Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Les États-Unis ont ouvert un nouveau front en Syrie par une opération aéroportée

Publié par wikistrike.com sur 4 Avril 2017, 09:55am

Catégories : #Politique internationale

Les États-Unis ont ouvert un nouveau front en Syrie par une opération aéroportée

Raqqa, la capitale de l’Etat Islamique, a été isolée au Nord, à l’Ouest et partiellement à l’Est, dans un rayon de 20-35 km, par les SDF (Forces démocratiques syriennes) formées et dirigées par l’armée américaine. Le seul lien des défenseurs de la ville Raqqa avec les autres territoires qu’ils détiennent se fait par le sud. A 45 km au sud-ouest de Raqqa se trouve Tabqa, un avant-poste important pour la défense de la capitale de l’Etat islamique sur les rives de l’Euphrate. Après la libération de la ville de Dayr Hafer, l’armée syrienne a avancé vers Tabqa sur la rive sud du lac Assad situé à 40 km de la ville. Le barrage de Tabqa, situé à l’ouest de la ville, est un objectif stratégique. Il a été construit dans les années 60-70, avec le soutien de l’URSS. Il est long de de 4,5 kilomètres et fournit 35% de l’électricité en Syrie. Entre Tabqa et Raqqa, à 20 km du barrage de Tabqa, il y a un petit barrage sur l’Euphrate, appelé Baas.

 

image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2017/04/Northern-Raqqa-Offensive-November_2016.jpg

Northern-Raqqa-Offensive-November_2016

 

Dans la nuit du 21 au 22 Mars 2017, l’armée américaine a déclenché en Syrie une opération aéroportée mixte avec, dans un premier temps, environ 80 soldats américains du 75ème Régiment Rangers des Forces d’opérations spéciales, et 400 combattants kurdes YPG devenus les SDF (Forces démocratiques syriennes). Le but de cette opération était d’occuper une zone d’une importance stratégique sur la rive sud du lac Assad et de l’Euphrate. La zone est délimitée à l’ouest par une portion de la route qui relie Tabqa à Alep, au centre par le barrage de Tabqa et la base aérienne de Tabqa, et à l’est par une portion de la route qui relie  Tabqa à Raqqa. Cette opération a été avancée d’au moins une semaine pour manœuvrer l’armée syrienne, occupée par l’assaut de la base militaire de Jirah défendue par des combattants de l’Etat islamique, pour ainsi créer les conditions l’empêchant de participer à la libération  de la ville syrienne de Raqqa des mains de l’Etat islamique.

L’opération a débuté 48 heures avant le transport des troupes par près de 50 frappes aériennes sur des cibles de l’Etat islamique par l’aviation de la coalition dirigée par les Etats-Unis. Ces cibles étaient constituées de points de résistance, de dépôts de munitions et 50 véhicules de combat de l’État islamique. Elles étaient localisées dans la ville de Tabqa, à la base aérienne et à proximité du barrage de Tabqa. Après la nuit tombée, environ 75 Marines américains de la 11ème unité expéditionnaire traversèrent le lac Assad à bord de canots pneumatiques. Leur mission était de créer une zone de sécurité de survols pour les avions américains sur la rive sud du lac Assad, nettoyée des combattants de l’Etat islamique.

Vers 04h00 le 22 Mars, à partir de l’aire d’embarquement pour les transports aériens située juste au nord de la ville de Jabar, sur la rive nord du lac Assad, ont décollé environ 30 hélicoptères MH-47F et des avions à décollage vertical OV-22  Osprey appartenant au 160ème régiment d’aviation du commandement américain pour les opérations spéciales. L’avion à décollage / atterrissage vertical OV-22 Osprey combine les caractéristiques de vol de l’avion et de l’hélicoptère, parce que ses ailes supportent deux moteurs pouvant modifier leur position de 90 degrés autour de l’axe transversal de l’aéronef. L’OV-22 peut transporter 24 soldats ou un véhicule 4 × 4 Phantom Badger et dispose, en plus d’une mitrailleuse située dans une trappe, d’une autre mitrailleuse rotative avec six tubes (calibre 7,62 mm, cadence de 6000 projectiles par minute), commandée à distance, placée sous le ventre de l’avion. L’OV-22 peut se défendre dans la zone d’atterrissage par des tirs à partir de l’hémisphère arrière et sur les côtés.

