Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La France s'apprête à autoriser les pesticides tueurs d'abeilles

Publié par wikistrike.com sur 26 Juin 2017, 08:40am

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

Déjà qu'il n'y en a plus. Nicolas Hulot déjà soumis aux lobbys

Déjà qu'il n'y en a plus. Nicolas Hulot déjà soumis aux lobbys

Selon RMC, le gouvernement envisage d'autoriser à nouveau les pesticides tueurs d'abeilles et l'épandage aérien.

Le gouvernement étudie un assouplissement de l'interdiction des pesticides néonicotinoïdes et des épandages aériens dans le cadre du projet de loi dit de "simplification", rapporte RMC lundi matin, document de travail interministériel daté du 21 juin à l'appui. Une telle décision reviendrait sur des avancées écologistes considérées comme majeures.

Une loi française plus sévère qu'ailleurs. Les députés ont voté l'été dernier pour interdire les néonicotinoïdes, accusés de décimer les colonies d'abeilles, à partir de 2018. Des dérogations restent cependant possibles jusqu'en 2020. Selon le texte obtenu par RMC, Matignon envisage de revenir sur cette interdiction, au prétexte que la loi française est plus sévère que la norme européenne imposée par Bruxelles. L’exécutif entend notamment étendre le périmètre de dérogations à cette interdiction.

La semaine dernière, le gouvernement d'Édouard Philippe a annoncé son intention d'arrêter de "surtransposer" les directives européennes dans le droit français afin de renforcer l'attractivité de la place de Paris, notamment après le Brexit. Selon ce même document, le gouvernement estime qu'il y a également "surtransposition" dans le cas des épandages aériens de pesticides, pour le moment interdits sauf situation d'urgence.

À l'encontre des engagements de Nicolas Hulot. Comme le rappelle BFMTV, cette trame de projet de loi irait à l'encontre des engagements pris par le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, qui ne semblait pas enclin à faire machine arrière. "On a un socle d'acquis sur ces sujets-là, et pour l'instant, l'idée n'est pas de reculer (...) Je veux en être le garant", a-t-il déclaré à RMC. De son côté, le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, assure que le dossier n'est pas encore tranché.

Source

Archives

Articles récents