Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

L'Australie libère un virus particulièrement dangereux pour réduire le nombre de lapins

Publié par wikistrike.com sur 12 Juin 2017, 07:49am

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie, #Santé - psychologie

L'Australie libère un virus particulièrement dangereux pour réduire le nombre de lapins

L'Australie a libéré sur son territoire le virus responsable de la maladie hémorragique du lapin. L'Espagne, qui souhaite au contraire préserver les animaux présents sur ses terres, s'inquiète de cette mesure radicale.

Les Espagnols sont tendus, même si les faits se jouent bien loin du pays de Cervantes... Durant la première semaine de mars 2017, les autorités australiennes ont disséminé sur leur territoire le virus 1 de la maladie hémorragique du lapin (aussi nommée RHD pour Rabbit haemorrhagic disease) de l'aveu même de l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE). Si l'Australie espère réduire drastiquement la population de lapin de garenne (Oryctolagus cuniculus) sur son territoire grâce au RHDV1 K5 (nom scientifique de la souche utilisée), les biologistes espagnols veulent au contraire préserver la leur. Ils voient donc d'un mauvais oeil l'utilisation d'un pathogène si puissant même à plusieurs milliers de kilomètres de chez eux.

Les lapins, responsables d'un désastre écologique en Australie

Selon le journal El Pais qui a relaté l'affaire en mai 2017, la Péninsule Ibérique manque cruellement de lapins ce qui met en danger le lynx pardelle (Lynx pardinus) mais aussi l'aigle ibérique (Aquila adalberti). A l'inverse, en Australie, les lapins introduits en 1859 par un colon britannique n'ont pas de prédateurs. De plus, avec jusqu'à cinq portées par an comprenant plusieurs lapereaux chacune, ces animaux peuvent coloniser très rapidement un nouveau territoire.

D'où l'utilisation du RHDV1 K5 par ce pays afin de stopper un véritable désastre écologique lié à l'invasion de cette espèce. Selon le quotidien espagnol, seulement deux mois après l'introduction du virus, près de 42 % des lapins ont été éliminés en Nouvelle-Galles du Sud, l'Etat australien le plus peuplé.

Un virus qui reste infectieux pendant 3 mois à température ambiante

Si les biologistes espagnols sont tout à fait conscients de la catastrophe écologique causée par les lagomorphes, c'est bien la méthode qu'ils contestent. En effet, la maladie introduite est, selon l'ANSES "hautement contagieuse" et est responsable "d'épizooties caractérisées par des taux de mortalité élevés (jusqu'à 90 %)". L'évolution de la maladie est particulièrement rapide : l'animal infecté meurt en 48 heures. Et le virus est très résistant dans l'environnement, il reste infectieux 3 mois à température ambiante même sur un vêtement, d'où l'inquiétude des scientifiques ibériques. Un voyageur australien peut très bien exporter cette souche en Espagne ou dans n'importe quel autre pays. 

"La décision d'introduire une nouvelle souche de RHD est sous la responsabilité du gouvernement Australien"

 

Lire ici la fin de l'article

Commenter cet article

Archives

Articles récents