Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Pizza gate: Examinez les preuves par vous-même

Publié par wikistrike.com sur 25 Janvier 2017, 08:22am

Catégories : #Politique internationale

Pizza gate: Examinez les preuves par vous-même

Lire aussi l'enquête dans sa version anglaise

 

De nos jours, le média lui-même est devenu un sujet brûlant. Du temps où les enquêteurs des sites Internet Reddit et 4chan ont commencé à creuser dans les courriels fuités de Podesta, le directeur de campagne de Hillary Clinton, ils ont trouvé quelque chose d'un peu bizarre. Des références étranges aux pizzas, au ping-pong, et un petit endroit dans le nord-ouest du District de Columbia où se trouve Washington, appelé « Comet Ping Pong ». Les enquêteurs ont alors commencé à naviguer sur le profil Instagram de James Alefantis, le propriétaire du « Comet Ping Pong » et ont trouvé des images plutôt inquiétantes avec des commentaires qui semblaient suggérer une connexion à la pédophilie. 

Peu de temps après, le Washington Post a publié une énorme histoire avec le titre : « 
L'effort de propagande russe a contribué à diffuser de "fausses nouvelles" lors des élections, d'après les experts » et alors, immédiatement, tout ce dont l'ordre établi ne voulait pas discuter est devenu des fausses nouvelles. Le timing est à noter : ce n'est qu'après que le PizzaGate ait gagné en popularité sur Internet, faisant un lien entre les hauts fonctionnaires démocrates et la pédophilie à cause de leurs propres mots et des images qu'ils ont utilisés, que les médias ont commencé à crier aux fausses nouvelles. 

Par une ironie de l'histoire, les grands médias eux-mêmes sont devenus les plus grands fournisseurs de nouvelles factuellement inexactes (la Russie a piraté les élections, la Russie a piraté le réseau électrique du Vermont et la Russie a du matériel de chantage sur Trump parmi quelques exemples) et dans un renversement de situation, les gens à travers le monde ont commencé à utiliser ce terme pour des médias comme le New York Times, le Washington Post et CNN - alors qu'il s'agit du super canal de diffusion, entériné par des décennies d'histoire, qui les nouvelles aux Américains. 

De toute évidence, ils n'ont pas vu cela venir. Le Washington Post a alors décidé qu'il était temps de 
« retirer » le terme « fausses nouvelles », parce que diable, si l'arme que vous avez inventée se retourne contre vous, vous devriez essayer de vous en débarrasser, et vite ! Mais cela ne semble pas non plus avoir fonctionné. Une fois que la boîte de Pandore est ouverte, il n'y a aucun moyen de revenir en arrière 

Cela m'amène à la dernière analyse du Pizzagate. Le journaliste Ben Swann, connu pour ses émissions intitulées « Vérification de la Réalité » diffusées à la télé et sur Internet, a produit un reportage dans lequel il a examiné les preuves sur ce sujet et en a discuté aussi ouvertement qu'il le pouvait à la télévision. J'intègre la vidéo ici, sous-titrée en français, au cas où vous ne l'auriez pas encore vu : 

 

 

Ben Swann présentant son reportage 
 

La réaction des médias « libéraux » a été de devenir complètement fou. Nous allons commencer par le Washington Post, car leur réputation de propagande parrainée par la CIA est bien établie. L'article d'Erik Wemple, qui pose la bonne question « Pourquoi aucune enquête policière sur les allégations du Pizzagate ? » possède un titre apparemment inoffensif, mais quand nous entrons dans le vif du sujet, nous trouvons de jolies distorsions. Dans les trois premiers paragraphes, il compare le journaliste Ben Swann à Edgar Welch, un homme qui est allé lui même voir à la Comet Pizza s'il y avait des enfants enfermés dans le sous-sol. Il était armé, a été arrêté et a été ensuite utilisé par les médias pour démontrer « à quel point ces gens dénonçant le pizzagate sont fous ». 

