Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Première mondiale : manipulation génétique d'ADN humain chez un embryon en bonne santé

Publié par wikistrike.com sur 4 Octobre 2016, 09:11am

Catégories : #Science - technologie - web - recherche

Première mondiale : manipulation génétique d'ADN humain chez un embryon en bonne santé

Qu'il s'agisse de créer des cultures génétiquement modifiées ou de fabriquer des animaux résistants aux maladies, le fait de modifier les gènes a toujours été sévèrement critiqué. L'une des peurs réside dans le fait que la modification d'ADN humain sur un individu au stade embryonnaire pourrait engendrer une maladie génétique fatale qui se perpétuerait sur plusieurs générations. 

Malgré cela, un chercheur tente la manipulation génétique la plus controversée au monde. C'est le biologiste du développement, Fredrik Lanner, qui effectuera le tout premier test de 
manipulation génétique sur un embryon humain en bonne santé

Lanner, qui travaille à l'Institut Karolinska à Stokholm, procède à des manipulations génétiques sur des embryons humains pour observer comment ils interviennent dans la régulation des touts premiers stades du développement embryonnaire. Il se concentre plus précisément sur les gènes essentiels au développement embryonnaire normal afin d'en apprendre plus sur l'infertilité, les fausses couches, les cellules souches et comment traiter les conditions « débilitantes ». 

 

« Si nous parvenons à comprendre comment ces cellules primitives sont régulées dans un véritable embryon, ces connaissances nous aideront dans le futur à traiter des patients atteints de diabète, ou de Parkinson, ou différents types de cécité et d'autres maladies », a déclaré Lanner à NPR.
Il utilise la célèbre méthode d'édition CRISPR-Cas9. L'outil fait intervenir deux molécules qui se concentrent sur les gènes d'un individu pour procéder à des modifications ultra-précises de son ADN.

« [Sans CRISPR], nous ne pouvions absolument pas faire de telles choses sur des embryons humains », a affirmé Lanner. « La technologie n'était tout simplement pas assez efficace pour essayer d'observer le fonctionnement d'un gène précis pendant le développement embryonnaire ».

Lanner mène également des recherches plus fondamentales sur les moyens de procéder à des modifications génétiques sachant que les débats d'éthique ont empêché de nombreuses études d'être menées dans ce domaine. En 2015, un article chinois détaillant le premier test de modification génétique - sans utiliser d'embryons humains en bonne santé - a déclenché un violent débat à l'échelle internationale. Un consensus global a depuis interdit l'édition d'embryons humains pouvant se développer dans le cadre d'une grossesse. 

Mais les travaux de Lanner s'apparentent à de la recherche fondamentale, et sont de ce fait autorisés. Ce type de recherche pourrait permettre la mise en place de garde-fous et de limites qui devraient être imposés dans le cadre de la manipulation générique d'embryons humains. Et Lanner de calmer les peurs concernant ses recherches menant à de dangereuses mutations humaines, en précisant que les embryons ne seraient observés que lors des sept premiers jours de leur développement. Enfin, ils ne seraient pas capables de se développer après 14 jours. 

Il a affirmé n'avoir aucune intention de créer un monde de bébés sur mesure - des enfants génétiquement modifiés, que beaucoup s'autorisent à penser, pourraient constituer une société centrée sur la supériorité biologique. « Ce n'est pas une technologie qu'il faut prendre à la légère » rassure Lanner. « Par conséquent, et il va sans dire, que je me m'oppose sérieusement contre toute idée qu'on devrait utiliser cette méthode pour faire des bébés sur mesure ou à des fins esthétiques ».

 

Traduction : Virginie Bouetel 

Source

Commenter cet article

Archives

Articles récents