Dans la trajectoire de vol et près de la péninsule d’Abou Hourayra où étaient fixées les zones de débarquement, la protection des avions de transport était assurée par des hélicoptères d’attaque US AH-64 Apache. 124 autres marines américains de la 11ème Unité expéditionnaire ont été déployés près du village de Jabar. Ils disposaient d’une batterie d’obusiers M777 de 155 calibre mm et, avec les hélicoptères AH-64 Apache, ont neutralisé toute tentative d’encerclement des zones d’atterrissage par des combattants de l’État islamique. L’obusier M777 lance des projectiles de haute précision de type Excalibur, avec un rayon d’action allant jusqu’à 40 km et une précision de 4-10 m grâce au GPS. Le Gen.col. Sergei Rudskoi, chef de l’état-major des opérations de l’armée russe a déclaré que les projectiles américains de calibre 155 mm et les bombes larguées par les avions de la coalition anti Etat islamique sous commandement américain peuvent endommager les écluses du barrage de Tabqa, et qu’il y avait un risque d’inondation.

La distance entre l’aire d’embarquement du Jabar et l’aire de débarquement d’Abou Hourayra est de 25 km. Ce qui signifie que jusqu’à 08.00  le 22 Mars les avions américains ont exécuté au moins 60 voyages consistant en 480 soldats, des armes, des munitions, de la nourriture, de l’équipement de génie, etc. Mentionnons que l’hélicoptère MH-47F est capable de transporter des véhicules blindés légers Humvee du 75ème régiment Rangers. Les premiers avions ont transporté exclusivement des militaires américains et leurs véhicules armés. L’hélicoptère MH-47F peut transporter 22 à 35 soldats ou des armes et munitions jusqu’à 10 886 kg, et peut se défendre avec une mitrailleuse de calibre 7,62 mm, fonctionnant à partir d’une trappe ouverte à la queue. La mission des 80 soldats américains du 75ème Régiment de Rangers était de sécuriser les deux zones de débarquement sur la péninsule d’Abou Hourayra.

À la fin de la journée du 22 Mars une tête de pont avait été établie sur la rive sud du lac Assad, et environ 3000 combattants SDF et 300 Marines ou soldats des forces spéciales américaines y ont été transportés par voie aérienne. En outre, les marines américains ont fourni des navires de débarquement qui ont permis de déployer du matériel lourd pour les SDF (Humvees, véhicules blindés, mortiers, artillerie, bulldozers), sur la rive sud de l’Euphrate. Ensuite, la base aérienne de Tabqa a été prise et la plupart des troupes ont été déployées à 10 km à l’est de Tabqa, vers le barrage Baas pour empêcher l’Etat islamique de faire venir des troupes de Raqqa à Tabqa.

En raison du risque de rupture du barrage de Tabqa, le plan initial de l’opération a été modifié, en ce sens que les troupes SDF de son extrémité nord ont renoncé à le prendre, ratant ainsi l’occasion d’ouvrir une voie pour le transfert de troupes SDF sur la rive sud du lac Assad. Les soldats débarqués des avions américains suivaient deux objectifs: encercler les combattants de l’Etat Islamiques de Tabqa et occuper le barrage de Baas. En traversant le barrage Baas, les SDF tombent derrière les unités de défense de l’Etat islamique, situées sur la rive nord de l’Euphrate. Ainsi, les SDF font la jonction des troupes situées sur les deux rives.

La ville de Raqqa se trouve sur la rive nord de l’Euphrate. En occupant le barrage Baas, les SDF enveloppent également les positions de défense avancée de l’Etat islamique situées à l’ouest et sur la rive sud de l’Euphrate, en face de la ville de Raqqa, encerclant complètement la capitale de l’Etat islamique. Cette nouvelle opération prendra fin lorsque les combattants de l’Etat islamique de la ville de Tabqa se seront rendus ou seront détruits et il n’y aura aucune brèche dans l’encerclement de la ville. Le but de cette opération est que l’Etat islamique ne puisse pas recevoir des renforts à Raqqa en provenance de Deir Ez-Zor ou d’Irak.

 Valentin Vasilescu

Traduction: Avic Réseau International

 

Archives

Articles récents