Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La BAC dissimule ses bavures: « Il y a encore un blessé, ils savent pas que c'est nous, ramenez les douilles »

Publié par wikistrike.com sur 16 Janvier 2019, 16:01pm

Catégories : #Politique intérieure, #Social - Société

La BAC dissimule ses bavures: « Il y a encore un blessé, ils savent pas que c'est nous, ramenez les douilles »
Cette vidéo est gravissime. Elle montre que la BAC se comporte comme une Bande Armée de Criminelles sans foi ni loi, prête à tout pour se protéger des poursuites et à continuer à blesser des manifestants vicieusement et impunément.
 
Il s'agit de la séquence ou la BAC a tiré sur Olivier, gilet jaune pompier de Bordeaux alors qu'il courait. Il est aujourd'hui placé en coma artificiel. 
 
J'ai isolé les dialogues tant bien que mal mais il y avait beaucoup de bruits ambiants, pas évident. Les dialogues sont assez fidèles je pense. J'ai un doute sur la fin après "ramenez les douilles" mais l'essentiel est là. Il est incontestable que la police a laissé Olivier sans assistance, s'est cachée et a tenté de masquer son implication.
 
Heureusement que des vidéastes amateurs sont là pour immortaliser les bavures policières. C'est pour cela qu'ils refusent catégoriquement d'être filmés. Ils savent qu'ils se comportent des criminels et chercher constamment à se couvrir. 
 
 
 
"
Le directeur général de la police nationale, le préfet Eric Morvan, a envoyé mardi 15 janvier un télégramme à ses troupes, que France 3 s'est procuré. Dans ce document, il rappelle les conditions d'utilisation du flash-ball au cours des opérations de maintien de l'ordre.

Le lanceur de balles de défense de calibre 40 mm (LBD 40) "peut être employé lors d'un attroupement (...) en cas de violences (...), à l'encontre des forces de l'ordre" ou "si elles ne peuvent défendre autrement le terrain qu'elles occupent", écrit le patron de la police nationale. "Ces circonstances correspondent aux émeutes urbaines auxquelles les policiers sont actuellement confrontés", poursuit-il.

"Le LBD peut constituer une réponse adaptée pour dissuader ou neutraliser une personne violente et/ou dangereuse", ajoute-il. Mais le préfet "demande" aux policiers "de veiller rigoureusement au respect des conditions opérationnelles" de cette arme. "Les intervalles de distance (...) doivent être respectés." Le policier manipulant le LBD 40 "ne doit être porteur que d'un seul type de munition". "Le tireur ne doit viser exclusivement que le torse ainsi que les membres supérieurs ou inférieurs."

"Après un tir et en cas d'interpellation, dès que l'environnement opérationnel le permet", ajoute le directeur général de la police nationale, "il convient de s'assurer de l'état de santé de la personne et de la faire prendre en charge médicalement si son état de santé le justifie."


Eric Morvan "demande" le "respect très strict des dispositions contenues dans ce message et de donner des instructions impératives afin qu'elles soient rappelées lors des briefings opérationnels précédant chaque opération de maintien de l'ordre".

Lors de cette bavure policière, la BAC n'a respecté aucune de ces directives...

On constate d'ailleurs que certains gradés de la police 
appellent clairement à tirer en pleine tête.

Un syndicat de police a aussi indiqué récemment sur RT France que que "tout ce qui est tirs tendus est ordonné de toute façon par l'autorité hiérarchique donc c'est ordonné par les commissaires et ça remonte jusqu'aux préfets donc nous obéissons aux ordres".

Enfin, des manifestants ont recueillis les propos de plusieurs policiers qui confirment qu'ils sont autorisés à tirer à tête avec les lanceurs de balles de défense.

 Castaner et Macron sont donc bien responsables et complices de ces exactions contre la population.

 

 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents