Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La Grande Peur: Nous vivons exactement 1789

Publié par wikistrike.com sur 13 Décembre 2018, 11:37am

Catégories : #Politique intérieure, #Social - Société

La Grande Peur: Nous vivons exactement 1789

Nous vivons une époque comparable à la Grande Peur qui a agité la France principalement en juillet-août 1789.

A l'époque, les rumeurs étaient aussi vivaces qu'aujourd'hui. Elles circulaient certes moins rapidement qu'à notre époque où les réseaux sociaux permettent l'accélération du phénomène, mais elles étaient bien là. (voir plus bas)

La hausse des taxes sur le peuple pour engraisser les riches avait alors vite fait le tour de France, villes et campagnes, certaines d'entre elles étant fondées. 

Avec l'attentat de Strasbourg et les théories du complot dénonçant la main mise de l'Etat afin d'atténuer, voire d'annihiler le mouvement des Gilets jaunes, nous entrons officiellement dans cette période révolutionnaire. 

Le Président Macron, contrairement à ce que les médias veulent bien nous faire croire, eux qui viennent de se voir gratifier la suppression de plusieurs taxes, le groupe Altice (SFR, BFM, presse écrite...)  offrant même une prime de 1 000 euros à l'ensemble de ses salariés, le Président n'a presque rien lâché aux Gilets jaunes.

 

Voyons cela:

  1. +100 euros sur le SMIC qu'il faut largement relativisé étant un effet d'annonce alors qu'il en est qu'un montage financier.
  2. La défiscalisation des heures supplémentaires dans les privé comme dans le secteur public (Pour ce dernier, l'Etat devrait penser à payer les milliers de milliers d'heures supplémentaires en attente)
  3. Un bon vouloir des entreprises pour offrir une prime de fin d'année.
  4. Pas de hausse de la CSG jusqu'à 2000 euros et 2700 pour un couple (pas suffisant)
  5. Pas de retour sur l'ISF.
  6. Suppression de la hausse de la taxe carbone (qui de toute façon servait pour 5% à l'écologie et le reste à remplir les caisses)

 

Les cadeaux aux médias ne vont certainement pas apaiser ni les tensions ni les rumeurs de complot, de manipulation, d'endormissement des masses au sein de la plèbe, mot apprécié par Emmanuel. 

Nous sommes en décembre 2018, nous étions en 1789. La ressemblance est frappante, cette Grande peur déboucha sur un nouvel ordre.

 

Ce qui ressemble à 1789: 

-La hausse des taxes

-La saison des rumeurs et des complots

-Les gilet jaunes (bonnets phrygiens)

-Cahiers de doléances dans les Mairies

-Les invasions étrangères (Pacte de Marrakech) 

 

Marc Bildermann pour WikiStrike  

--------------------------------

Les révoltes font suite à un demi-siècle de soulèvements et de contestation antiseigneuriale accrue2. Les cahiers de doléance se sont faits l'écho des revendications des paysans, et ont levé en eux l'espoir de ne plus subir les droits et les redevances, qui suite aux mauvaises récoltes de 1788, les accablent plus que jamais3. Les comptes rendus des évènements de Paris, et notamment les récits de la prise de la Bastille, mal compris, s'accompagnent de rumeurs et de craintes d'une vengeance ou de complots aristocratiques1. L'inquiétude est d'autant plus vive que le mois de juillet voit arriver le moment de la soudure, avec une hausse des prix prévisible et le soupçon que les nobles puissent « accaparer » les grains rares. Dans certains cas, la panique a été déclenchée par le bruit que les aristocrates recrutaient des brigands pour couper les blés verts des campagnes et anéantir ainsi la récolte1. Dans d'autres régions, les souvenirs anciens d'invasions étrangères (anglaises ou piémontaises) se sont réveillés. La peur s'est répandue rapidement de paroisse en paroisse, au son du tocsin et les révoltes ont éclaté quasi simultanément : six paniques ont ainsi éclaté en Franche-Comté à la suite d'une explosion accidentelle d'une réserve de poudre au château de Quincey, près de Vesoul ; en Champagne, où la poussière soulevée par un troupeau de moutons fut prise pour celle d'une troupe de soldats en marche ; dans le Beauvaisis, dans le Maine, dans la région de Nantes et dans celle de Ruffec, où des moines mendiants furent pris pour des brigands.

Wikipedia

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents