Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Des textes hiéroglyphiques révèlent une innovation Maya en mathématiques et astronomie

Publié par wikistrike.com sur 26 Octobre 2016, 08:20am

Catégories : #archéologie - Histoire - Préhistoire - Patrimoine, #Les anciennes écritures

Préface du Tableau de Vénus du Codex de Dresde; le premier panneau à gauche et les trois premières pages du tableau.

Préface du Tableau de Vénus du Codex de Dresde; le premier panneau à gauche et les trois premières pages du tableau.

Pendant plus de 120 ans le Tableau de Vénus du Codex de Dresde, un ancien livre Maya contenant des données astronomiques, a suscité le plus grand intérêt parmi les érudits du monde entier.


La précision de ses observations, plus spécialement le calcul d'une sorte d'année bissextile dans le Calendrier Maya, est considéré comme une curiosité intéressante utilisée principalement en astrologie.

Mais Gerardo Aldana, de l'
Univesrité de Santa Barbara et professeur d'anthropologie du Département Chicana and Chicano studies, estime que le Tableau de Vénus a été mal compris et largement sous-estimé.

Dans un article, Aldana écrit que le tableau représente une remarquable innovation en mathématiques et astronomie réalisée par les mayas. "C'est pourquoi je l'appelle "découvrir une découverte"" rapporte-t-il, "car ce n'est pas juste leur découverte, ce sont aussi toutes nos œillères que nous avons construites et mises en place nous empêchant de voir que c'était leur propre découverte scientifique, faite par des mayas dans une cité maya".


 

Une approche multidisciplinaire


L'article d'Aldana, "Découvrir une découverte: Chich’en Itza, le Tableau de Vénus du Codex de Dresde et l'innovation astronomique Maya du 10ème siècle" paru dans The Journal of Astronomy in Culture, mêle l'étude des hiéroglyphes mayas (épigraphie), l'archéologie et l'astronomie pour présenter une nouvelle interprétation du Tableau de Vénus, qui suit les phases observables de la deuxième planète autour du Soleil.

Grâce à cette approche multidisciplinaire, une nouvelle lecture du tableau a permis de démontrer que la correction mathématique de leur "calendrier de Vénus", une innovation sophistiquée, avait probablement été développée dans la cité de Chich'en Itza au cours de la période Classique Terminale (800-1000 après JC).

 

De plus, les calculs auraient été faits sous le patronage de K’ak’ U Pakal K’awiil, l'un des personnages historiques les plus importants de la cité. "C'est la partie que j'ai trouvée la plus gratifiante: lorsque nous arrivons ici, nous cherchons le travail d'un individu et nous pouvons le qualifier de scientifique, d'astronome" dit Aldana, "cette personne, qui a été témoin d'un événement dans cette ville lors de cette période de temps très spécifique, a créé, à partir de sa propre créativité, cette innovation mathématique."

 

Le Tableau de Vénus et sa "subtilité mathématique"


Les scientifiques savaient depuis longtemps que la préface au Tableau de Vénus, page 24 du Codex de Dresde, contenait ce qu'Aldana appelle une "subtilité mathématique" dans le texte hiéroglyphique.

Ils savaient aussi à quoi elle servait: elle devait corriger le cycle irrégulier de Vénus qui est de 583.92 jours. "Cela veut donc dire que quoique vous fassiez sur un calendrier qui est basé sur des jours comme unité de basé, il y aura une erreur qui s'amplifiera" explique Aldana. C'est le même principe utilisé pour les années bissextiles du calendrier Grégorien. 

Les chercheurs ont compris le principe mathématique pour le saut du Tableau de Vénus dans les années 1930, mais, ajoute Aldana: "la question est, qu'est-ce que cela signifie ? Ont-ils découvert cela au 1er siècle avant JC ? Au 16ème siècle ? Quand l'ont-ils découvert et qu'est-ce que cela signifiait pour eux ? Et c'est là que je suis arrivé".

Résoudre le mystère a demandé à Aldana d'utiliser tout un ensemble de compétences. La première impliquée a été l'épigraphie, et cela a conduit à un important développement: en se penchant sur les hiéroglyphes du tableau, il en est venu à réaliser qu'un verbe clé, k'al, avait une signification différente de son interprétation traditionnelle. Utilisé dans le tableau, k'al signifie "entourer/encercler" et, selon la lecture d'Aldana, cela a un objectif historique et cosmologique. 

Repenser les hypothèses


Cette percée l'a conduit à remettre en question les hypothèses sur ce que le scribe maya qui a écrit le texte à cherché à faire dans le tableau. Les archéologues et d'autres scientifiques ont vu que ses observations sur Vénus étaient exactes, mais ils estimaient que c'était basé sur la numérologie.

"Les mayas savaient que c'était faux, mais la numérologie était plus importante. Et c'est ce que disent les scientifiques depuis 70 ans" ajoute Aldana. "Aussi, ce que je dis, c'est de revenir en arrière et de faire une hypothèse différente. Supposons qu'ils avaient des données historiques et qu'ils gardaient une trace de ces données historiques et des évènements astronomiques afin de les consulter dans le futur; C'est ce qu'ont fait d'ailleurs précisément les grecs et les égyptiens entre autre. C'est ce que les mayas ont fait. Ils ont conservé ces données sur une longue période de temps et ont ainsi découvert des "cycles". L'histoire de l'astronomie occidentale est basée entièrement sur cette prémisse".

Pour tester cette nouvelle hypothèse, Aldana est retourné sur un autre site archéologique, Copán au Honduras. L'ancienne cité-état a ses propres données sur Vénus qui correspondent, en tant que données historiques, aux observations faites dans le Codex de Dresde. "Maintenant, prenons-les comme des données historiques plutôt que numérologiques" ajoute-t-il, "et lorsque l'on fait cela, qu'on le perçoit en tant que données historiques, cela change l'interprétation".


 

Rassembler les morceaux


La pièce final du puzzle était ce qu'Aldana, qui a été diplômé en génie mécanique, appelle "le mécanisme" ou comment les pièces s'assemblent.

Les scientifiques savaient que les mayas avaient fait des observations précises de Vénus, et Aldana a pu voir que c'était des données historiques et non numérologiques. La question était, pourquoi ?

On peut trouver un indice 500 ans plus tard, avec Nicolas Copernic. Le grand astronome polonais était tombé sur l'univers héliocentrique en essayant de calculer les prédictions pour les dates futures de Pâques, un exploit difficile qui exigeait de bons modèles mathématiques.

C'est ce qu'a vu Aldana dans le Tableau de Vénus"Ils ont utilisé Vénus non pas juste pour savoir quand elle allait apparaitre, mais ils l'ont utilisé pour leur cycles rituels. Ils avaient des activités rituelles lorsque toute la cité se rassemblait lors de certains événements basés sur l'observation de Vénus. Et cela devait avoir un certain degré de précision. Lorsque l'on change cette perspective en "pourquoi mettre ces cycles ensemble ?" on obtient la troisième composante".


En rassemblant ces morceaux, Aldana s'est aperçu qu'il y avait une période unique de temps, lors de l'occupation de Chichen'Itza, où un ancien astronome du temple utilisé pour les observations de Vénus a vu les progressions de la planète et découvert un moyen viable pour corriger le calendrier et dater leurs événements rituels.


 

Une réalisation maya.



En interprétant ces travaux, Aladana explique que cela met le Tableau de Vénus dans un contexte culturel. C'était une réalisation de la science maya, et non une bizarrerie numérologique. "Nous pourrions ne jamais savoir exactement qui a fait cette découverte", note-t-il, "mais il faut redéfinir ceci comme un travail scientifique historique et cela revient aux mayas. Je n'ai pas de nom pour cette personne, mais j'ai un nom pour la personne qui fut probablement l'une des figures d'autorité de l'époque. C'est un peu comme si on savait qui était le pape, mais que l'on ne connaissait pas le nom de Copernic."  


Source:

Source France DA

Commenter cet article

Archives

Articles récents