Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Dividendes: Les actionnaires français rois de l'Europe

Publié par wikistrike.com sur 22 Février 2017, 10:49am

Catégories : #Economie

Dividendes: Les actionnaires français rois de l'Europe

Selon l'étude d'un gestionnaire de fonds anglais, la France est championne d'Europe des dividendes versés aux actionnaires en 2016. Que recouvre cette étude? Qu'en déduire sur la captation des bénéfices?

 

a nouvelle ne vous a sans doute pas échappé. Elle a fait les gros titres de plusieurs journaux, alimenté de nombreux commentaires sur les réseaux sociaux. Je prends les paris qu'elle sera aussi reprise pendant la campagne électorale par les candidates ou candidats désireux de prouver que les entreprises françaises ont de quoi payer plus d'impot puisqu'elles sont si généreuses avec leurs actionnaires. Autant savoir plus précisément de quoi on parle.

Premiere chose. Cette étude est publiée par une société de gestion internationale fondée en 1934 à Londres, en pleine débacle financière. Comme des milliers d'autres gestionnaires d'actifs, Henderson global investors, c'est son nom, conseille et place les avoirs financiers de riches particuliers ou institutions privés. Deux fois par an, elle publie un index, nommé le Henderson Global Dividend Index (HGDI pour les intimes) qui mesure l'évolution des dividendes dans le monde.

Le mot important, là dedans c'est Index. Cela veut dire qu'il ne faut pas prendre cette étude comme une transcription de la réalité. Contrairement à l'Insee ou la direction du Trésor qui disposent des données sur l'ensemble des entreprises françaises, côtées et non côtées, (car on distribue aussi des dividendes dans les entreprises qui ne sont pas côtées), l'étude d'Henderson se base sur un échantillon d'entreprises, échantillon qui n'est pas représentatif. On ne peut donc pas déduire des résultats de cette étude, l'attitude de l'ensemble des entreprises françaises. Première réflexion.

Deuxième réflexion. Dans cet échantillon, il y a les 1200 plus grosses entreprises en terme de capitalisation boursière (c'est à dire leur valeur en bourse), et il se trouve que sur ces 1200, 49 sont françaises. La France est le pays européen qui compte le plus d'entreprises dans cet échantillon, bien plus que l'Italie, l'Espagne ou même l'Allemagne qui en a 7 de moins. C'est assez logique que quand on additionne les dividendes de plus d'entreprises, cela fasse plus à la fin.

10% de dividendes en plus...

Ces précisions apportées, les entreprises françaises citée dans cet index sont-elles oui ou non les plus généreuses d'Europe?

Indéniablement OUI. Les entreprises françaises de cet index ont versé en 2016, 54 milliards de dollars de dividendes, contre 36 milliards pour l'Allemagne. L'écart est donc très fort pour seulement 7 entreprises allemandes en moins dans l'échantillon. Clairement, les entreprises françaises chouchoutent plus leurs actionnaires qu'outre Rhin.

Quand on regarde l'évolution des dividendes versés par les entreprises françaises de l'index, il a augmenté de 10% entre 2015 et 2016. Impressionnant, note l'étude d'Henderson, d'autant écrit-elle que Total n'a pas augmenté son dividende en 2016. Or Total, est un poids lourds de la distribution de dividendes, puisqu'il représente à lui seul 1 dollar de dividende versé sur 8 en France (toujours selon l'Index).

Impressionnant, certes, mais attention encore une fois, cette augmentation de 10% fait suite à une baisse de 13% des dividendes versés l'année d'avant. En 2016, on est donc revenu au niveau de 2014. Et le record, c'est 2011, 62 milliards de dollars de dividendes. Or en 2011, il n'y avait pas encore de CICE ou de Pacte de responsabilité. Je ne dis pas que les milliards du CICE n'ont pas servi en parti à financer les dividendes, c'est possible et même évoqué comme possibilité par les auteurs d'études officielles, je dis juste que les plus grandes entreprises françaises n'ont pas attendu le CICE pour être généreuse.

Voir ici un précédent billet: Où sont passés les 27 milliards du CICE?

... et bénéfices en hausse?

Ce qu'on aurait envie de savoir, c'est si cette généreuse distribution de dividendes en 2016 est liée à d'abondants bénéfices. On aimerait pouvoir faire le ratio dividendes sur bénéfices, pour voir si cette générosité pèse sur les revenus que les entreprises pourraient consacrer à l'investissement, voire même si cette distribution de dividendes ne se fait par endettement.

Voir à ce sujet, un précédent billet fait au moment de la publication d'une autre étude qui fait autorité sur la distribution de dividendes. Etude de Vernimmen sur le CAC 40. Dividendes records, salaire en hausse mais...

Il y a des cas, en effet, où la distribution de dividendes est supérieure aux bénéfices. Mais, dommage, l'Index Henderson ne donne pas ce chiffre, ni dans l'étude, ni quand on les sollicite. On m'a envoyé un lien avec les bénéfices, mais seulement pour les Etats Unis. Pourtant, s'ils arrivent à additionner les dividendes, je ne vois pas en quoi c'est compliqué d'additionner les bénéfices.

Autre élément à prendre en compte. La distribution de dividendes est un outil de communication essentiel pour les entreprises, m'a expliqué Loic Dessaint de Provinvest.

"Les dividendes servent à envoyer un signal de confiance aux actionnaires. Par une forte distribution de dividendes, l'entreprise veut montrer qu'elle pense avoir de bonnes perspectives de croissance pour l'avenir. Je me souviens d'années où Thomson proposait des dividendes supérieurs à ses bénéfices, pour rassurer les actionnaires".

Les actionnaires ne sont d'ailleurs pas toujours d'accord avec ces augmentations de dividendes. Annoncées par la direction lors de la présentation des résultats, elles sont parfois refusées en assemblée générale. La société de conseil Proxinvest dit d'ailleurs que l'an passé elle a recommandé à ses clients de s'opposer à 25% des dividendes proposés.

Comment profiter de cette générosité?

Une fois n'est pas coutume,ce matin, je fais mon Jean Pierre Gaillard (pour ceux qui se souviennent de lui). Si vous avez un peu de fond, sachez que vous pouvez acheter les actions des entreprises qui ont promis beaucoup de dividendes (pour cela surveillez les résultats des assemblées générales où les distributions de dividendes annoncées lors de la présentation des résultats sont entérinées), la veille ou l'avant veille de leur versement, et vous pourrez en profiter au même titre que ceux qui ont gardé les actions toute l'année.

Là vous constaterez que vous êtes taxés environ à 40% sur ce que vous avez reçu. La fiscalité des dividendes a été augmenté pendant la présidence de François Hollande.

D'ailleurs, il est possible de prêter ses actions, le temps du versement du dividendes pour ne pas le toucher et ainsi ne pas être taxé! On récupère ensuite ces actions après. Oui, cela se fait! C'est un service que proposent des banques (pas pour les petits particuliers cependant). Cela passe par des montages complexes, qui passent souvent par le Luxembourg. On appelle cela le "Prêt Emprunt titre", ou Share Lending. Comme quoi, tous les actionnaires ne sont pas heureux de toucher de forts dividendes... (surtout pour optimiser leurs impôts).

Marie Viennot

 

Source

Archives

Articles récents