon Numériser Not So conclusive http://www.fukuleaks.org/web/?p=15637

6 - Démocratie en Péril : Vingt ans de consolidation des médias sous les télécommunications Act http://www.truth-out.org/news/item/34789-democracy-in-peril-twenty-years-of-media-consolidation-under-the-telecommunications-act ;

7 - NDF essaie de marcher Retour Fukushima Daiichi Sarcophage Admissionhttp://www.fukuleaks.org/web/?p=15607

8 - La Galerie de Tchernobyl : Sarcophage http://chernobylgallery.com/chernobyl-disaster/sarcophagus/

9 - Fondu carburant à échantillonner à partir de Fukushima réacteurs de confinementhttp://www.fukuleaks.org/web/?p=15608

10 - Fukushima : Une histoire nucléaire http://www.nuclearstory.com

11 - Fukushima Frozen mur Sees Petit Progrès De Addition Bétonhttp://www.fukuleaks.org/web/?p=15659

12 - Fukushima Rapport mur congelé pour le 23 juin 2016 http://www.fukuleaks.org/web/?p=15569

13 - Le mur de glace de Fukushima n° 1 plante ne sera pas étanche à l'eau, dit le chef architect http://www.japantimes.co.jp/news/2016/04/29/national/fukushima-plants-new-ice-wall-will-not-be-watertight-says-chief-architect/#.V7JtD-lMaRk

14 - Usine MOX Shikoku redémarre au milieu tollé sur le séisme frais fearshttp://www.japantimes.co.jp/news/2016/08/12/national/shikoku-electric-poised-fire-ehime-plant-mox-reactor-amid-protests/#.V66L_ulMaRk

15 - TROIS ANS DE RETENTION RADIOACTIVES CESIUM DANS LE CORPS DES TRAVAILLEURS TEPCO INTERVENANT DANS LE FUKUSHIMA DAIICHI CENTRALE NUCLÉAIRE ACCIDENThttp://rpd.oxfordjournals.org/content/early/2016/03/14/rpd.ncw036

16 - 960 Bq / kg de Cs-134/137 détectés sur le sanglier Fukushima http://fukushima-diary.com/2016/07/960-bqkg-of-cs-134137-detected-from-wild-boar-in-fukushima/

17 - Tokyo à Fukushima : Route pour profiter moderne, vieux Japonhttp://showcase.japantimes.co.jp/tokyo/news/?key=tokyo1

18 - Fukushima tourisme faisant une forte progression sur recoveryhttp://www.japantimes.co.jp/news/2016/08/14/national/fukushima-tourism-making-strong-progress-recovery/#.V7Eoo-lMaRk

19 - Trump déchire US la défense du Japon comme un seul côté, trop expensivehttp://www.japantimes.co.jp/news/2016/08/06/national/politics-diplomacy/trump-rips-us-defense-japan-one-sided-expensive/#.V6bc2elMaRk

20 - La Corée du Nord a utilisé la technologie britannique pour construire son nucléaire bombshttp://www.theecologist.org/News/news_analysis/2987935/what_theresa_may_forgot_north_korea_used_british_technology_to_build_its_nuclear_bombs.htm

 

Cet article (La mystérieuse affaire des coriums disparus de Fukushima) a été initialement créé et publié par Activist Post et est ré-affiché ici avec sa permission. 

 Aider Waking temps à élever la vibration en partageant cet article avec vos amis et votre famille...

Source : Crashdebug.fr via Wakingtimes.com

Traduction :  folamour 
Corrections :  chalouette  

 

Informations complémentaires :

 
 
Commenter cet article

Archives

Articles récents