Poursuivons, Erik Wemple examine l'analyse de Swann, et tente d'attaquer chaque bribe avec une vigueur telle que l'on pourrait croire qu'il y a eu une offense personnelle. L'article entier transpire le « Comment OSE-t-il !? » avec son utilisation trop fréquente des points d'exclamation et la suggestion qu'il y a une « transmission de sous-entendus ». 
Il reconnaît qu'il y a des liens entre les suspects du PizzaGate et Dennis Hastert - un pédophile condamné - mais il tourne rapidement la page en disant : « nous n'entrerons pas dans ces détails ici. » Bien sûr, si vous écrivez un article ad hominem tape-à-l'œil pour enterrer une histoire, vous ne voulez pas entrer dans les détails qui pourraient vous faire ressembler à un pédo-apologiste. 

Vient ensuite le Daily Beast, et, oh mon dieu, ils y sont allés à fond : leur article de Ben Collins intitulé «
 Rencontrez Ben Swann, le républicain débunker du Pizzagate présentateur des informations de nuit d'Atlanta sur CBS » suintant l'indignation bien-pensante et la tentative de salir Swann en creusant dans son histoire. Le point principal de Collins est que Ben Swann avait travaillé pour la chaîne RT et que donc, il n'est pas de confiance ! Et surtout, il est ami avec les républicains (argh !).

Dans sa dernière apparition à la chaîne d'état « Russia Today en 2015, il a déclaré qu'« aucune preuve crédible ne semble exister » que la Russie ait abattu le vol Malaysia Airlines N°17, simplement que cela "colle avec la narration que l'administration américaine espérait." Sur sa propre chaîne YouTube, il a dit qu'il avait "des problèmes majeurs avec la théorie que" la fusillade d'Aurora dans une salle de cinéma et les coups de feu de l'école élémentaire Sandy Hook fussent conduits par des « individus seuls ».
 
© Elizabeth Brockway/The Daily Beast
Plus d'attaques ad hominem, cette fois c'est « UN THÉORICIEN DU COMPLOT »

En fait il n'importe pas que toutes les opinions de Ben Swann sur ces sujets soient assez raisonnables et fondées sur les preuves disponibles. (Dans la citation ci-dessus, j'ai ajouté des liens vers des sources fiables pour le lecteur intéressé). 

Le reste de l'article du Daily Beast est composé de plusieurs paragraphes qui relient Ben Swann aux républicains, comme si l'association lui faisait du tort. 

Un autre article tape-à-l'œil a été écrit par Bryan Menegus à Gizmodo, qui sort en balançant le titre "
L'imbécile de CBS vient de raviver les flammes du Pizzagate sans raison valable". Bryan Menegus a opté pour l'approche russo-bashing, en affirmant que « la Russie s'est jouée de nous » et que « l'Amérique de Trump sera vouée à la malédiction » et à nouveau relie Ben Swann à Edgar Welch, insinuant que les reportages de Swann sont à blâmer pour les actions d'autres personnes. 

L'article de Menegus est plein de sarcasmes où il répond à ses propres questions comme s'il était une autorité sur la question, tout en ignorant commodément les faits qui ont engendré l'histoire du pizzagate. Le seul fait qui soit effectivement discuté dans l'un de ces articles tape-à-l'œil est le fait que Besta Pizza, une autre pizzeria proche de la Comet Ping Pong, avait utilisé un symbole connu pour signifier « amour de garçon » dans le logo officiel de l'entreprise. Bien sûr, dans l'article cela est rejeté comme une pure coïncidence, mais regardez les symboles : 


Besta Pizza à changé son logo récemment.

Est-ce que vous devinez pourquoi ?

Non seulement le symbole était-il presque identique, mais l'agent légal enregistré pour Besta Pizza, Andrew Kline, était un procureur spécial impliqué dans les enquêtes et la formation d'autres personnes sur la façon d'enquêter sur la traite des êtres humains. Avec de tels pouvoirs, c'est une coïncidence assez grande .

Conseiller spécial en matière de litige, Andrew Kline, membre nommé par M. Clinton avec une maîtrise en droit de la « Havard's Kennedy School of Government » était l'un des quatre avocats de l'Unité des poursuites pour la traite des êtres humains du ministère de la Justice. Il est revenu au personnage à cheveux bouclés, et à lunettes, Kline, (maintenant conseiller principal au bureau exécutif du président Obama), et à un autre de ses collègues, de fournir aux avocats des États-Unis une formation sur la poursuite des affaires de traite.

