Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Clipperton, un atoll français paradisiaque noyé sous les déchets plastiques

Publié par wikistrike.com sur 3 Novembre 2018, 08:24am

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

Clipperton, un atoll français paradisiaque noyé sous les déchets plastiques

Un sentiment d'écœurement devant des oiseaux obligés de faire leur nid au milieu des déchets plastiques, c'est ce qu'a ressenti Serge Planes le directeur scientifique de l'expédition Tara Pacific lorsque les chercheurs ont débarqué sur l'atoll français de Clipperton, aux confins de l'océan Pacifique.

Le drapeau français flotte fièrement au vent. À plus de 10.000 kilomètres de la métropole, l'atoll inhabité de Clipperton qui répondait autrefois au doux nom d'île de la Passion, affiche volontiers son appartenance bleu blanc rouge. Dommage que l'étendard ne domine aujourd'hui qu'une montagne de déchets en plastique.

Vu du ciel, un îlot paradisiaque où flotte le drapeau français à plus de 10.000 kilomètres de la métropole.

Pourtant, vu du ciel, ce minuscule îlot corallien situé aux confins de l'océan Pacifique, a tout d'un petit bijou. Plages de sable fin, cocotiers et lagon d'eau douce unique au monde. Mais au ras du sol, le spectacle est tout autre. Tout ce que l'océan charrie de conteneurs égarés, de déchets déchiquetés, de flacons abandonnés, de filets décomposés… s'accumule jour après jour, année après année sur les plages. Ils s'ajoutent aux munitions vides et aux restes de carcasses de véhicules témoins de l'occupation américaine dans les années 1940.

«Ça m'a retourné le cœur», confesse Serge Planes, directeur scientifique de l'expédition Tara Pacific. Lorsque la goélette Tara a mouillé au large de l'îlot en août 2018, il s'agissait pour les chercheurs d'aller voir l'état du récif qui l'entoure. «Le récif est normal, il y a beaucoup de corail vivant avec une faible diversité mais il est très dynamique», raconte celui qui dirige également le Criobe (Centre de Recherches Insulaires et Observatoire de l'Environnement CNRS-PSL). Sur terre en revanche, c'est un désastre. «Il n'y a pas un endroit plus propre qu'un autre, les déchets sont partout», incessamment rejetés par les courants, raconte le chercheur. «C'est un spectacle extrêmement triste, totalement décourageant», poursuit celui qui sur ce sujet s'exprime avant tout en tant que citoyen.

Les oiseaux, fous bruns ou fous masqués, sont contraints de faire leurs nids au milieu et avec les déchets en plastique.
Une vision désespérante. Ne pourrait-on pas nettoyer une fois par an cette île, demande Serge Planes, le directeur scientifique de l'expédition Tara Pacific.

Si l'atoll abrite quelques rats débarqués après des naufrages, il est aussi et surtout un relais pour des colonies de fous masqués ou de fous bruns. De grands oiseaux les uns blancs et noirs, les autres bruns et noirs, qui passent le plus clair de leur temps au large, à la recherche de nourriture. Mais à l'heure de la nidification, les femelles cherchent refuge sur des îles comme Clipperton. «Tous les nids sont faits à partir de déchets plastiques,» s'offusque Serge Planes. «Quel triste lieu de naissance que nous offrons à nos jeunes fous là où ils devraient découvrir une nature pure. Ces oiseaux n'ont que nos saletés pour se protéger.» Bien sûr, Clipperton n'est pas le seul Atoll transformé en poubelle «mais celui-ci est français», s'insurge encore le scientifique. Une pastille que la France revendique d'autant plus qu'elle lui offre le contrôle d'une immense zone économique exclusive. Un bâtiment de la marine nationale s'y rend au moins une fois par an pour assurer la protection de la zone, entretenir la plaque et le drapeau de la nation. Le Bougainville s'y trouve d'ailleurs actuellement.

Au large de Clipperton, la goélette Tara qui a voyagé durant plus de deux ans dans le Pacifique pour observer l'état des récifs coralliens.

Plusieurs expéditions scientifiques ont été menées sur place. En 2005, l'explorateur Jean-Louis Étienne, qui s'y était rendu pour étudier la biodiversité, avait déjà fait part de son effarement devant l'accumulation de déchets. Treize ans plus tard, la situation ne s'est pas améliorée.

«Alors que partout en mer nous trouvons depuis 2011 pour l'essentiel des micro-plastiques de quelques millimètres, Clipperton et d'autres iles reculées visitées depuis 2016 témoignent d'échouages massifs de macro-déchets, renforçant s'il en faut l'ampleur du défi», révèle Romain Troublé, Directeur de la Fondation Tara. Certains débris sans doute retournent à la mer ou sont lessivés dans le lagon, d'autres peut-être s'envolent ou bien se fragmentent, ou encore s'enfoncent dans le sol, laissant la place pour les suivants qui se déversent inlassablement. Serge Planes ne prétend pas lancer un plan de sauvetage mondial contre le plastique dans les océans. «Si seulement je pouvais convaincre l'État français d'organiser des missions une fois par an pour nettoyer Clipperton, ce serait bien. Ça aurait une valeur d'exemple, ce serait tout à l'honneur de la France. Est-ce si compliqué?»

 

Source

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents