Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Le chef d'état-major des armées Pierre de Villiers annonce sa démission

Publié par wikistrike.com sur 19 Juillet 2017, 08:31am

Catégories : #Politique intérieure

Le chef d'état-major des armées Pierre de Villiers annonce sa démission

Convoqué le 21 juillet à l'Elysée par le président de la République, le général Pierre de Villiers a pris les devant et a présenté sa démission à Emmanuel Macron qui l'a acceptée.

Le chef d'état-major des armées Pierre de Villiers a annoncé le 19 juillet avoir présenté sa démission au président Emmanuel Macron «qui l'a acceptée», dans un communiqué à l'AFP.

Le général de Villiers explique, dans ce communiqué, qu'il considère «ne plus être en mesure d'assurer la pérennité du modèle d'armée auquel [il] croit pour garantir la protection de la France et des Français, aujourd'hui et demain, et soutenir les ambitions de notre pays» et avoir «pris ses responsabilités» en présentant sa démission au président, qui l'a récemment vivement recadré après ses critiques sur le budget de l'armée.

 

Il ne voulait pas se faire «baiser» par Bercy

Dans le huis clos de la commission de la Défense à l'Assemblée nationale le 12 juillet, le général Pierre de Villiers avait déclaré qu'il ne se laisserait pas «baiser» par Bercy, qui réclame 850 millions d'euros d'économies aux armées cette année.

Une sortie sévèrement critiquée par Emmanuel Macron le lendemain, qui avait jugé indigne «d'étaler certains débats sur la place publique». «J'ai pris des engagements. Je suis votre chef. Les engagements que je prends devant nos concitoyens et devant les armées, je sais les tenir [...] et je n'ai à cet égard besoin de nulle pression et de nul commentaire», avait-il martelé.

Auteur: RT France

La polémique n'avait alors pas cessé d'enfler dans les jours suivants. Le général avait publié le 14 juillet sur son compte Facebook un message lourd de sous-entendus, dans lequel il enjoignait les nouvelles recrus à se méfier «de la confiance aveugle», estimant que tout le monde avait «ses insuffisances», et que personne ne méritait «d’être aveuglément suivi».

 

Source

Archives

Articles récents