Soyons francs, un réseau de trafic humain « de haut niveau » spécialisé dans les esclaves sexuels enfants, placerait ses membres en position d'autorité afin d'arrêter ou de contrôler toute enquête. Évidemment, ils ne géreraient pas un réseau de prostitution dans un lieu public comme la Comète Ping Pong. En supposant que ces gens aient de bons contacts (et ils semblent les avoir), ils auraient des gens également dans les médias pour s'occuper du contrôle des dommages. Flute, avec tous ces « retardés de libéraux » piaffant d'impatience pour intervenir et régurgiter la ligne du parti, il ne devrait même pas y avoir beaucoup de travail à faire. Mais je divague. 

Alors, que diriez-vous que nous jetions un coup d'œil par nous même à certaines de ces preuves du pizzagate ? Je suis un grand fan de laisser le lecteur décider par lui-même contrairement à des gens comme Bryan Menegus, Ben Collins, et Erik Wemple qui préfèrent dire à tout le monde ce qu'il faut penser. 

Pour commencer, le rédacteur en chef de Sott, Harrison Koehli, a jeté un coup d'œil au PizzaGate quand l'histoire a éclaté et a conclu - tout comme Benn Swann - que nous n'avons pas l'arme du crime. Son article « 
Valeurs libérales progressives : le goût effrayant de Tony Podesta - qui est le frère du directeur de campagne de Hillary Clinton - dans l'art, les gens effrayants qu'il traîne avec, et le Pizzagate » contient beaucoup de photos intéressantes qui montrent clairement que les Podestas ont un goût un peu épouvantable dans le domaine de l'art, pour ne pas dire plus. On semble être dans un hommage à Jeffrey Dahmer (probablement involontaire de la part de l'artiste, Louise Bourgeois). 


A gauche, Tony Podesta avec son 'art' / A droite - Photo d'une des victimes de Jeffrey Dahmer

Alors que la pose n'est pas exactement la même, on ne peut toutefois pas s'empêcher de remarquer la similitude. En outre, le regard d'une joie relative sur le visage de Tony Podesta alors qu'il pose avec cette œuvre en dit long, à moi tout du moins. Il possède également des images du peintre serbe Biljana Djurdjevic, qui semble s'intéresser à peindre des enfants légèrement vêtues avec des visages qui suggèrent qu'ils ont souffert d'horreurs et d'abus. 

Voici un exemple, j'hésite à poster 
plus : 

 

Ensuite, regardez les images Instagram d'Alefantis dont tout le monde à fait un tel raffut. Depuis que l'histoire a éclaté, Alefantis a rendu son Instagram privé, mais pas avant que beaucoup d'images aient pu été enregistrées par les internautes et archivées sur tout le web. Je vais en présenter quelques-unes ici. 
 

L'image ci-dessus montre à quel point « l'enquête » sur le PizzaGate est troublante. Le T-shirt de l'homme dit « J'aime L'Enfant », ce qui est presque trop beau pour être vrai pour quiconque voit des pédophiles autour de chaque coin de rue. Mais ils ignorent le fait que L'Enfant est le nom du Café où la photo ci-dessus a été prise. Là où certains voient une publicité de base, d'autres voient des insinuations irréfutables, comme ceux qui soulignent, haletant, que la prononciation avec l'accent américain de « J'aime l'enfant » se rapproche de la prononciation du nom « James Alefantis » ignorant le fait que c'est son véritable nom. 
 

Les images ci-dessus semblent inoffensives, mais d'autres y voient une atmosphère étrange comme Ben Swann l'exprime dans son reportage. Regardez ce dernier et lisez les commentaires. 

Une chose que Ben Swann n'a pas évoquée était le fait que 
l'avatar d'instagram d'Alefantis est une référence à la pédérastie. Interprète cela comme vous voulez. 


A halloween 'performance' at Comet

Quand on considère certains des groupes d'artistes qui se produisent régulièrement à la Comet pizza et la sexualité débridée qu'ils utilisent dans leur musique et qu'ils s'expriment en ligne sur leurs réseaux sociaux, cela soulève la question de savoir si ces personnes devraient ou non partager le lieu avec des enfants. 

Dans son rapport, Ben Swann a également mentionné 'Heavy Breathing' et 'Sex Stains' comme deux groupes qui jouent à la Comet pizza. 

