Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

En Équateur, il existerait près de 200 « cliniques » dédiées à la « guérison » de l’homosexualité

Publié par wikistrike.com sur 2 Juin 2017, 09:19am

Catégories : #Social - Société

En Équateur, il existerait près de 200 « cliniques » dédiées à la « guérison » de l’homosexualité
En Équateur, il existerait près de 200 « cliniques » dédiées à la « guérison » de l’homosexualité
En Équateur, il existerait près de 200 « cliniques » dédiées à la « guérison » de l’homosexualité

En Équateur, il existerait près de 200 « cliniques » dédiées à la « guérison » de l’homosexualité. Des centres qui existent dans un flou juridique, et où le traitement n’est rien d’autre que de la torture, entre privations de nourriture et « viols curatifs ». Une réalité sordide que la photographe Paola Paredes a dénoncé en images après s’être infiltrée dans une de ces cliniques. 

Paola Paredes est une photographe écuatorienne de 31 ans, née à Quito et formée à Londres, où elle a notamment collaboré avec Cosmopolitan et The Huffington Post. C’est en photographiant son coming out auprès de sa famille pour sa série Unveiled que la jeune femme a d’abord fait parler d’elle. Depuis, Paola Paredes s’est spécialisée dans la photographie documentaire, axée sur la communauté LGBT. Et c’est en retrant dans son pays natal qu’elle a eu l’inspiration pour son dernier projet. « C’est il y a quatre ans que j’ai entendu parler des « cliniques » pour homosexuels pour la première fois. Quand j’ai fait mon coming out, j’ai eu la chance que ma famille m’accepte, mais en apprenant l’existence de ces centres j’ai réalisé qu’ils auraient très bien pu décider de m’y enfermer, explique Paola. En creusant le sujet, j’ai réalisé qu’il y avait environ 200 « cliniques » clandestines encore en activité. En Équateur, 80% de la population est catholique, et jusqu’en 1997, les relations homosexuelles étaient illégales et punissables de quatre à huit ans de prison ». Et si aujourd’hui la loi ne s’oppose plus aux amours intersexe, les « centres de guérison » ne sont pas plus désirables que la prison. Loin de là.

« La torture est monnaie courante »

« Pour beaucoup d’Équatoriens, l’homosexualité reste une maladie, une addiction qu’on peut guérir en s’y prenant avec discipline. En 2015, j’ai eu l’occasion de rencontrer une femme qui avait été placée de force dans une « clinique ». J’ai passé six mois à l’interviewer et à recueillir son récit d’enfermement. Grâce à elle, j’ai pu rencontrer d’autres personnes qui avaient été « soignées » et en apprendre plus sur le fonctionnement des centres ». Un fonctionnement horrifiant : « les « patients » des centres sont bourrés de médicaments, et reçoivent un véritable lavage de cerveau religieux. Les femmes sont contraintes d’afficher une féminité à outrance, avec talons, maquillages et mini-jupes, pour contrer l’image de la lesbienne garçon manqué. La torture est monnaie courante, avec des cordes ou bien carrément en affamant ou en frappant les « patients ». Le pire : les « viols curatifs » dont le spectre hante les patientes ». Pour mettre des images sur les témoignages, Paola Paredes a fait appel à ses parents, qui l’ont accompagnée dans différentes cliniques, prétextant vouloir l’y interner. « Même si je savais que je n’étais pas vraiment en danger, j’étais terrifiée. Je transpirais à grosses gouttes, et je n’ai pas arrêté de trembler pendant toute la visite ».

 

Paola Paredes

Mafia tentaculaire

Un trauma que Paola Paredes n’a pas souhaité faire revivre aux victimes de ces centres, raison pour laquelle ses photos sont des reconstitutions. Des clichés insoutenables, résultat d’une séance menée larmes aux yeux. « Je me suis penchée pendant des mois sur le sujet, j’ai rencontré des activistes, des organisations, des avocats… Avec un constat horrible : faire fermer ces centres est quasiment impossible. Ils opèrent comme une mafia, avec un réseau tentaculaire et beaucoup de corruption » souligne Paola. En 2011, une pétition largement relayée sur Change.org avait poussé le gouvernment équatorien à fermer une trentaine de centres, les autres opérant désormais dans l’illégalité, sous couvert d’être des centres de réhabilitation pour alcooliques et drogués. « C’est un business extrêmement juteux, qui rapporte entre 500 et 800 dollars par mois par « patient ». Le gouvernement n’est pas assez vigilant, alors les centres prolifèrent ». La solution ? « La seule chose qu’on peut faire, c’est éduquer les gens, leur apprendre l’acceptation et la tolérance. C’est pour ça que j’ai fait mes images, pour attirer l’attention. Mon seul regret, c’est d’avoir l’impression que ce n’est pas assez… ».

 

Source

Commenter cet article

Archives

Articles récents