Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Selon la créatrice du Burkini, les musulmanes ne représentent que 30% de sa clientèle

Publié par wikistrike.com sur 20 Août 2016, 11:37am

Catégories : #Religion - pensées, #Culture - médias - Livres - expos - rencontres

Inquiétant...

Inquiétant...

 

Le burkini considéré comme une «  burqa des mers  » par les islamophobes et les membres du chauvinisme à la française, n’est à l’origine q’un simple vêtement pour se baigner tout en restant pudique.
Ce maillot de bain pouvant être apparenté à une combinaison de plongée a été inventé il y a douze ans par une créatrice australienne nommée Aheda Zanetti.

La jeune femme d’origine libanaise, a imaginé ce vêtement pour une joueuse de netball voilée :
«  J’ai fait des recherches et je n’ai pas trouvé de tenues convenables pour les femmes sportives et pudiques  ».
Au départ le “hijood” contraction de “hijab” et “hood” (capuche en anglais) est un survêtement adapté à la pudeur “religieuse”. Puis, l’idée du burkini lui apparaît peu à peu, dans un pays où les sports aquatiques sont omniprésents.

En douze ans, la créatrice confie avoir vendu plus de 500 000 burkinis et en 2016 ses ventes ont augmenté de 40% :
«  On a eu une augmentation des ventes en France depuis plusieurs semaines, entre 35 à 40 %. Ces femmes vont continuer à acheter le burkini et peu importe qu’elles aillent nager en France, en Espagne, en Suisse ou ailleurs. Personne ne pourra les arrêter de faire ce qu’elles veulent  ».
Aheda Zanetti s’insurge contre le débat surdimensionné autour du burkini : «  Ces femmes, quelle que soit d’ailleurs leur religion, peuvent continuer à être actives et aller sur la plage. Je ne comprends pas, c’est juste un maillot de bain ! Cela ne fait de mal personne ! Le burkini ne discrimine personne  ».

Les femmes musulmanes ne représentent seulement que 30% de sa clientèle. Sa société propose des modèles comparables en tous points au burkini qui ne couvrent pas la tête destinés à toutes les femmes : «  Cela peut-être des femmes juives, des mormones, des chrétiennes, des hindoues… ou même des femmes qui veulent protéger leur corps du soleil  ».
Victime de la pression médiatique et du vent xénophobe et raciste polluant la France depuis le début des attentats, ce simple vêtement d’eau est devenu le moyen d’accentuer la discrimination croissante à l’égard des femmes voilées.

Aheda Zanetti (créatrice du burkini) a d’ailleurs déclaré :
«  J’aimerais poser une question : est-ce que les maires et politiciens en France veulent bannir le burkini, ou juste les musulmans ? Le burkini est le bienvenu en Australie et peu importe que vous soyez musulman, chrétien, hindou, juif etc., vous êtes tous les bienvenus ici.  »

Le burkini ne représente aucune nuisance et aucun non-respect dans l’espace public, il constitue seulement la preuve flagrante que le vivre ensemble en France n’est qu’une douce utopie.

source: http://www.halalbook.fr/actufiche-15-8135.html


 

Le burkini considéré comme une «  burqa des mers  » par les islamophobes et les membres du chauvinisme à la française, n’est à l’origine q’un simple vêtement pour se baigner tout en restant pudique.
Ce maillot de bain pouvant être apparenté à une combinaison de plongée a été inventé il y a douze ans par une créatrice australienne nommée Aheda Zanetti.

La jeune femme d’origine libanaise, a imaginé ce vêtement pour une joueuse de netball voilée :
«  J’ai fait des recherches et je n’ai pas trouvé de tenues convenables pour les femmes sportives et pudiques  ».
Au départ le “hijood” contraction de “hijab” et “hood” (capuche en anglais) est un survêtement adapté à la pudeur “religieuse”. Puis, l’idée du burkini lui apparaît peu à peu, dans un pays où les sports aquatiques sont omniprésents.

En douze ans, la créatrice confie avoir vendu plus de 500 000 burkinis et en 2016 ses ventes ont augmenté de 40% :
«  On a eu une augmentation des ventes en France depuis plusieurs semaines, entre 35 à 40 %. Ces femmes vont continuer à acheter le burkini et peu importe qu’elles aillent nager en France, en Espagne, en Suisse ou ailleurs. Personne ne pourra les arrêter de faire ce qu’elles veulent  ».
Aheda Zanetti s’insurge contre le débat surdimensionné autour du burkini : «  Ces femmes, quelle que soit d’ailleurs leur religion, peuvent continuer à être actives et aller sur la plage. Je ne comprends pas, c’est juste un maillot de bain ! Cela ne fait de mal personne ! Le burkini ne discrimine personne  ».

Les femmes musulmanes ne représentent seulement que 30% de sa clientèle. Sa société propose des modèles comparables en tous points au burkini qui ne couvrent pas la tête destinés à toutes les femmes : «  Cela peut-être des femmes juives, des mormones, des chrétiennes, des hindoues… ou même des femmes qui veulent protéger leur corps du soleil  ».
Victime de la pression médiatique et du vent xénophobe et raciste polluant la France depuis le début des attentats, ce simple vêtement d’eau est devenu le moyen d’accentuer la discrimination croissante à l’égard des femmes voilées.

Aheda Zanetti (créatrice du burkini) a d’ailleurs déclaré :
«  J’aimerais poser une question : est-ce que les maires et politiciens en France veulent bannir le burkini, ou juste les musulmans ? Le burkini est le bienvenu en Australie et peu importe que vous soyez musulman, chrétien, hindou, juif etc., vous êtes tous les bienvenus ici.  »

Le burkini ne représente aucune nuisance et aucun non-respect dans l’espace public, il constitue seulement la preuve flagrante que le vivre ensemble en France n’est qu’une douce utopie.

source: http://www.halalbook.fr/actufiche-15-8135.html


En savoir plus sur http://reseauinternational.net/selon-la-creatrice-du-burkini-les-musulmanes-ne-representent-que-30-de-sa-clientele/#fX3xbDXcsPI3be7F.99
Commenter cet article

Archives

Articles récents