Dans ce clip de la bande 'Heavy Breathing', nous voyons beaucoup d'images bizarres et de la bêtise en général, mais le mot pédophile apparaît pendant l'interaction de deux personnages, où l'on demande à l'autre s'il s'agit d'un pédophile. OK, ce n'est pas grave, non ? 

 


Un autre détective du net a trouvé cette vidéo où 'Heavy Breathing' est en train de jouer (que ce soit à la Comet pizza ou ailleurs n'est pas déterminé). Mais ici, l'interprète Majestic Ape, blague sur la pédophilie après que quelqu'un au hasard dans le public intervient sur le fait que Jared Fogle aime les petits garçons. « Nous avons tous nos préférences », déclare-t-elle. 
 


Le narrateur mentionne alors que les pédophiles ont parfois défendu leur comportement comme s'il s'agissait d'une préférence sexuelle légitime. En fait, il existe des organisations partout dans le monde qui font exactement cela. 

L'autre groupe mentionné par Ben Swann était 'Sex Stains', et voici la vidéo qu'il a référencée dans son reportage : 

 


Certes, j'ai eu du mal à la regarder dans son intégralité, mais encore une fois, nous voyons le symbole de la spirale, du triangle et des adultes habillés et qui se comportent comme des enfants. Le groupe a mis en place une clause de non-responsabilité sur la vidéo qui indique en partie :

Il n'y avait absolument aucune CONSPIRATION à utiliser délibérément des symboles offensifs ou à se payer de la la tête des gens. Il y avait un intérêt ZERO dans tout ce qui concerne les enfants. Personne dans la bande n'avait aucune connaissance du symbolisme horrible du triangle / spirale. Nous sommes choqués et dégoûtés par la théorie que nous soyons en quelque sorte reliés aux réseaux de pédophiles ou aux cultes sataniques, et aussi par les commentaires haineux et les accusations que nous avons reçus. NOUS NE SOMMES PAS des pédophiles et ne le soutenons pas ou ne les promouvons pas. POINT. Encore une fois, nous ne sommes qu'un groupe punk rock.

Joshua Ryan Vogelsong était un DJ et un barman à la Comet Pizza, et son compte Instagram est plein d'images sexuellementexplicites basées sur des pizzas. Encore une fois, il travaille dans un endroit qui est considéré comme familial et pourtant il utilise cette association pour promouvoir des images extrêmement basiques et graphiques. 

Je ne prétends pas que toutes ces personnes sont des pédophiles, et je ne prétends pas non plus que la Comet Pizza est une halte pédophile. Ce que je veux faire, c'est démontrer que les gens ont le droit de poser des questions, surtout quand il s'agit de la sécurité des enfants. Nous avons le droit d'être informés. Il y a beaucoup de fumée ici, et généralement là où il y a de la fumée, il y a du feu. C'est pourquoi j'applaudis Ben Swann pour avoir soulevé la question et posé ces questions. A ce stade, je pense que nous pouvons appeler à ignorer les sycophantes dans les médias néolibéraux. Leur seul travail est d'agir comme un portier pour les « intérêts spéciaux » et malheur à tous ceux qui osent contester leur monopole sur la vérité. 

Cela semble être le gros problème ici. Les médias de l'establishment refusent absolument de nous laisser penser par nous-mêmes. Ils insistent pour contrôler le récit sur pratiquement tout et sont probablement payés par la CIA pour le faire. Zut alors, dès 1975, les représentants de l'agence 
ont admis lors d'une audience publique par le Comité de renseignement de la Chambre, que l'agence utilise activement la désinformation contre le public. 

Il y a un peu plus d'un mois, Obama a signé la Loi pour « lutter contre la désinformation et la propagande » qui permet aux contribuables de dépenser de l'argent pour générer plus de propagande néolibérale afin de combattre les gens qui cherchent la vérité par l'intermédiaire de médias alternatifs. C'est l'argent des États-Unis dépensé pour générer de la propagande parce que l'Etat Profond psychopathique actuellement eà l'oeuvre dans le pays derrière le rideau, a peur des points de diffusion indépendants qui analyse les événements comme le PizzaGate et exposent à quel point ces gens sont malades et tordus. 

Les gens connaissent et apprécient le travail de Ben Swann. Si vous allez sur sa 
vidéo YouTube et parcourez les commentaires, il semble que les gens s'expriment et exigent une enquête plus approfondie.


 

Source

Commenter cet article

Archives

Articles récents