Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

450 baleines s'échouent en Nouvelle-Zélande. Fort séisme imminent ?

Publié par wikistrike.com sur 10 Février 2017, 09:16am

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie, #Terre et climat

Une telle hécatombe survient en général à la veille d'un méga séisme. Ces animaux marins sont en effet bien plus réceptifs aux ondes souterraines. Désorientées par un champ hors du commun, elles s"égarent, puis, en général, s'échouent.  Une telle hécatombe  annonce généralement un tremblement de terre de magnitude 8, pas forcément là où les animaux se sont échoués, mais tout autour de la plaque.

Une telle hécatombe survient en général à la veille d'un méga séisme. Ces animaux marins sont en effet bien plus réceptifs aux ondes souterraines. Désorientées par un champ hors du commun, elles s"égarent, puis, en général, s'échouent. Une telle hécatombe annonce généralement un tremblement de terre de magnitude 8, pas forcément là où les animaux se sont échoués, mais tout autour de la plaque.

Plus de 400 baleines-pilotes se sont échouées sur une plage de Nouvelle-Zélande dans ce qui est considéré par le service de protection de l'environnement comme le plus grand échouage collectif de baleines enregistré dans le pays.

Quelque 416 baleines-pilotes, appelées également globicéphales, se sont échouées durant la nuit de jeudi à vendredi sur la plage de Farewell Spit dans la région de Golden Bay, dans l'extrême nord de l'île du Sud, l'une des deux principales îles qui forment la Nouvelle-Zélande.

70% sont mortes
Soixante-dix pour cent d'entre elles sont mortes et des tentatives désespérées sont menées pour tenter de ramener vers le large les survivantes. Mais les chances de succès semblent minces.

"Vu le nombre de baleines qui sont déjà mortes, on peut présumer que celles qui sont encore en vie sont en très mauvais état de santé", a estimé Andrew Lamason, porte-parole du service de la protection de l'environnement, auprès de Radio New Zeland.

La plage de Farewell Spit est régulièrement le théâtre d'échouages de globicéphales. Neuf au moins se sont produits au cours des dix dernières années, a rappelé M. Lamason, soulignant que celui de vendredi était de loin le plus massif.

Pas d'explication scientifique
Selon lui, si il n'existe pas d'explication scientifique certaine de ce comportement, la géographie sous-marine du lieu serait en cause. "Au large de Farewell Spit, il y a une grande quantité de sable en forme de crochet et les eaux sont peu profondes. Une fois que les baleines sont entrées dedans il est très difficile pour elles d'en ressortir", a-t-il estimé.

Les baleines-pilotes, qui peuvent mesurer jusqu'à six mètres de long, sont l'espèce de baleines la plus répandue dans les eaux néo-zélandaises.

© reuters.

© reut

Lu ici

Archives

Articles récents