Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Bygmalion: France Télévisions a-t-elle censuré les multiples révélations ?

Publié par wikistrike.com sur 8 Septembre 2016, 08:42am

Catégories : #Politique intérieure, #Culture - médias - Livres - expos - rencontres

La France dégringole dans le classement de la liberté de la presse, d'information et d'expression, France Télévisions semble le confirmer

La France dégringole dans le classement de la liberté de la presse, d'information et d'expression, France Télévisions semble le confirmer

MAJ: Aux dernières nouvelles, France Télévisions assure vouloir diffusé le reportage

 

Selon le Canard enchaîné, Nicolas Sarkozy aurait fait pression sur le groupe audiovisuel afin qu’il déprogramme un reportage sur l’affaire Bygmalion dans laquelle il est impliqué, provoquant de profonds désaccords au sein de la direction du média.

Souhaitant s’assurer de la venue de Nicolas Sarkozy sur le plateau de France Télévisions en septembre pour lancer la nouvelle émission politique de France 2, Michel Field, directeur de l’information du groupe, a décidé de repousser la diffusion prévue de l’émission de Elise Lucet concernant l’affaire Bygmalion sur France 2, après la primaire de la droite du 27 novembre, révèle Le Canard enchaîné.

 

 

En effet, l’entourage de l’ex-chef de l’Etat aurait menacé de déprogrammer la venue du candidat si ce reportage venait à être diffusé, en raison d’une interview polémique de Franck Attal, patron d’une filiale de Bygmalion (Event & Cie). Ce dernier y ferait plusieurs révélations qui pourraient être gênantes pour le candidat à la primaire de la droite et du centre, Nicolas Sarkozy, qui a affiché son ambition de réemménager à l’Elysée.

Elise Lucet, ex-présentatrice vedette du JT de la mi-journée et du magasine d’enquête Cash Investigations, aujourd’hui en charge du magazine de reportage de Envoyé Spécial, reproche à son supérieur Michel Field d’avoir «cédé aux menaces» de Nicolas Sarkozy, tandis que la présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte, a refusé de trancher.

Après discussions et pour calmer la fronde des journalistes, le reportage sera finalement diffusé dans une version raccourcie de 26 minutes, le 8 septembre, incluant l’interview polémique de Franck Attal.

L’affaire Bygmalion défraie la chronique depuis 2012. Le 16 février 2016, un juge d’instruction a mis en examen Nicolas Sarkozy pour le financement illégal de sa campagne présidentielle de 2012, dans l’enquête sur les fausses factures de Bygmalion et les comptes de sa campagne.

«L’intégralité du reportage ou rien !» : les internautes révoltés

Sur Twitter, les réactions indignées ont afflué, de nombreuses personnes estimant que Nicolas Sarkozy a «quelque chose à cacher» ou encore qu’il se croit dans une «République bananière» où «la télévision publique est aux ordres de la mafia.»

 

image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2016/09/t%C3%A9l%C3%A9vision-1-20160908.jpg

télévision 1 20160908

 

Le hashtag #SoutienEliseLucet, a même fait son apparition.

 

image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2016/09/t%C3%A9l%C3%A9vision-2-20160908.jpg

télévision 2 20160908

 

L’annonce de la diffusion d’une version raccourcie du reportage le 8 septembre n’a pas calmé les internautes. «On veut l’intégralité du reportage sinon rien», a exigé l’un d’eux alors qu’un autre appelait même au boycott de la chaîne France 2, accusée d’avoir cédé aux pressions.

 

image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2016/09/t%C3%A9l%C3%A9vision-3-20160908.jpg

télévision 3 20160908

 

Certaines réactions ont par ailleurs été marquées par l’ironie.

 

image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2016/09/t%C3%A9l%C3%A9vision-4-20160908.jpg

télévision 4 20160908

 

«On lui dit à Sarkozy que l’époque de l’ORTF est révolue et accessoirement, qu’il n’est plus président ?», a enfin tweeté Pascal Billat, secrétaire départemental de Dordogne du parti souverainiste Debout La France.

 

image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2016/09/t%C3%A9l%C3%A9vision-5-20160908.jpg

télévision 5 20160908source: https://francais.rt.com/france/26019-embarras-france-televisions-sarkozy-bygmalion

 

 

Explosif : l’affaire Bygmalion devient l’affaire Sarkozy

 

 

Jeudi soir, dans le JT, France 2 devrait diffuser un extrait d’un reportage sur l’affaire Bygmalion, qui sera diffusé le 29 septembre. Sa programmation a déclenché la colère de Sarkozy. L’émission d’Elise Lucet, à l’instar des révélations de Marianne (1) sur la gravité des réquisitions du Parquet, promet, en effet, d’être explosive.

Le 30 août dernier, le vice-procureur, Nicolas Baietto, rendait public un réquisitoire de 142 pages, accablant pour Sarkozy, désigné comme principal instigateur du financement illégal de la campagne électorale de 2012.

Les éléments révélés par l’hebdomadaireMarianne apportent un éclairage des plus embarrassants pour le candidat à la primaire de la droite, dont les candidatures seront closes dans quelques jours.

Manifestement, non seulement Sarkozy ne pouvait ignorer le dérapage des dépenses, mais il en a accéléré le processus, en multipliant les meetings pour suivre la courbe des intentions de vote… 44 meetings seront organisés au lieu des 15 prévus initialement.

Sarkozy est le principal bénéficiaire des dépassements

Désigné comme « le principal bénéficiaire et le principal donneur d’ordres des événements, puisqu’il était le décideur final de leurs éléments essentiels », Sarkozy voit sa responsabilité personnelle mise directement en cause par le magistrat du parquet.

Pourtant ce ne sont pas les alertes comptables qui ont fait défaut. Dès le début du mois de mars 2012, une note des experts comptables, s’inquiétant des dépassements en cours, est transmise à Sarkozy, par son directeur de campagne Guillaume Lambert… En vain ! Obsédé par sa réélection, Sarkozy n’en tient pas compte.

Au total, ce sont 28,5 millions d’euros qui seront dépensés illégalement pour tenter de faire basculer les électeurs en sa faveur. Les enquêteurs ayant découvert 10 millions de dépenses supplémentaires, dissimulées dans la comptabilité de l’UMP, au lieu d’être intégrées au frais de campagne.

Des révélations explosives attendues

Ce n’est donc plus une affaire Bygmalion, mais bien une affaire Sarkozy, dans la mesure où tous les donneurs d’ordre étaient des proches de l’ex-président, que ce soit Lavrilleux, Lambert ou Louvrier. Tous n’ont pu agir que sur ordre ou avec l’aval de leur chef. C’est la conviction du procureur.

Criant au complot, bien évidemment, comme si Sarkozy était un justiciable au-dessus des lois, lui-même et ses avocats ne décolèrent plus, depuis l’annonce concomitante de son renvoi devant le tribunal correctionnel et de la diffusion, jeudi soir, d’extraits d’Envoyé Spécial, nouvelle formule, programmée le 29 septembre.

Désormais animée par Elise Lucet, l’enquête de la rédaction, sur le dépassement des frais de campagne de Sarkozy, promet d’être explosive, avec l’interview de Franck Attal, l’ancien responsable du circuit de financement, un des acteurs du dossier Bygmalion, qui devrait faire des révélations accablantes.

Le dossier devient brûlant.

 

(1) Bygmalion : nos révélations sur l'accablant réquisitoire du parquet contre le système Sarkozy

 

Verdi

 

Source AGX

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents