Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Des scientifiques guérissent le cancer mais personne ne prête attention

Publié par wikistrike.com sur 14 Novembre 2016, 08:31am

Catégories : #Santé - psychologie, #Science - technologie - web - recherche

Des scientifiques guérissent le cancer mais personne ne prête attention

RETOUR SUR INFO - Chez l'homme, le dichloroacétate de sodium (DCA) permet de lutter efficacement contre les cancers, sans léser les cellules saines. 

Les chercheurs médicaux de l'Université de l'Alberta ont prouvé en 2010 que le 
dichloroacétate de sodium ((DCA) une molécule non brevetable) permet de traiter un des cancers des plus meurtriers de tous les cancers chez l'homme: une forme de cancer du cerveau appelée glioblastome. L'article a été publié à la revue Science translational medicine, une revue de l'Association américaine de l'avancement de la science (1). 

En 2007, une équipe de l'Université d'Alberta, dirigée par le Dr ED Michelakis, publie des données qui démontrent que le DCA renverse la croissance des cellules cancéreuses aussi bien chez les animaux de laboratoire que in vitro dans des tubes à essais (2). L'équipe montre ensuite que les effets anti-cancer du DCA s'exercent en modifiant le 
métabolismed'oxydation des sucres des cellules cancéreuses, ce qui active les mécanismes de suicide de celles-ci. En effet, les tumeurs solides développent une résistance à la mort cellulaire, à cause d'un arrêt de la phosphorylation oxydative mitochondriale pour la glycolysecytoplasmique. Ce changement métabolique est accompagné d'une hyperpolarisation de la membrane interne des mitochondries. Or le DCA rétablit la phosphorylation oxydative dans ces cellules tumorales, augmentant ainsi la concentration des radicaux libres, et induit leur apoptose (c'est à dire leur suicide cellulaire). Cela est d'autant plus intéressant que le DCA est inoffensif pour les cellules saines. Depuis lors, plusieurs groupes indépendants à travers le monde ont confirmé les conclusions de l'équipe de l'Alberta. 

Ensuite l'équipe du Dr Michelakis se propose de montrer que le DCA fonctionne chez de réels patients de la même façon que sur des modèles animaux ou dans des éprouvettes. De plus, les chercheurs voulaient être certains que l'usage du DCA était sécuritaire et efficace chez des patients très malades atteints d'un cancer du cerveau. 

En extrayant les 
glioblastomes de 49 patients sur une période de 2 ans et en les étudiant dans les minutes suivant leur exérèse, l'équipe a montré que les tumeurs modifient bien leur métabolisme d'oxydation du glucose en présence du DCA. Puis, l'équipe a traité 5 patients atteints d'un glioblastome en phase terminale et examiné le comportement de ce cancer avant et après la thérapie de DCA. En comparant les deux, l'équipe a montré que le DCA travaille sur ces tumeurs exactement comme cela avait été observé lors des expériences en tubes à essais. Ceci est très important parce que souvent les résultats sur des modèles animaux testés en laboratoire ne sont pas en accord avec les résultats obtenus chez les patients. En outre, l'équipe a montré que le DCA a des effets anticancéreux même sur les cellules souches du cancer du glioblastome, des cellules considérées comme responsables des récidives de cancer. 

Chez ces 5 patients testés, le DCA a pris 3 mois pour atteindre des niveaux sanguins suffisamment élevés pour modifier le métabolisme de la tumeur. Au départ du traitement, les patients recevaient, durant un mois, 12,5 mg de DCA par kg de poids corporel à raison de deux prises par jour (matin et soir); ensuite cette dose a été doublée à 25 mg de DCA par kg de poids corporel, deux fois par jour. À ces niveaux, il n'y avait pas d'effets négatifs significatifs; aucune toxicité hématologique, hépatique, rénale ou cardiaque durant les 15 mois de traitement. Cependant, lorsque les doses étaient plus élevées, le DCA pouvait provoquer un dysfonctionnement du nerf périphérique, c'est-à-dire des engourdissements des orteils et des doigts, en de telles circonstances les doses étaient progressivement diminuées à 12,5 mg puis à 6,25 mg/kg. La neuropathie périphérique du DCA est dépendante de sa dose et est réversible. Le plus important chez certains patients, c'est qu'il y avait également des preuves de bénéfices cliniques; soit il y avait une régression de la taille des tumeurs (3 des 5 patients) soit au moins un arrêt de toute croissance supplémentaire durant l'étude de 18 mois. Cette thérapie au DCA active également l'
anti-oncogène p53 et inhibe l'angiogenèse, aussi bien in-vitro qu'in-vivo. 

À ce stade-ci, aucune conclusion ne peut être faite quant à savoir si le DCA est sûr et efficace chez les patients atteints de cette forme de cancer du cerveau, en raison du nombre très limité de patients testés. Les chercheurs soulignent que l'utilisation du DCA par les patients ou les médecins sans surveillance clinique étroite par des équipes médicales expérimentées dans un cadre d'essais de recherche, est non seulement inapproprié, mais peut aussi être dangereux. Les résultats sont encourageants et confirment la nécessité pour de plus grands essais cliniques avec DCA. Cette recherche est également originale puisqu'elle soutient l'idée émergente que la modification du métabolisme des tumeurs peut provoquer leur mort. C'est une nouvelle direction dans le traitement du cancer. 

L'équipe de recherche espère obtenir des fonds supplémentaires pour poursuivre les essais en cours avec DCA à l'Université de l'Alberta. D'autres études sont prévues qui prévoient des recherches sur un plus grand nombre de patients atteints d'un cancer, et l'examen de la combinaison du DCA avec les chimiothérapies standard. 

Une remarque importante à faire concernant cette recherche, c'est qu'elle a été financée en grande partie par des dons publics, y compris les fondations philanthropiques et des particuliers. 

Références: 

1) Michelakis ED, Sutendra G, Dromparis P, Webster L, Haromy A, Niven E, Maguire C, Gammer TL, Mackey JR, Fulton D, Abdulkarim B, McMurtry MS, Petruk KC. 
Metabolic modulation of glioblastoma with dichloroacetate. Sci Transl Med. 2010 May 12;2(31):31ra34.

2) Bonnet S, Archer SL, Allalunis-Turner J, Haromy A, Beaulieu C, Thompson R, Lee CT, Lopaschuk GD, Puttagunta L, Bonnet S, Harry G,Hashimoto K, Porter CJ, Andrade MA, Thebaud B, Michelakis ED. 
A mitochondria-K+ channel axis is suppressed in cancer and its normalization promotesapoptosis and inhibits cancer growth. Cancer Cell. 2007 Jan;11(1):37-51.

 

 

Lu ici

Commenter cet article

Archives

Articles récents