Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Selon une nouvelle étude, le glyphosate n'est plus cancérogène !

Publié par wikistrike.com sur 16 Mars 2017, 07:34am

Catégories : #Santé - psychologie, #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

Des experts (indépendants ?) européens estiment que cette substance ne doit pas être classée comme cancérogène. Une conclusion qui pourrait relancer le débat européen sur le renouvellement de sa licence.

Des experts (indépendants ?) européens estiment que cette substance ne doit pas être classée comme cancérogène. Une conclusion qui pourrait relancer le débat européen sur le renouvellement de sa licence.

La décision a provoqué la fureur des associations de défense de l'environnement. Le glyphosate, substance présente dans de nombreux produits herbicides en Europe, dont le célèbre Roundup de Monsantone doit pas être classé comme cancérogène, estiment les experts de l'Agence européenne des produits chimiques (Echa), mercredi 15 mars.

Ces conclusions, contraires à celles rendues par le Centre international de recherches contre le cancer (Circ), devraient permettre à Bruxelles de recommencer à zéro la laborieuse procédure concernant un éventuel renouvellement de la licence du glyphosate dans l'Union européenne. Le processus est bloqué depuis l'été 2016. Il faut dire que l'utilisation de cet herbicide est devenue de plus en plus controversée au fil des ans. Son sort déchire les milieux scientifiques, les pays européens, les ONG et les entreprises. Et voici pourquoi il faut s'y intéresser. 

Parce que le glyphosate pourrait avoir des effets sur la santé

En 2016, la Commission européenne pensait sans doute que le combat serait facile pour réautoriser le glyphosate. C'était compter sans la ténacité des opposants à cette substance, convaincus de sa dangerosité. En mars 2015, un rapport du Centre international de recherche sur le cancer (Circ, en anglais), émanation de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et référence mondiale dans ce domaine, classe ainsi l'herbicide comme cancérogène "probable chez l'homme". Ses experts en ont retrouvé des traces dans l'air, l'eau et la nourriture. Ils estiment que la population est exposée lorsqu'elle vit à côté des zones traitées, mais concèdent que les niveaux d'exposition observés sont "généralement bas"

A l'époque, le rapport déclenche une vive bataille entre scientifiques, industriels et militants environnementalistes. Alors que des chercheurs critiquent les conclusions du Circ, plusieurs associations s'y réfèrent pour exiger une interdiction du glyphosate au nom de la protection de la santé des citoyens et du principe de précaution.

Mais huit mois plus tard, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) émet un avis contraire. Pour elle, il est "improbable" que le glyphosate soit cancérogène pour l'humain. Rebelote : les associations, telles que Générations futures, dénoncent l'étude et accusent ses auteurs de conflit d'intérêts. Plusieurs plaintes sont même déposées en Europe pour "mise en danger de la vie d'autrui" et "tromperie aggravée". 

Récemment, un nouveau rapport de l'OMS (en anglais) a remis de l'huile sur le feu, sans pour autant apporter une franche éclaircie. L'organisation estime finalement que le produit ne cause probablement pas de cancer "lors d'une exposition alimentaire". Un revirement total par rapport à 2015, mais que l'OMS ne qualifie pas de contradictoire. L'avis rendu par l'Agence européenne des produits chimiques, mardi, vient de nouveau tempérer les inquiétudes. Pas sûr que cela apaise la population : un sondage YouGov, cité par le Guardian (en anglais), révèle que près des deux tiers des Européens se disent opposés à la réautorisation du glyphosate. L'enquête a été menée sur 7 000 personnes de 18 ans et plus. 

Parce que l'interdiction de cet herbicide pourrait remettre en cause le modèle agricole

A l'opposé des associations environnementales, les partisans du glyphosate défendent, eux, un produit qui s'est imposé au sein de l'agriculture moderne. Sur son site, la Glyphosate Task Force (GTF), groupe réunissant une quarantaine d'entreprises du secteur phytosanitaire, telles que Monsanto Europe et Syngenta, rappelle que "le glyphosate est l'un des herbicides à large spectre les plus utilisés dans le monde". Il représente donc un enjeu économique colossal. 

Les chiffres parlent d'eux-mêmes. La molécule, mise sur le marché en 1975, représente aujourd'hui 25% du marché mondial des herbicides, indique Le Figaro. Elle entre dans la composition de près de 750 déclinaisons commercialisées par plus de 90 fabricants. Les agriculteurs français en sont particulièrement férus, en pulvérisant sur le blé, le colza ou le maïs. En cas d'interdiction, les industriels sont formels : 90% des agriculteurs et 95% des producteurs de vin qui l'utilisent "rencontreraient des difficultés économiques ou agronomiques".

 

Le Roundup est le désherbant le plus vendu au monde. 
Le Roundup est le désherbant le plus vendu au monde.  (PATRICK PLEUL / ZB / AFP)

 

D'autant qu'il n'existe aucun équivalent en matière de désherbant. "La seule alternative possible est mécanique : retourner la terre au tracteur pour arracher toutes les mauvaises herbes, avec des conséquences en termes d’utilisation de carburant, de gaz à effet de serre et d’érosion des sols", explique ainsi la GTF dans Le Monde. Pour le quotidien, la question de la réautorisation du glyphosate présuppose surtout de repenser ou non l'actuel modèle agricole. Il cite Guillaume Riou, secrétaire national de la Fédération nationale de l’agriculture biologique : "Nous sommes en face de choix politiques (…). La véritable question est de mettre en place une agriculture plus en adéquation avec la volonté de la société qui ne veut plus de pesticides." 

Parce que le glyphosate divise profondément l'Europe

Compte tenu des enjeux, le sujet est devenu, au fil des mois, éminemment sensible. Après trois reports, la Commission européenne a décidé de consulter une nouvelle fois les Etats membres, lors d'un vote en appel le 24 juin 2016. Soit une semaine pile avant l'expiration de l'autorisation. 

Lors de ce vote, organisé au sein d'un comité d'experts où les 28 Etats membres sont représentés, la France et Malte ont voté contre et sept pays se sont abstenus (Allemagne, Italie, Portugal, Autriche, Luxembourg, Grèce et Bulgarie), bloquant la décision. L'exécutif européen s'est alors résolu à accorder une prolongation de 18 mois au glyphosate. Des restrictions ont toutefois été instaurées, comme l'interdiction de certains adjuvants et la limitation de son utilisation dans certains lieux tels que les parcs et les jardins publics.

Dans les faits, personne ne souhaite porter la responsabilité d'une remise en circulation du produit. Mais, si la décision d'autoriser le glyphosate est prise au niveau de l'Union européenne, il revient ensuite à chaque Etat membre d'autoriser ou non son utilisation sur son territoire.

 

Source

Commenter cet article

Archives

Articles récents