raduction : SOTT 

Une étude récente a révélé que la faille de San Andreas en Californie pourrait effectivement se rompre sur toute sa longueur de 1 290 kilomètres.
 On pensait auparavant que « The Big One » ne pouvait se produire que dans des segments confinés, et cette nouvelle information est maintenant utilisée par les assureurs pour faire des prédictions inquiétantes. 

Pendant des années, le consensus scientifique était qu'un tremblement de terre affectant tout un état ne pourrait pas se produire en Californie. Mais 
une étude menée en 2014 par des chercheurs fédéraux, d'états ou universitaires a déterminé qu'un tremblement de terre qui commencerait à l'une ou l'autre extrémité de la faille pourrait creuser la ligne sur des centaines de kilomètres. 

Morgan Page, un géophysicien de recherche de l'USGS qui a participé à l'étude de 2014, déclare au Wall Street Journal « Les scientifiques n'étaient pas vraiment sûrs qu'une rupture dans la section rampante de la faille de San Andreas soit possible. C'est possible ». 

Cela signifie que les assureurs doivent déterminer leurs paiements potentiels dans le cas où le pire scénario se réalise. CoreLogic Inc. est une firme d'analystes immobiliers à Irvine, en Californie, qui a maintenant examiné en détail les chiffres. Il est sûr de dire que les primes pourraient augmenter. Le Wall Street Journal résume certaines des constatations de CoreLogic :
Environ 3,5 millions de foyers pourraient être endommagés dans un séisme de magnitude 8,3 le long d'une portion de 800 kilomètres environ de la faille - comparativement à 1,6 million de maisons endommagées si la seule partie nord de la faille devait casser, et à 2,3 millions si la partie sud se rompt. 

Les dégâts causés aux seules maisons pourraient totaliser 289 milliards de dollars, comparativement à une fourchette précédente de 137 milliards de dollars sur la partie sud de la faille et de 161 milliards de dollars dans le nord, selon l'analyse de CoreLogic.
Un des meilleurs points de référence pour un tremblement de terre de cette taille est le tremblement de terre de 9,0 qui a frappé Tohoku, au Japon en 2011. On croit qu'un 8,0 ou plus est susceptible de frapper la Californie tous les 2 500 ans. Maiclaire Bolton, sismologue et chef de produit senior chez CoreLogic, a souligné : « Nous parlons ici de très rares séismes ». 

Source: Wall Street Journal