Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La montagne d’artifices qui fait tenir la pyramide sur la pointe

Publié par wikistrike.com sur 10 Septembre 2016, 17:03pm

Catégories : #Economie

La montagne d’artifices qui fait tenir la pyramide sur la pointe

« La montagne d’artifices qui fait tenir la pyramide sur la pointe !

Ci dessous le graphique qui agrège les bilans des Banques Centrales, avec les % du GDP correspondant.

Les Banques Centrales achètent pour 2,5 trillions de papiers, d’assets par an !

Que va -t-il se passer quand elles vont être obligées de ralentir leurs achats. Elles sont les principaux propriétaires d’actifs financiers. Leur bilan représente maintenant 40% du GDP mondial. La norme orthodoxe était de l’orde de 7 à 8%.

Le rendement de leurs interventions, la preuve elles ne peuvent plus arrêter, c’est toujours plus. Le rendement est quasi nul et en plus décroissant comme le démontre la Citi et beaucoup d’autres économistes comme Hussman.

Grâce au crédit quasi gratuit dont bénéficient les gouvernements ils se dispensent de rectitude fiscale, ils continuent de creuser les déficits et s’abstiennent de faire les réformes nécessaires.

Plus tard quand leur expérience aura été démystifiée on s’interrogera sur le rapport entre les résultats de cette expérience et son coût, on ne peut le faire avant car le coût ne se manifestera que bien plus tard. Pour  l’instant même si les bénéfices de sont faibles on n’a guère conscience des effets négatifs, sauf pour les banques qui sont en train d’être détruites.

Même les Bourses ne montent plus. Les Bourses européennes n’ont pas monté depuis le QE de Draghi et l’Eurostoxx 50 au contraire est en baisse sensible ; aux USA les cours ne dépassent que marginalement ceux de mai 2015 pour l’ indice S&P, mais le fond du marché ((le NYSE) est en baisse.

Les coûts et pertes :

 

La montagne d’artifices qui fait tenir la pyramide sur la pointe

Les QE ont un coût déjà maintenant et ils en auront encore plus, plus tard :

– les prix de tous les actifs sont faussés, exagérés.  Ils sont hors de prix, car les banques centrales les achètent sans que cela leur coûte, elles peuvent donc surpayer

– les pensions et les assurances n’ont plus de rentabilité pour leur placements financiers, elles sont obligées d’augmenter les cotisations

– les économies des classes moyennes sont laminées, les porteurs d’obligations vont perdre des sommes colossales lors des remboursement puisqu’ils paient les titres au dessus du prix d’émission ; ils paient les obligations par exemple 140 et vont être remboursés à 100 !

– croissance des inégalités colossale en faveur des ultra-riches qui ont accès au crédit pour faire du leverage et tout rafler.

– destruction du modèle d’exploitation de vos banques, lesquelles, c’est un comble, sont obligées de monter les taux qu’elles vous chargent pour compenser les manques à gagner

Plus tard le coût sera

– soit l’inflation, soit l’hyperinflation si la vitesse de circulation de la monnaie pour une raison ou une autre vient à s’accélérer

– soit la déflation/dépression  si les taux viennent à échapper au contrôle de banques centrales et que les marchés financiers chutent, désolvabilisant en chaîne tout ce qui est artificiellement solvable.

Croissance mensuelle des actifs détenus par les Banques Centrales :

more-and-more

Les QE ont un coût déjà maintenant et ils en auront encore plus, plus tard :

– les prix de tous les actifs sont faussés, exagérés.  Ils sont hors de prix, car les banques centrales les achètent sans que cela leur coûte, elles peuvent donc surpayer

– les pensions et les assurances n’ont plus de rentabilité pour leur placements financiers, elles sont obligées d’augmenter les cotisations

– les économies des classes moyennes sont laminées, les porteurs d’obligations vont perdre des sommes colossales lors des remboursement puisqu’ils paient les titres au dessus du prix d’émission ; ils paient les obligations par exemple 140 et vont être remboursés à 100 !

– croissance des inégalités colossale en faveur des ultra-riches qui ont accès au crédit pour faire du leverage et tout rafler.

– destruction du modèle d’exploitation de vos banques, lesquelles, c’est un comble, sont obligées de monter les taux qu’elles vous chargent pour compenser les manques à gagner

Plus tard le coût sera

– soit l’inflation, soit l’hyperinflation si la vitesse de circulation de la monnaie pour une raison ou une autre vient à s’accélérer

– soit la déflation/dépression  si les taux viennent à échapper au contrôle de banques centrales et que les marchés financiers chutent, désolvabilisant en chaîne tout ce qui est artificiellement solvable.

Croissance mensuelle des actifs détenus par les Banques Centrales :

central-banks-projected

La montagne d’artifices qui fait tenir la pyramide sur la pointe

Bruno Bertez, le 8 septembre 2016

Commenter cet article

Archives

Articles récents