Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Bombardements d’écoles en Syrie:Ce qui est vrai, ce qui est faux dans nos médias

Publié par wikistrike.com sur 29 Octobre 2016, 07:46am

Catégories : #Politique internationale, #Culture - médias - Livres - expos - rencontres

Bombardements d’écoles en Syrie:Ce qui est vrai, ce qui est faux dans nos médias

La France et les Etats Unis, main dans la main, accusent en bloc la Russie et/ou Assad, peu importe, d’avoir bombardé, dans la région d’Idlib tenue par cette opposition modérément armée, une école causant la mort de 22 enfants et 6 enseignants. Jean-Marc Ayrault déclare:

« Qui est responsable ? En tout cas, ce n’est pas l’opposition [au régime syrien], car pour bombarder il faut des avions. Ce sont soit les Syriens, le régime de Bachar Al-Assad, soit les Russes »

Il suit ainsi la ligne américaine, ce qui n’est plus une surprise:

“We don’t know yet that it was the Assad regime or the Russians that carried out the airstrike, but we know it was one of the two,” White House spokesman Josh Earnest said. “Even if it was the Assad regime that carried it out, the Assad regime is only in a position to carry out those kind of attacks because they are supported by the Russian government.”

L’information est devenue virale, reprise par tous les grands médias, après déclaration d’UNICEF  qui n’a pas vérifié la source puisque cela venait des fameux casques blancs et une demande d’enquête internationale par Ban Ki-moon est proférée. Pour autant de grands doutes surgissent quant à l’existence même de cette attaque aérienne, comme le démontre le ministère de la défense russe. Son porte-parole, I. Konachenko déclare:

« Le 27 octobre, «un [drone] UAV a été envoyé dans la zone [d’Idlib] pour réaliser des photographies digitales détaillées»aucun signe de «dégâts sur le toit de l’école, ou de cratères de frappes aériennes autour» » n’a été constaté. « «Nous avons analysé les preuves photo et vidéo de l’attaque supposée. La vidéo publiée dans de nombreuses agences de média occidentales semble consister de plus de dix extraits différents, filmés à différents moments de la journée, et en des résolutions différentes qui ont été éditées en un seul clip»

 

Voici l’une des images publiées par le ministère de la défense russe:

 

58123e97c36188be4a8b4768
En ce qui concerne, la photo virale publiée par l’AFP:

 

«La photographie publiée par l’AFP montre qu’un seul mur de l’école est endommagé et que tous les bureaux dans la salle de classe sont en place. La cloison extérieure que l’on voit à travers le trou n’a pas de trace de dommage de fragments de bombes. Dans une véritable frappe aérienne, cela est physiquement impossible ; le mobilier aurait été balayé par l’explosion, et il y aurait eu des marques de dégâts sur les murs de la classe et la cloison extérieure.»


Omar Haj Kadour Source: AFP

Omar Haj Kadour Source: AFP

Mais il semblerait que les strucutures américaines et satellites n’aient pas particulièrement envie de chercher plus loin. Le but est simple: il faut créer un tribunal pénal international, c’est devenu une idée fixe. Et l’on retrouve toujours la même méthode de manipulation de masse. Il faut un gros scandale international imputé a priori soit à la Russie, soit à ses alliés, pour renverser la situation sur le terrain. Mais cette fois-ci, ça ne marche plus. La Russie reste combative.

La porte-parole du Ministère des affaires étrangères, M. Zakharova, a très bien résumé la technique employée:

Chaque conflit commence toujours avec en premier lieu le lancement d’une campagne d’information, ensuite interviennent les ONG, qui signent une pétition ou une autre, en laquelle croient les gens puisque ces organisations sont non-gouvernementales, ensuite ils préparent une décision qui doit être exécutée.

C’est le scénario utilisé contre la Lybie, il est repris et affiné par l’expérience contre la Syrie. Mais ici aussi, la réaction est plus forte. La Russie a envoyé à l’ONU tout un document retrançant les violations de ses obligations par les Etats Unis, ainsi que tous les sites civils qui furent touchés par la coalition, datés et documentés. Voici la traduction du résumé publié sur le site du ministère des affaires étrangères russes.

 

Lu ici

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents