Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Nicolas Sarkozy sur DSK: "J'ai de quoi le faire exploser en plein vol" grâce à des "histoires de parties fines"

Publié par wikistrike.com sur 27 Septembre 2016, 07:00am

Catégories : #Politique intérieure, #Culture - médias - Livres - expos - rencontres

Nafissatou coucou

Nafissatou coucou

C’est le livre qui fait peur à Nicolas Sarkozy, le livre dont tout le monde va parler. Patrick Buisson publie jeudi "La Cause du peuple. L'histoire interdite de la présidence Sarkozy" (ed. Perrin), son témoignage sur l’ancien président. Que raconte-t-il? Eric Mandonnet, rédacteur en chef adjoint du service politique de L’Express, en révèle ce mardi sur RMC en exclusivité les premiers extraits.

464 pages, un titre provocateur, La Cause du peuple, l’histoire interdite de la présidence Sarkozy chez Perrin. J’ai lu le livre en entier, il y a bien sûr une réflexion très nourrie sur ce que devrait être la droite aujourd’hui, et Patrick Buisson, cela ne surprendra pas, s’inscrit dans la lignée du populisme chrétien qui a combattu, par exemple, le mariage homo.

Mais il y a aussi beaucoup, beaucoup d’anecdotes sur Nicolas Sarkozy. Des exemples ? Entre les deux tours de la présidentielle de 2007, Sarkozy demande à Buisson d’appeler Jean-Marie Le Pen : "Demande-lui ce qu’il veut. S’il faut le recevoir, je le recevrai." Buisson va aller voir Le Pen qui le rappellera même avant son discours du 1er mai pour lui en lire des extraits. On apprend aussi au passage que Sarkozy a demandé à un proche de faire remonter une cinquantaine de parrainages pour que Le Pen ait les 500 fameuses signatures pour se présenter en 2007. Sarkozy à plusieurs reprises évoque des "valeurs communes" avec le FN.

En 2012, Sarkozy veut que DSK soit le candidat du PS parce qu’il sait qu’il va ensuite s’écrouler : "J’ai de quoi le faire exploser en plein vol" dit-il à ses conseillers, parlant notamment d’une "histoire de parties fines à Lille". Il sait déjà tout de la future affaire du Carlton qui éclatera un an plus tard.

En quoi le livre de Buisson nuit-il à Sarkozy ?

Patrick Buisson est l’homme qui a aidé à la construction du président Sarkozy - ça, ce n’est pas moi qui le dis, c’est Sarkozy lui-même lorsqu’il lui remet la légion d’honneur. Aujourd’hui, Buisson déconstruit à la fois la méthode, la personne et l’idéologie de Nicolas Sarkozy.

Sarkozy apparaît un peu comme un responsable sans foi ni loi. Prêt à laisser les casseurs casser lors d’une manifestation de jeunes, quand il est ministre de l’Intérieur, pour mieux enfiler ensuite le costume de premier flic de France - c’est une accusation grave que porte Buisson. On prévient les photographes, on laisse des incidents éclater et ensuite on surgit devant les caméras pour montrer qu'on a rétabli l'ordre.

Sarkozy vu de l’intérieur, cela donne aussi des phrases cinglantes sur Jacques Chirac ("le plus détestable de tous les présidents de la Ve République, je n’ai jamais vu un type aussi corrompu"), sur François Fillon (quand l’ancien Premier ministre inaugure une mosquée, cela donne chez Sarkozy: "Pauvre type, tant qu’il y est, il n’a qu’à venir mercredi au conseil des ministres en babouches et avec un tapie de prières") et je pourrai continuer…

Est-ce qu’il faut croire ce qu’écrit Buisson, vu le contentieux qu’il a avec Nicolas Sarkozy depuis la fameuse affaire des enregistrements?

C’est évidemment une question majeure. Buisson souligne volontiers que si on l’accuse d’avoir tout enregistré, c’est donc que ce qu’il raconte est exact. Notez que jusqu’à présent, les sarkozystes ont accusé Buisson d’avoir trahi, pas d’avoir menti. Sur les enregistrements, le tribunal de grande instance de Paris, a condamné Buisson à 20.000 euros d’amende pour atteinte à la vie privée et pour avoir agi sans le consentement de Sarkozy - mais pas pour faux. Mais l’ancien président n’a jamais encaissé le chèque de l’amende, alors que Carla Bruni l’a encaissé. Dans le livre, Buisson ne dévoile rien qui puisse nourrir la chronique judiciaire, mais on ne peut pas exclure qu’il garde des munitions si les amis de Sarkozy l’attaquent trop violemment. Bref, on n’a pas fini d’entendre parler de ce livre.

 

Source

Commenter cet article

Archives

Articles récents